PEROU - Une journaliste condamnée à cinq mois de prison ferme et incarcérée pour diffamation : "une décision inadaptée", selon Reporters sans frontières



    MONTREAL, le 17 oct. /CNW Telbec/ - Reporters sans frontières proteste
contre le placement en détention, le 16 octobre 2008, de Magaly Medina,
directrice de programme sur la chaîne privée nationale ATV, après une
condamnation à cinq mois de prison ferme par le 27e chambre du tribunal pénal
de Lima pour "diffamation". L'organisation estime cette incarcération
totalement inadaptée en l'espèce et plaide pour la dépénalisation des délits
de presse.
    "Il ne nous appartient pas de juger, dans le cas présent, du principe
d'une condamnation pour 'diffamation', laquelle paraît constituée. Nous
estimons très dangereuse, en revanche, qu'une peine de prison ferme, rarissime
dans un pays comme le Pérou, soit retenue pour ce type d'infraction, d'autant
que l'intéressée a interjeté appel, normalment suspensif. Non seulement
l'incarcération ne répare en rien le préjudice subi, mais elle peut également
nuire, enfin de compte, à la réputation du plaignant. Dangereuse et inadaptée,
cette peine de prison ferme va à l'encontre d'une tendance générale à la
dépénalisation des délits de presse au sein des pays membres de l'Organisation
des Etats américains. Nous espérons que le Pérou adaptera sa législation en ce
sens et que Magaly Medina sera très vite libérée", a déclaré Reporters sans
frontières.
    Le 16 octobre, aux environs de 19 heures, Magaly Medina est ressortie
menottée du palais de justice de Lima, où elle venait d'écoper de cinq mois de
prison ferme à la suite d'une plainte à son encontre pour "diffamation" du
joueur de football Paolo Guerrero. Un fourgon de l'administration
pénitentiaire l'a conduite à la prison pour femmes de Chorrillos. Ney Guerrero
Orellana, le producteur de "Magaly TeVe", le programme qu'elle anime sur la
chaîne ATV, a quant à lui été condamné à trois mois de prison ferme et placé
en détention. Les deux condamnés devront en outre verser 80 000 soles (environ
19 000 euros) au plaignant au titre des dommages et intérêts.
    A la fois populaire et controversée, Magaly Medina anime une émission
"people". Paolo Guerrero la poursuivait pour "diffamation" et "atteinte à
l'honneur", depuis qu'elle avait raconté à l'antenne que le joueur, attaquant
du club allemand de Hambourg, se serait soustrait à un entraînement de la
sélection péruvienne à la veille d'un match contre le Brésil, en novembre
2007, pour aller retrouver une jeune femme. La justice a estimé la diffamation
avérée, Paolo Guerrero parvenant à démontrer qu'il était effectivement sorti
ce jour-là, mais avec l'autorisation du sélectionneur péruvien, José del
Solar.




Renseignements :

Renseignements: Katherine Borlongan, Directrice générale, Reporters sans
frontières Canada, (514) 521-4111, rsfcanada@rsf.org

Profil de l'entreprise

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.