Pérou - Assassinat d'un journaliste de radio : la piste professionnelle doit être privilégiée



    MONTREAL, le 19 mars /CNW Telbec/ - Reporters sans frontières exprime
toute sa sympathie à la famille et aux collègues de Miguel Pérez Julca, de la
station locale Radio Exitos, assassiné par balles, le 16 mars 2007, à Jaén
(Cajamarca, Nord-Ouest). Compte tenu des thèmes sur lesquels la victime
travaillait et des circonstances de sa mort, l'organisation espère que
l'enquête suivra de près la piste professionnelle.
    "Miguel Pérez Julca enquêtait sur des affaires de corruption locale,
assurait, peu avant sa mort, avoir été suivi et ses assassins l'ont abattu à
la manière de tueurs à gages. L'enquête doit donc privilégier la piste
professionnelle, quitte à déranger l'administration locale. Le pays n'avait
pas connu d'assassinat de journalistes depuis 2004. Celui de Miguel Pérez
Julca, commis sous les yeux de sa femme et de ses deux enfants, ne doit pas
devenir une nouvelle prime à l'impunité", a déclaré Reporters sans frontières.
    Dans la soirée du 16 mars, Miguel Pérez Julca, 38 ans, regagnait son
domicile en compagnie de sa femme et de ses deux enfants dans le quartier de
Las Palmeras à Jaén, lorsque deux individus armés circulant à moto ont ouvert
le feu dans sa direction, le tuant de deux balles en pleine tête, avant de
s'enfuir. Le journaliste est décédé durant son transfert à l'hôpital. Nelly
Guevara Arrascue, son épouse, a été touchée au genou gauche.
    Employé du programme "El informativo del pueblo" à Radio Exitos et
collaborateur des stations Radio Oriental et Radio Jaén, Miguel Pérez Julca
avait récemment mis en cause le maire de Jaén, Jaime Vilchez Oblitas, dans des
affaires de mauvaise gestion. Il dénonçait également la corruption locale et
l'insécurité régnant dans la ville. La veille de son assassinat, il confiait à
ses proches avoir été suivi dans la rue par une voiture blanche.
    Selon le quotidien La Republica, plusieurs témoins ont déclaré avoir
reconnu les tueurs - des délinquants -, mais ces derniers n'ont pas été
appréhendé.
    Miguel Pérez Julca est le premier journaliste assassiné dans le pays
depuis 2004. Le 14 février 2004, Antonio de la Torre Echeandia, de Radio
Orbita, avait été assassiné à Yungay (400 kilomètres au nord de Lima). Le
21 avril suivant, Alberto Rivera Fernandez, de la station Frecuencia Oriental,
avait été abattu à Pucallpa (Centre-Est). Dans les deux cas, les maires et
leur entourage, directement mis en cause comme commanditaires des crimes, ont
bénéficié d'une scandaleuse impunité judiciaire en 2006.

    Reporters sans frontières défend les journalistes emprisonnés et la
liberté de la presse dans le monde. L'organisation compte neuf sections
nationales (Allemagne, Autriche, Belgique, Canada, Espagne, France, Italie,
Suède et Suisse), des représentations à Bangkok, Londres, New York, Tokyo et
Washington, et plus de 120 correspondants dans le monde.




Renseignements :

Renseignements: Emily Jacquard, Responsable de la section canadienne,
Reporters sans frontières, (514) 521-4111, Cell: (514) 258-4208, Fax: (514)
521-7771, rsfcanada@rsf.org

Profil de l'entreprise

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.