PAULINE MAROIS DEMANDE QUE SOIT ETUDIE DEMOCRATIQUEMENT LE PROJET DE LOI SUR L'IDENTITE QUEBECOISE



    QUEBEC, le 23 oct. /CNW Telbec/ - La députée de Charlevoix et chef du
Parti Québécois, Pauline Marois, souhaite que le projet de loi sur l'identité
québécoise, qu'elle a déposé la semaine dernière, puisse être étudié
démocratiquement à l'Assemblée nationale.
    "Tant l'ADQ que le PLQ trouve des choses intéressantes dans ce projet de
loi. Il y a donc unanimité sur la nécessité de faire le point sur nos valeurs
communes au Québec. C'est exactement ce que propose le projet de loi. Pourquoi
alors ne pas l'amener en commission parlementaire afin d'en débattre?", se
questionne Mme Marois.
    Vendredi dernier, le ministre Benoît Pelletier disait que le projet de
constitution présenté la semaine dernière allait être étudié par le
gouvernement et disait qu'il y avait des aspects valables au projet de loi sur
l'identité québécoise. Ce matin, c'était au tour du chef de l'ADQ,
Mario Dumont, de dire qu'il y avait des choses intéressantes dans le projet de
loi. Mme Marois s'étonne donc que le PLQ et l'ADQ soient frileux et ne
souhaitent pas en débattre démocratiquement au sein de l'Assemblée nationale.
"De quoi ont-ils peur?", se demande-t-elle.

    Est-ce que Mario Dumont a changé d'idée pour la création d'une
    citoyenneté québécoise?

    La chef du Parti Québécois trouve aussi curieux la critique faite
aujourd'hui par le chef de l'ADQ à l'égard de la citoyenneté québécoise prévue
dans le projet de loi 195. La plate-forme constitutionnelle adéquiste de 2004
proposait pourtant la création d'une citoyenneté québécoise et soutenait par
ailleurs que cela ne contrevenait pas à la Constitution canadienne.

    
      "(...) La citoyenneté canadienne ne reflète pas le principe de la
      souveraineté partagée entre les Etats membres et le gouvernement dit
      central. Nous avons exprimé dans le passé à quel point il est important
      que tout citoyen connaisse les bases sur lesquelles reposent notre
      identité et notre liberté politiques, et comment sont incarnés les
      valeurs et principes de démocratie libérale chez nous, de même que les
      paramètres de la politique linguistique. (...) Nous proposons que l'on
      retrouve à l'intérieur de la constitution de l'Etat autonome du Québec
      le principe d'une double citoyenneté interne."
    

    "La question qu'il faut poser, c'est de savoir si M. Dumont est encore en
train de faire un virage et a changé d'idée pour la création d'une citoyenneté
québécoise et le renforcement de notre identité? Si oui, qu'il le dise
clairement. Sinon, qu'il nous fasse signe pour qu'on procède à l'étude du
projet de loi", a poursuivi Mme Marois.
    Elle a également voulu réagir aux propos soutenus par le président de
l'Association des manufacturiers et exportateurs du Québec qui soutient qu'il
ne s'agit pas d'une bonne idée de renforcer la Charte de la langue française
et de faire passer de 50 à 25, l'obligation des entreprises de se doter d'un
certificat de francisation, compte tenu de la crise que le secteur
manufacturier traverse actuellement. "Je l'invite à relire notre projet de
loi. Nous prévoyons une période de 10 ans pour y parvenir, avec des mesures
d'accompagnement. Quand on sait que le milieu de travail est le principal lieu
d'intégration pour les nouveaux arrivants, on peut s'étonner de la position de
l'Association. Par ailleurs, d'ici 10 ans, j'ose espérer que le gouvernement,
peu importe lequel, aura résolu la crise du secteur manufacturier", a ajouté
Mme Marois.
    "C'est aux élus de l'Assemblée nationale de répondre au malaise que les
Québécois expriment depuis quelques mois. J'ai présenté un projet de loi mûri
depuis plusieurs semaines. Le Parti Québécois présentera aussi un mémoire à la
Commission Bouchard-Taylor alors que l'ADQ entend rester les bras croisés.
Est-ce que M. Dumont veut perpétuer le malaise identitaire actuel? J'ose
croire que non. Dans ce cas, que les projets de loi 195 et 196 soient appelés
à l'étude en commission parlementaire et nous pourrons alors en discuter", a
conclu Pauline Marois.
    -%SU: LAW,CPN
    -%RE: 1,37




Renseignements :

Renseignements: Eric Gamache, Attaché de presse, Aile parlementaire du
Parti Québécois, (418) 644-9318


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.