Où sont les femmes?



    TORONTO, le 28 oct. /CNW Telbec/ - Les femmes ont réussi à briser les
barrières qui les limitaient aux postes de direction, en politique et au
foyer. Faut-il maintenant qu'elles luttent pour des chances égales dans les
essais cliniques?
    Selon la Fondation des maladies du coeur, plus de 50 % des victimes de
maladies du coeur et d'accidents vasculaires cérébraux (AVC), principale cause
de mortalité au Canada, sont des femmes.
    Mais il est impossible de deviner cette statistique à partir de la
composition homme-femme des essais cliniques portant sur les maladies
cardiovasculaires, a déclaré Dre Wendy Tsang devant le Congrès de santé
cardiovasculaire 2008, organisé conjointement par la Fondation des maladies du
coeur et la Société canadienne de cardiologie.
    Dre Tsang a examiné les principaux essais cliniques publiés entre le
1er janvier 1997 et le 31 décembre 2007 dans les grandes revues médicales
comme The Journal of the American Medical Association (JAMA), The Lancet et le
New England Journal of Medicine.
    "Ce sont des essais importants dont les résultats ont été publiés dans
les principaux journaux médicaux du monde, dit Dre Tsang, résidente en
cardiologie à l'Université de Toronto. Les articles publiés dans ces revues
subissent un examen rigoureux de la part des pairs et d'un comité éditorial."
    L'étude de Dre Tsang a dévoilé que bien que les femmes représentent 53 %
des patients de maladies cardiovasculaires dans la population en général,
elles ne sont que 29 % des sujets pour les maladies coronariennes, 25 % pour
l'insuffisance cardiaque et 34 % pour les arythmies. Fait intéressant, les
essais sur la prévention comptent 61 % de sujets féminins.
    "Notre étude démontre que la proportion de femmes impliquées dans les
principales études cliniques sur les maladies cardiovasculaires est
substantiellement inférieure à celle des personnes atteintes que l'on retrouve
dans la population en général. Ce qui est vraiment troublant, c'est qu'au
cours des 10 dernières années, cette sous-représentation n'a pas vraiment
changé", dit Dre Tsang.
    "Idéalement, les femmes devraient être représentées équitablement dans le
cadre de ces essais, dit la porte-parole de la Fondation des maladies du
coeur, Dre Beth Abramson
    L'initiative de recherche GENESIS de la Fondation des maladies du coeur
et des IRSC, destinée à étudier les différences entre les maladies du coeur
chez les hommes et chez les femmes, est un bon exemple de mesure destinée à
répondre à cette question.
    "Un essai peut démontrer qu'un médicament apporte des bienfaits aux
patients qui y sont impliqués, mais si les femmes y sont sous-représentées, il
devient difficile de savoir si les résultats de cet essai peuvent s'appliquer
aux femmes, dit Dre Tsang. Elle dit que la prochaine étape de ses recherches
consiste à découvrir quels sont les facteurs qui affectent l'implication des
femmes dans les essais cliniques, afin de régler cette question.
    Mais résoudre le problème pourrait s'avérer plus difficile qu'on pourrait
le penser. Aux Etats-Unis, au début des années 1990, les Instituts nationaux
de santé ont mis en place une politique qui dicte que les femmes doivent être
représentées équitablement au sein des études, dans une mesure raisonnable.
    "Les résultats de l'étude sont encore plus surprenants, parce qu'en 1993,
le Congrès américain a adopté une loi afin de faire augmenter l'implication
des femmes et des minorités dans ces essais, dit Dre Tsang. On aurait cru
qu'en 2007, les choses auraient changé, mais ce n'est pas ce que nous avons
constaté."
    La sous-représentation des femmes au sein des essais cliniques pourrait
être attribuable au fait qu'on leur demande moins souvent qu'aux hommes d'y
participer. Les femmes souffrent des maladies cardiovasculaires à un âge plus
avancé que les hommes et de nombreux essais ont comme politique de ne pas
accepter de sujets âgés de plus de 70 ans. Cependant, les travaux de Dre Tsang
démontrent que les femmes représentent 61 % des sujets d'essais portant sur
l'activité physique et l'alimentation. Serait-ce la manifestation d'un
stéréotype sexuel?
    On pourrait en faire l'objet de futures recherches.

    Pour en savoir plus sur les différences entre les sexes en matière de
maladies du coeur et d'AVC, visitez les sites Web fmcoeur.ca ou
thehearttruth.ca.

    Les déclarations et conclusions des auteurs de cette étude sont
uniquement celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement les
politiques ou les points de vue de la Fondation et la SCC. La Fondation des
maladies du coeur du Canada et la Société canadienne de cardiologie font
aucune représentation ou garantie quant à leur exactitude ou à leur fiabilité.

    Organisme bénévole de bienfaisance en santé, la Fondation des maladies du
coeur mène la lutte vers l'élimination des maladies du coeur et des accidents
vasculaires cérébraux (AVC), en contribuant activement à l'avancement de la
recherche et sa mise en application, à la promotion de modes de vie sains et à
la représentation auprès des instances responsables des politiques de santé.
Pour en savoir plus, visitez le site www.fmcoeur.ca.




Renseignements :

Renseignements: ou entrevues, s'adresser à: Bureau des médias du CCSC
2008, (416) 585-3703 (du 26 au 29 octobre); Renseignements sur le congrès ou
inscription: www.cardiocongress.org; Après le 29 octobre 2008: Jane-Diane
Fraser, Fondation des maladies du coeur du Canada, (613) 569-4361, poste 273,
jfraser@hsf.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.