"On aurait tort de remettre en cause l'existence des commissions scolaires dans le contexte actuel." - Paul Gérin-Lajoie



    MONTREAL, le 17 fév. /CNW Telbec/ - A quelques jours du Forum sur la
démocratie et la gouvernance des commissions scolaires, qui se tiendra les 20
et 21 février prochains, le premier titulaire du ministère de l'Education du
Québec, M. Paul Gérin-Lajoie estime important de faire connaître son opinion
sur le rôle et la place stratégiques occupés par les commissions scolaires
dans l'histoire et la contribution qu'elles peuvent apporter dans l'avenir au
système d'éducation du Québec. "Il ne faut pas que les problèmes qui font
actuellement la manchette sur la scène publique nous ramènent à la conclusion
simpliste d'abolir les commissions scolaires. On aurait tort de remettre en
cause l'existence des commissions scolaires dans le contexte actuel", a
affirmé M. Gérin-Lajoie au cours d'une conférence de presse tenue cet
après-midi à Montréal.
    Rappelant qu'initialement les commissions scolaires avaient été créées
pour remettre entre les mains des populations locales la gestion et l'action
du Québec en éducation, M. Gérin-Lajoie est catégorique : "Il faut gérer
l'éducation de façon plus décentralisée et laisser une plus grande autonomie
aux commissions scolaires."
    S'il croit que le ministère de l'Education, du Loisir et du Sport occupe
une place importante pour dicter les grands principes généraux, celui qui fut
le premier ministre de l'Education du Québec précise toutefois que ce sont les
commissions scolaires qui devraient décider au quotidien des gestes et des
actions à poser en éducation.
    Pour M. Gérin-Lajoie, les commissions scolaires sont des institutions
importantes qui voient, partout au Québec, à assurer la qualité de
l'éducation, offerte aux adultes comme aux jeunes dans les écoles, et qui
assurent des services importants comme le transport scolaire, les services
éducatifs et la gestion du personnel. Elles participent au développement du
Québec en fournissant par exemple une large partie de la main-d'oeuvre dont
les entreprises ont besoin et en améliorant la qualité de vie des citoyens par
divers projets d'ordre social et économique. "En fait, sans les commissions
scolaires, les écoles deviendraient des agences gouvernementales soumises à un
contrôle éloigné du gouvernement et c'est l'élève qui serait le plus pénalisé
par cette situation", croit-il.
    Celui qui fut l'un des artisans des profondes mutations apportées au
système d'éducation du Québec et qui a fait de la modernisation de ce système
l'une des pierres angulaires de la Révolution tranquille estime qu'il faut
donc continuer d'affirmer la place stratégique que les commissions scolaires
occupent au sein de la société québécoise. "Pour ce faire, les élus scolaires
ont tout intérêt à favoriser une communication accrue avec la population et
une plus grande transparence dans leurs actions", a-t-il proposé.
    L'ex-ministre de la Jeunesse et vice-premier ministre sous le
gouvernement de Jean Lesage et président-fondateur de la fondation qui porte
son nom a invité la population du Québec à appuyer les commissions scolaires.
"Sans la contribution importante des commissions scolaires c'est l'avenir de
nos jeunes, au premier plan, qui risque d'être hypothéqué", a-t-il conclu.




Renseignements :

Renseignements: Louise Bureau, Fondation Paul-Gérin-Lajoie, (514)
288-3888, poste 225; Sylvain Sicotte, Directeur des communications, (514)
288-3888, poste 235


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.