Nouveaux taux de tabagisme pour le Canada et le Québec - La Société canadienne du cancer est heureuse que les taux de tabagisme au pays et au Québec soient en baisse, mais elle s'inquiète du nombre de jeunes Québécois âgés de 20 à 24 ans qui fument



    
     La consommation de tabac demeure un enjeu majeur de santé publique :
         plusieurs mesures devront encore être mises en application.
    

    MONTREAL, le 13 août /CNW Telbec/ - La Société canadienne du cancer (SCC)
profite de l'annonce des résultats annuels de l'Enquête de surveillance de
l'usage du tabac au Canada (ESUTC), pour souligner à quel point la lutte
contre le tabac demeure un enjeu capital pour la santé des Québécoises et
Québécois de tous âges mais particulièrement pour les jeunes adultes. La
raison en est fort simple : près du tiers de tous les cancers sont directement
causés par le tabagisme.

    Taux de tabagisme en baisse

    Les résultats pour l'année complète 2008 indiquent que 18 % des Canadiens
âgés de 15 ans et plus sont des fumeurs actifs (environ 4,9 millions de
fumeurs, soit 1,2 million de fumeurs de moins qu'il y a 10 ans - ou 25 % de la
population canadienne âgée de 15 ans et plus de 1999) - 19 % au Québec (1,2
million de fumeurs, soit environ 500 000 fumeurs de moins qu'en 1999, ou 30 %
- 1,7 million de fumeurs). On constate de même que le taux national de
tabagisme a baissé de 1 % après s'être maintenu à 19 % depuis trois ans. Au
Québec, hormis en 2006 où la prévalence avait chuté à 20 %, le taux de
tabagisme était remonté en 2007 à 22 %, soit le chiffre des années 2004 et
2005.

    Le tabagisme chez les jeunes de 15 à 19 ans

    Au pays, le taux de tabagisme actuel chez les jeunes de 15 à 19 ans se
chiffrait à 15 % pour la deuxième année d'affilée (environ 300 000
adolescents) - 17 % au Québec, soit environ 82 000 adolescents. Bien que ce
taux soit l'un des plus faibles taux enregistrés depuis que Santé Canada
enquête sur la prévalence du tabagisme chez les jeunes, il faudra continuer à
concentrer les efforts de lutte contre le tabac sur les jeunes, puisque c'est
pendant cette période qu'a lieu le plus souvent l'expérimentation du tabagisme
et que débute la consommation et la dépendance à la nicotine.

    Le tabagisme chez les jeunes adultes de 20 à 24 ans

    En 2008, la prévalence déclarée du tabagisme chez les jeunes adultes âgés
de 20 à 24 ans était de 27 % (environ 600 000 jeunes adultes), comparativement
au taux déclaré de 25 % l'an dernier pour la même période - 31 % au Québec,
soit environ 148 500 jeunes Québécois (26 % des jeunes femmes et 35,5 % des
jeunes hommes). Ce taux était de 32 % un an plus tôt (27 % des jeunes femmes
et 37,5 % des jeunes hommes).

    Fumée secondaire et enfants

    C'est malheureusement toujours au Québec que l'on retrouve le taux le
plus élevé d'enfants et d'adolescents âgés de 0 à 17 ans exposés régulièrement
à la fumée secondaire du tabac à la maison : 14,5 % contre 8 % pour tout le
pays - il n'est que de 5 % en Ontario et de 4 % en Colombie-Britannique.

    Demandes de la SCC pour lutter davantage contre le tabagisme au Québec

    Au cours des derniers mois, plusieurs dossiers liés au tabac ont avancé
au pays et au Québec, notamment celui du gouvernement du Québec de poursuivre
les fabricants de tabac. La SCC a appuyé l'adoption à l'unanimité par
l'Assemblée nationale le 18 juin dernier de la loi 43 sur le recouvrement du
coût des soins de santé et des dommages et intérêts liés au tabac. Ce geste
permettra dans les années à venir d'investir des sommes importantes dans la
lutte contre le tabagisme, en plus de financer une partie du système de santé.
    Par contre, la SCC estime que plusieurs autres mesures restent à être
adoptées ou à revoir avant que l'on puisse crier victoire en ce qui a trait à
la lutte contre le tabagisme :

    
    - La SCC est extrêmement préoccupée par le phénomène croissant du tabac
      illégal et bon marché. En raison de leur prix modique, les produits du
      tabac illicites encouragent l'adoption du tabagisme chez les jeunes
      adultes et dissuadent les fumeurs de cesser de fumer, en plus de
      favoriser les rechutes chez d'ex-fumeurs. Il a été démontré qu'une
      hausse de 10 % du prix des cigarettes entraîne une diminution de 8 % de
      la consommation des jeunes fumeurs. La SCC demande donc au gouvernement
      fédéral de prendre des mesures afin de réprimer la contrebande de
      cigarettes, et notamment :

      - de persuader le gouvernement des Etats-Unis de faire cesser les
        activités des fabricants illégaux du côté américain de la réserve
        d'Akwesasne;
      - d'interdire la fourniture de matières premières et d'équipement de
        fabrication de produits du tabac aux fabricants qui ne possèdent pas
        de permis;
      - de révoquer les permis des fabricants qui exercent leurs activités
        dans l'illégalité;
      - de mettre en oeuvre un système de "suivi et retraçage" efficace afin
        de surveiller de près les envois de tabac;
      - d'établir un cautionnement minimal d'au moins 5 millions de dollars
        pour l'obtention d'un permis fédéral de fabrication de produits du
        tabac (comparativement au minimum actuel extrêmement bas, soit
        5000 $).

    - Avant les vacances d'été 2009, la ministre fédérale de la Santé, Mme
      Leona Aglukkaq, a déposé à la Chambre des communes, puis au Sénat, un
      projet de loi qui, une fois adopté, interdirait l'ajout de saveurs dans
      les cigarettes et cigarillos, ainsi que la publicité dans les imprimés.
      La SCC appuie ce geste qui représenterait un gain important pour la
      santé et elle demande à tous les députés fédéraux et aux sénateurs
      d'appuyer le projet de loi C-32 dès l'automne dans le but de réduire
      davantage l'usage du tabac au Canada. Toutefois, le projet de loi C-32
      a ses limites. Il propose d'interdire toute publicité dans les journaux
      et magazines canadiens, mais pour la SCC, l'interdiction réelle de
      toute forme de publicité devrait aussi inclure la publicité la plus
      nocive de toutes : celle sur les emballages. La SCC milite donc en
      faveur de lois visant à abolir toute forme de publicité des produits du
      tabac.
    - La consommation de cigarillos a augmenté de plus de 500 % au cours des
      dernières années. La SCC applaudit donc la volonté du gouvernement
      fédéral par l'entremise de la loi C-32 d'interdire les saveurs dans les
      cigarillos et cigarettes. Les résultats de l'ESUTC pour l'année 2008
      démontrent que parmi les jeunes Canadiens âgés de 15 à 19 ans, 37% ont
      déclaré avoir essayé les cigarillos et 48% des jeunes adultes (20-24
      ans) ont fait de même. Toutefois, la SCC croit qu'il serait profitable
      d'étendre l'interdiction de saveurs aussi au tabac à usage oral (tabac
      à chiquer, snus) et d'inclure le menthol.
    - Enfin, la SCC, tout comme la majorité de la population, est favorable à
      une interdiction de fumer dans les véhicules transportant des enfants.
      Elle appuiera ce geste, si, suite au dépôt de son rapport sur la Loi
      sur le tabac cet automne, le ministre de la Santé et des Services
      sociaux, le Dr Yves Bolduc, décide d'aller de l'avant avec cette
      mesure.

    -------------------------------------------------------------------------
    Tabac et cancer

    - Le tabagisme est la plus importante cause de cancer évitable dans le
      monde - il fait plus de cinq millions de victimes tous les ans.
    - L'usage du tabac est relié de façon directe à 85 % des cas de cancer du
      poumon et est responsable de 30 % de tous les cancers. Le cancer du
      poumon est de loin la principale cause de décès par cancer. A lui seul,
      il compte pour près d'un tiers de tous les décès par cancer au Québec.
      Uniquement cette année, 7400 Québécois recevront un diagnostic de
      cancer du poumon et 6500 en mourront.
    - Bien que la population du Québec ne compte que 23 % des habitants du
      pays, en 2009, on y comptera 31,5 % de tous les décès par cancer du
      poumon au pays.
    - Chez les femmes, la hausse des taux d'incidence et de mortalité
      imputables au cancer du poumon se poursuit - en fait, ces taux ont
      triplé depuis 1975. Résultat : au Québec, le cancer du poumon tuera
      cette année deux fois plus de femmes que le cancer du sein fera de
      victimes.
    -------------------------------------------------------------------------
    

    La Société canadienne du cancer est un organisme bénévole national, à
caractère communautaire, dont la mission est l'éradication du cancer et
l'amélioration de la qualité de vie des personnes touchées par cette maladie.
Depuis deux décennies, elle joue un rôle important dans la lutte antitabac au
pays et poursuit ses objectifs de sensibiliser le grand public à l'importance
de ne pas fumer et de vivre dans un environnement sans fumée.
    Pour en connaître davantage sur le cancer du poumon, la cessation
tabagique et les services de la SCC, on peut communiquer avec son Service
d'information sur le cancer, au 1 888 939-3333, ou consulter son site Web, à
www.cancer.ca.

    M. Marc Drolet, directeur des Affaires publiques de la Société canadienne
du cancer, Division du Québec et Rob Cunningham, avocat et analyste principal
des politiques à la Société canadienne du cancer, sont disponibles pour des
entrevues.




Renseignements :

Renseignements: André Beaulieu, conseiller principal, Relations
publiques, Société canadienne du cancer, Division du Québec, (514) 393-3444,
abeaulieu@quebec.cancer.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.