Nourriture dans les hôpitaux : pour l'APTS, 2,60 $ par repas, par patient, c'est totalement irréaliste

LONGUEUIL, QC, le 4 déc. 2013 /CNW Telbec/ - L'APTS demande au ministre de la Santé et des Services sociaux, Réjean Hébert, d'augmenter les budgets consacrés à nourrir les patients des établissements de santé, actuellement fixés à 7,83 $ par patient par jour dans les hôpitaux et de moins de 4 $ par jour par patient dans les centres d'hébergement. Rappelons qu'une bonne alimentation contribue fortement à la remise sur pieds des malades ou de ceux qui ont subi une opération.

« Ces montants sont totalement irréalistes, estime le responsable politique de la région de Montréal à l'APTS, Francis Collin. Comment peut-on penser nourrir convenablement une personne, affaiblie par surcroît, avec 2,60 $ par repas? De nos jours, avec 2,60 $, on a peine à se payer un café! Dans ces conditions, il n'est pas étonnant que les hôpitaux montréalais, entre autres, conservent la malbouffe dans leur cafétéria. Les frites, les boissons gazeuses et la pizza sont payantes pour les établissements. Ces raisons budgétaires expliquent le retard qu'ont pris les hôpitaux montréalais pour se conformer à la politique alimentaire du gouvernement. »

L'APTS s'inquiète en outre de la teneur en protéines des plats que l'on donne aux patients. « Depuis l'adoption de la politique alimentaire qui non seulement interdit la malbouffe, mais fixe également les prix, on nous rapporte une augmentation des plats en sauce et des pâtes, au détriment de plats riches en protéines, affirme Francis Collin. Pour compenser, de plus en plus d'établissements servent systématiquement des boissons protéinées, de type "Ensureˮ ou "Boostˮ. Or, ces boissons coûtent cher. Au lieu de dépenser pour ces boissons, il faudrait augmenter les portions de protéines dans l'assiette. Les diététistes-nutritionnistes le disent bien : sauf pour les grands malades, une assiette bien constituée doit contenir la quantité de protéines nécessaire au bon fonctionnement de l'organisme, nul besoin de compenser. »

L'APTS demande au ministère de la Santé et des Services sociaux, ainsi qu'aux établissements du réseau de donner plus d'importance à la qualité des aliments servis dans les hôpitaux montréalais. « Trop souvent, l'alimentation est le parent pauvre des établissements de santé. Les budgets sont trop serrés, la nourriture est réchauffée et même pas cuisinée sur place. Aux dernières nouvelles, le nouveau CHUM ne prévoit même pas d'espace pour cuisiner les aliments. Il est temps de donner un coup de barre », de conclure Francis Collin.

À propos de l'APTS
L'APTS est une organisation syndicale qui regroupe 30 000 personnes occupant des postes professionnels et techniques dans le réseau de la santé et des services sociaux, dont des techniciennes en diététique, des diététistes-nutritionnistes, des technologistes médicales, des techniciennes en loisir, des archivistes médicales, des technologues en imagerie médicale, des physiothérapeutes, des ergothérapeutes, des orthophonistes, des audiologistes, des psychoéducateurs, des thérapeutes en réadaptation physique, des organisatrices communautaires, des travailleurs sociaux, des psychologues, des intervenants en soins spirituels et des hygiénistes dentaires.

SOURCE : Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS)

Renseignements :

Francis Boucher, conseiller en communication
Téléphone : 514.609.2906 (cell.)


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.