Note pour une allocution par l'Honorable John Baird, C.P., Député Ministre de l'Environnement, Conférence des Nations Unies sur les Changements Climatiques, Nusa Dua, Bali, Indonésie, le 13 décembre 2007



    NUSA DUA, BALI, INDONESIE, le 13 déc. /CNW Telbec/ -

    
    Monsieur le Président, je vous remercie.

    Ministres, distingués délégués,

    Comme vous le savez sans doute tous, les défis posés à l'échelle mondiale
par les changements climatiques sont à la base de nombreuses discussions.
    Cela provient du fait que les changements climatiques représentent la
principale préoccupation environnementale de notre époque.
    Le gouvernement du Canada partage l'avis du Secrétaire général de
l'Organisation des Nations Unies lorsqu'il affirme qu'il s'agit du défi de
notre époque.
    Rares sont les personnes qui s'opposeraient à cette affirmation, surtout
parmi celles présentent ici, cette semaine, en Indonésie.
    Le premier ministre du Canada, Stephen Harper, a affirmé : "Autant les
conséquences de ne pas agir pour protéger l'environnement seraient
incalculables, autant les retombées bénéfiques d'une intervention concrète
seraient illimitées".
    D'autres ont répété ces propos, mais peu les ont définies de façon aussi
claire et précise que le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution
du climat, dont le quatrième rapport présente avec force un ensemble de
preuves importantes sur l'existence, la nature et la gravité des changements
climatiques.
    Le Canada appuie totalement cette évaluation.
    Je le rappelle. Le Canada est déterminé à respecter ses engagements.
    Nos cibles de réduction obligatoires pour toutes les industries qui
produisent des gaz à effet de serre et de la pollution atmosphérique sont
fondées sur les niveaux actuels ainsi que sur les circonstances particulières
qui définissent qui nous sommes en tant que Canadiens et comment nous vivons
et travaillons.
    Combinés à nos nouvelles initiatives à l'égard des sources d'énergie
propres et du transport écologique ainsi qu'aux mesures prises par les
provinces, nos règlements permettront de réduire les émissions canadiennes de
gaz à effet de serre de 20 % par rapport aux niveaux actuels d'ici 2020.
    Mais nous sommes conscients que nous devons faire plus.
    En fait, nous sommes entourés aujourd'hui de nos collègues de l'Ontario,
du Québec et de l'Alberta qui se sont engagés à mettre en oeuvre la plus
grande partie de nos obligations.
    Nous sommes d'avis que notre plan stimulera les investissements dans les
technologies qui sont nécessaires pour parvenir à des réductions importantes
des émissions.
    Ce plan présente une amélioration continue du rendement au chapitre des
émissions de l'industrie réglementée, en même temps que les avantages de la
réduction des polluants atmosphériques qui affectent la santé de nos citoyens.
    En même temps, nous reconnaissons que l'adaptation au changement
climatique est importante pour nos citoyens. Le Canada est un pays étendu et
nordique, dont le territoire entier recèle des trésors naturels.
    Nous avons déjà constaté les effets du changement climatique dans le Nord
avec la fonte du pergélisol, les glissements des fondations des écoles et
l'invasion de dendroctones du pin ponderosa. Nous subissons aussi les
conséquences du changement climatique.
    Bien entendu, nous sommes conscients qu'il n'existe pas d'approche
universelle, que les circonstances nationales doivent être prises en compte et
qu'il n'est pas possible d'apporter des réponses toutes faites au problème du
changement climatique.
    C'est pourquoi le Canada est en faveur de responsabilités "communes mais
différenciées".
    Tout accord à long terme sur le changement climatique devrait être souple
et permettre à tous les pays de choisir les instruments et les politiques qui
conviennent le mieux à leurs réalités individuelles.
    Néanmoins, il est essentiel que le cadre définisse également des règles à
suivre impérativement.

    Ces règles sont les suivantes :

    - Premièrement, l'accord doit adopter une perspective à long terme pour
      établir les échelles et le calendrier de réduction des émissions
      mondiales pour toute la période d'ici à 2050, pendant laquelle notre
      objectif doit être de réduire les émissions de moitié. Cette
      perspective à long terme devrait permettre de fixer des objectifs à
      moyen terme.
    - Deuxièmement, nous devons impliquer tous les grands pays émetteurs, en
      fixant des objectifs adaptés en termes de niveaux et de calendriers
      dans le cadre d'un nouvel accord contraignant.

      Il convient d'élargir les obligations actuelles des pays industrialisés
      de l'Annexe I grâce à

      - des engagements plus grands de la part des pays industrialisés;
      - des engagements de la part des pays en développement;
      - l'accroissement de l'utilisation par tous les grands émetteurs de
        technologies plus propres, pour réduire, puis stabiliser la
        croissance des émissions.

    - Troisièmement, l'accord doit être réaliste du point de vue économique,
      fondé sur un équilibre entre la protection de l'environnement et la
      prospérité économique, sans accabler excessivement la croissance d'un
      seul pays.
    - Enfin, l'accord doit favoriser le développement et le déploiement de
      nouvelles technologies plus efficaces.

    Le Canada est venu en Indonésie prêt à faire le nécessaire afin de
garantir que les objectifs établis par le Secrétariat exécutif de la CCNUCC
soient atteints :

      - Accord sur le lancement d'un nouveau cycle de négociations;
      - Accord sur les éléments constitutifs d'un cadre post-2012; et
      - Accord sur l'achèvement des négociations en 2009.

    Nous adhérons pleinement à ces objectifs.

    Messieurs les délégués, le monde a aujourd'hui l'occasion de nous remettre
sur le droit chemin - l'occasion de lancer un nouveau processus de négociation
qui nous rapprochera de la réalisation des objectifs de la communauté
mondiale.
    Permettez-moi de rappeler clairement notre engagement.
    Le Canada s'engage dans le processus des Nations Unies et dans ces
discussions.
    Le Canada s'engage à mettre en place un nouveau cadre international, fondé
sur les recherches scientifiques.
    Le Canada s'engage à agir.
    Nous pouvons atteindre nos objectifs et nous les atteindrons, grâce aux
efforts de collaboration internationale et à une détermination mondiale sans
précédent, même si nous sommes conscients que des décisions difficiles nous
attendent et que nous devrons avoir recours au compromis dans nos discussions.
    Mettons-nous d'accord pour faire passer le bien de tous avant nos besoins
individuels et pour oeuvrer ensemble afin d'atteindre un consensus pour
l'avenir de notre planète.

    Merci.

    

    /AVIS AUX RESPONSABLES DE LA SECTION PHOTOGRAPHIQUE : Une photo
    accompagnant ce communiqué est disponible dans l'Archive photographique
    CNW et archivée à l'adresse http://photos.newswire.ca. Des images
    archivées sont aussi disponibles sur le site Web de l'Archive
    photographique CNW, à l'adresse http://photos.newswire.ca. Ces images
    sont gratuites pour les représentants accrédités des médias/




Renseignements :

Renseignements: Eric Richer, Attaché de presse, Bureau du ministre de
l'Environnement, (819) 997-1441, En Indonésie : 085857032508; Relations avec
les médias: Environnement Canada, (819) 934-8008, 1-888-908-8008, En Indonésie
: Gregory Jack, 085857032502

Profil de l'entreprise

Environnement Canada

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.