"Nos souliers sont usés": manifestation de la TROVEP de Montréal sur les tarifs du transport en commun



    MONTREAL, le 20 sept. /CNW Telbec/ - Dans le cadre de sa campagne "Pour
un tarif social dans le transport en commun", la Table régionale des
organismes volontaires d'éducation populaire (TROVEP) de Montréal profite de
la journée "En ville sans ma voiture" pour tenir une manifestation devant les
bureaux du ministère des Transports du Québec. Cette manifestation sous le
thème "Nos souliers sont usés" veut souligner l'impact des hausses
continuelles de tarifs pour les personnes à faible revenu.
    Les tarifs dans le transport en commun ne cessent d'augmenter. Ils
s'ajoutent aux autres pressions sur le budget des ménages : du panier
d'épicerie aux hausses de loyer, de l'électricité et du chauffage. Tout
augmente sauf les revenus. Les salaires ne suivent pas la hausse du coût de la
vie; le salaire minimum ne permet pas de s'élever au-dessus du seuil de
pauvreté. Les prestations de l'assurance-emploi ont été réduites et les
prestations accordées aux personnes assistées sociales sont toujours
dérisoires.
    Depuis 2001, le coût de la CAM a augmenté de plus de 34%. Dans ce
contexte, les pauvres "ménagent leurs transports". En 1980, le coût de la CAM
s'établissait à 12% du revenu d'une semaine de travail (35 heures au salaire
minimum), alors qu'en 2006 l'achat d'une CAM en représentait 24%. Selon Aaron
Lakoff de la TROVEP de Montréal, "ces augmentations continuelles des tarifs de
transport en commun ont des conséquences concrètes chez les personnes à faible
revenu. Plusieurs marcheront de longues heures pour consulter leur médecin,
pour chercher un emploi, pour suivre un cours, et de nombreux autres resteront
confinés à la maison ou couperont sur d'autres besoins essentiels".
    "Cette manifestation ne vise aucunement à dénoncer l'événement "En ville
sans ma voiture". Les organismes communautaires participants comprennent fort
bien que l'accroissement du nombre de véhicules automobiles est préjudiciable
à la qualité de vie de l'ensemble des Montréalaises et des Montréalais",
explique Jean-Yves Joannette. "Par contre, on peut déplorer que la question du
transport en commun ne soit posée qu'en fonction de préoccupations
écologiques. Le transport en commun est aussi un moyen, sinon le seul, que les
personnes à faible revenu (les sans-sous - sans-auto) peuvent utiliser pour se
déplacer. C'est pourquoi nous revendiquons une tarification sociale dans le
transport en commun".
    La manifestation du 20 septembre vise donc à rappeler au ministère des
Transports que le transport en commun est aussi un service public qui se doit
d'être accessible à tous et à toutes. Le gouvernement du Québec, au même titre
que la Ville de Montréal et les municipalités de la CMM, doit investir dans le
transport en commun et soutenir son accessibilité en réduisant les coûts
d'utilisation. "Nous demandons une baisse immédiate de l'ensemble des tarifs
et la création d'un tarif social pour les personnes à faible revenu", de
conclure M. Joannette.




Renseignements :

Renseignements: Jean-Yves Joannette, TROVEP de Montréal, (514) 527-1112,
Cellulaire: (514) 998-0502; Aaron Lakoff, (514) 738-2036 poste 406,
Cellulaire: (514) 691-2036


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.