Nomination d'un commissaire à l'éthique indépendant - POURQUOI LES DEPUTES LIBERAUX N'EN VEULENT-ILS PAS?



    QUEBEC, le 8 avr. /CNW Telbec/ - La députée de Taschereau et leader
adjointe de l'opposition officielle, Agnès Maltais, est renversée que les
députés libéraux aient voté, aujourd'hui à l'Assemblée nationale, contre la
nomination d'un commissaire à l'éthique indépendant.
    "C'est à n'y rien comprendre! C'était l'engagement solennel signé de la
main du chef du Parti libéral du Québec en 2003. Le geste des députés libéraux
est totalement surprenant : ils ont voté contre un de leurs engagements
électoraux. Ca démontre à quel point ce gouvernement dit une chose et fait son
contraire. Or, lorsqu'il est question d'éthique et après les manquements
graves de membres du Conseil des ministres, cette volte-face est scandaleuse",
a indiqué Agnès Maltais.
    La députée de Taschereau souligne que la motion présentée n'avait rien de
contraignant pour les députés libéraux. "En plus de proposer la nomination
d'un commissaire à l'éthique indépendant, cette motion réitérait quatre
principes de base : le respect de la Loi sur l'Assemblée nationale, la
prestation de serment des membres du Conseil des ministres, le respect des
directives du premier ministre concernant les conflits d'intérêts,
l'exclusivité de fonction d'un ministre pour un seul employeur, soit le
gouvernement du Québec. Aucun député libéral ne s'est levé pour réaffirmer
l'évidence. C'est troublant, profondément inquiétant et ça démontre que le
sens de l'éthique de ce gouvernement est inexistant", a ajouté Mme Maltais.
    Elle tient à rappeler également que le premier ministre du Québec, Jean
Charest, a modifié les directives pour se prémunir contre des conflits
d'intérêts pour les ministres à trois reprises. "On ne peut pas changer les
règles à chaque remaniement, ajuster les règles aux personnes : c'est
l'inverse qui doit se produire", a-t-elle poursuivi.
    Sur l'affaire Couillard, Mme Maltais note que le premier ministre, après
avoir défendu bec et ongles son ex-ministre l'an dernier, est totalement
silencieux depuis le rapport du Commissaire au lobbyisme dévoilé il y a
quelques semaines, où il a été démontré que Philippe Couillard avait signé une
entente avec un nouvel employeur cinq semaines avant de quitter son poste. Qui
ne dit mot consent?", a conclu Agnès Maltais.
    -%SU: CPN
    -%RE: 37




Renseignements :

Renseignements: Eric Gamache, Attaché de presse, Aile parlementaire du
Parti Québécois, (418) 643-2743


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.