Négociations tendues au Centre de santé et de services sociaux de Laval - Le Syndicat des infirmières, inhalothérapeutes et infirmières auxiliaires demande l'intervention d'un médiateur arbitre



    LAVAL, QC, le 3 avril /CNW Telbec/ - Rien ne va plus dans les
négociations entre le Syndicat des infirmières, inhalothérapeutes et
infirmières auxiliaires de Laval (SIIIAL), qui représente plus de 1900 membres
oeuvrant dans onze établissements de santé de Laval, et la direction du Centre
de santé et de services sociaux de Laval. En conséquence, le SIIIAL demande
donc au ministère du Travail l'intervention d'un médiateur arbitre.
    Le SIIIAL est membre de l'Union québécoise des infirmières et infirmiers
(UQII) affiliée à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ).

    Une partie patronale de mauvaise foi

    Le président du SIIIAL, M. Jean-François Caron, a soutenu aujourd'hui en
conférence de presse que la partie patronale est de mauvaise foi dans les
négociations en cours et qu'il est sérieusement inquiet de la progression
extrêmement lente des discussions entre les deux parties.
    "Nous avons déposé l'ensemble de nos demandes le 13 juin 2006 et la
première rencontre de négociation a eu lieu le 13 septembre dernier. La date
butoir prévue pour en arriver à une entente est le 8 juillet prochain.
Malheureusement, au rythme où les pourparlers se déroulent, il est évident
qu'il est impossible de renouveler la convention collective pour cette date",
soutient le président du syndicat.

    Le coeur de la négociation pas encore abordé

    M. Jean-François Caron rappelle que 26 matières font l'objet des
négociations locales et que malheureusement elles ne font pas encore toutes
l'objet de discussion à la table de négociations.
    "Nous n'avons réglé que neuf points actuellement et ce sont loin d'être
des sujets majeurs. En fait, le coeur de la convention collective n'est que
sommairement abordé. L'employeur n'a d'ailleurs pas encore fait tous ses
dépôts à ce sujet et il a répondu négativement à notre demande visant à
accélérer le rythme des négociations. Nous nous interrogeons sur la bonne foi
de l'employeur", dénonce le président du SIIIAL.

    En droite ligne vers une impasse

    M. Caron est convaincu qu'à défaut de l'intervention d'un médiateur
arbitre dans le dossier, les négociations se dirigent en droite ligne vers une
impasse.
    "En dépit du fait que peu de points ont encore fait l'objet de
discussions à la table de négociations, nous avons eu largement le temps de
constater que nous sommes aux prises avec un employeur qui ne manifeste
absolument aucune ouverture à nos demandes. La réponse est toujours la même :
il veut le statu quo ou bien il fait lui-même ses propres demandes. Ce n'est
certainement pas avec une telle attitude que nous allons approcher d'une
entente", fait remarquer le président du SIIIAL.

    Des conditions de travail difficiles

    M. Jean-François Caron ajoute que la partie patronale se comporte comme
si elle semblait vouloir ignorer le contexte de pénurie de personnel auquel
sont confrontés actuellement les travailleuses et les travailleurs.
    "La situation est particulièrement difficile pour les travailleuses et
les travailleurs dont le fardeau de la tâche est très élevé à cause du manque
de personnel. A cela s'ajoute l'obligation de faire régulièrement des heures
supplémentaires. Le contexte est donc très difficile et c'est pour cela que
nous exigeons un meilleur encadrement des postes et des déplacements entre les
établissements pour réduire le plus possible les contraintes qui sont exercées
sur le personnel", explique le président du syndicat.

    Des travailleuses et des travailleurs dévoués à la qualité des soins de
    santé

    M. Caron soutient que si l'on veut maintenir la qualité des soins de
santé dispensés à la population au Centre de santé et de services sociaux de
Laval, l'employeur doit comprendre qu'il est de son devoir de favoriser des
conditions de travail plus humaines pour les travailleuses et les
travailleurs.
    "Ce sont premièrement les travailleuses et les travailleurs qui subissent
les conséquences du manque de ressources dans les établissements. Si nous
réussissons à maintenir la qualité des soins de santé dispensés à la
population, c'est avant tout grâce au professionnalisme et au dévouement des
travailleuses et des travailleurs qui oeuvrent dans les établissements.
Malheureusement, la direction du Centre de santé et de services sociaux de
Laval ne semble pas encore l'avoir compris puisqu'elle veut ajouter encore
plus de pression aux travailleuses et aux travailleurs par ses demandes",
déplore M. Jean-François Caron.

    Manque de respect à l'égard des représentants syndicaux

    Le président du SIIIAL termine en disant regretter l'attitude des
porte-parole patronaux à la table de négociations qui s'apparente à un manque
de respect à l'égard des représentants syndicaux, qui ont le mandat de
défendre les revendications des 1900 infirmières, inhalothérapeutes,
infirmières auxiliaires et puéricultrices de Laval.
    "Ce manque de respect qui frise l'arrogance ne facilite certainement pas
l'établissement d'un climat de confiance entre les parties, lequel est
nécessaire si nous voulons parvenir à une entente qui tiendra compte des
intérêts de tout le monde, et qui, ultimement, assurera à notre population de
recevoir les soins de santé de qualité auxquels elle est en droit de
s'attendre", conclut M. Jean-François Caron, président du Syndicat des
infirmières, inhalothérapeutes et infirmières auxiliaires de Laval.

    Profil de l'UQII et de la CSQ

    L'UQII représente près de 7000 infirmières, infirmières auxiliaires,
inhalothérapeutes et puéricultrices travaillant dans des établissements de
tous les secteurs de la santé : CHSLD, CH, CLSC, centres de réadaptation,
dispensaires, régies régionales, établissements privés conventionnés et
Héma-Québec.

    La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) représente 172 000 membres,
dont plus de 120 000 dans le secteur public, la grande majorité travaillant
dans le domaine de l'éducation. Elle est présente dans les secteurs de la
santé et des services sociaux, des services de garde, des loisirs, de la
culture, du communautaire et des communications.




Renseignements :

Renseignements: Claude Girard, Attaché de presse CSQ, Cell.: (514)
237-4432


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.