Négociations difficiles dans les centres d'hébergement privés - La CSN interpelle le groupe Melior



    MONTREAL, le 16 déc. /CNW Telbec/ - La Confédération des syndicats
nationaux craint la multiplication des conflits de travail dans les centres
d'hébergement privés sous la gouverne du Groupe Melior. Elle lance un appel au
dialogue à l'entreprise contrôlant pas moins de 30 établissements au Québec et
lui demande de se présenter aux tables de négociation avec des mandats clairs
pour faire avancer les pourparlers quant aux enjeux monétaires.
    Depuis le 21 novembre, 85 salarié-es de la Villa Val-des-Arbres, un
centre d'hébergement privé de Laval sont en grève. Ils souhaitent obtenir des
conditions de travail comparables à celles d'autres employé-es syndiqués
d'établissements comparables. Par exemple, les préposé-es aux bénéficiaires
aimeraient voir leur salaire horaire passer de 9, 90 $ à 11, 73 $ à
l'embauche, à compter de novembre 2008. Les employé-es de ce centre d'accueil
souhaitent également se doter d'un plan d'assurances collectives.
    Or, ils sont poussés à la grève parce que leur véritable employeur, le
Groupe Melior ne veut pas déterminer de dates de négociation et n'offre pas de
réponse satisfaisante aux demandes des salairié-es. "Cette situation nous
inquiète d'autant plus que les négociations s'amorcent dans deux autres
centres d'hébergement privés de la région, soit le Manoir Pierrefonds et le
Castel Royale, explique le président du Syndicat des travailleuses et des
travailleurs des centres d'hébergement du Grand Montréal, Guy Trichard."

    Le Groupe Melior interpellé

    Pourtant, dans certains de ses établissements, le groupe Melior a négocié
avec les syndicats CSN et y offre par conséquent de meilleures conditions de
travail. Par exemple, à la résidence Sainte-Geneviève, à Québec, le groupe
Melior s'est entendu avec le syndicat, et ce, sans conflit de travail. A
compter de février 2008, les préposé-es aux bénéficiaires gagneront 11,51 $
l'heure à l'embauche.
    Le vice-président de la Fédération de la santé et des services sociaux de
la CSN, Jeff Begley, se demande comment le Groupe Melior peut justifier que
les conditions de travail varient à ce point d'un établissement à l'autre.
"Pourquoi le Groupe Melior s'enferme-t-il dans un refus de négocier ? Il sait
pertinemment qu'on peut s'entendre puisque nous l'avons fait ailleurs.
Espère-t-il qu'en boudant ainsi, la CSN va lâcher le morceau ? C'est bien mal
nous connaître !", estime le syndicaliste.
    Pour le président du Conseil central du Montréal métropolitain CSN,
Gaétan Chateauneuf, c'est une question de respect. "Les gens qui s'occupent
des personnes âgées méritent des conditions de travail décentes. Les personnes
qui choisissent d'habiter dans ces centres déboursent des sommes
considérables. C'est la moindre des choses que de demander que les personnes
qui dispensent les services aux résidents soient traitées convenablement et
avec respect".

    Le Groupe Melior gère une trentaine de complexes au Québec. Il est
partenaire du fonds d'investissement immobilier Chartwell qui contrôle plus de
150 résidences pour personnes âgées au Canada. Dans ce secteur économique
appelé à croître de façon exponentielle au cours des prochaines années, la CSN
est d'avis que les relations de travail ont besoin d'un sérieux coup de barre.




Renseignements :

Renseignements: Jean-Pierre Larche, Service des communications de la CSN
(514) 598-2264; Source: Confédération des syndicats nationaux


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.