Négociation sur l'exploitation de la forêt boréale - La FTPF-CSN interpelle le gouvernement



    QUEBEC, le 10 sept. /CNW Telbec/ - La Fédération des travailleurs et des
travailleuses du papier et de la forêt (FTPF-CSN) est déçue que les
pourparlers entre AbitibiBowater et Greenpeace concernant leurs différends sur
l'exploitation de la forêt boréale aient échoués.
    Ces discussions officielles, encadrées par un facilitateur impartial,
avaient débutées il y a plus de 10 mois et concernaient les pratiques
d'aménagement dans la forêt boréale.
    Cet échec du dialogue est bien malheureux mais pas surprenant lorsqu'on
apprend que l'impasse principale repose sur l'interruption de l'exploitation
de certains territoires forestiers qualifiés de "forêt intacte" par le groupe
environnemental Greenpeace.
    Rappelons que la FTPF-CSN a organisé, le 8 octobre 2007, une journée de
sensibilisation mettant en présence différents intervenants du monde forestier
dont madame Mélissa Fillion, responsable de la campagne de Greenpeace sur la
forêt boréale.
    Malgré l'effet positif de cette activité, qui a d'ailleurs été saluée par
plusieurs observateurs, dont M. Luc Bouthillier de l'Université Laval et
M. Louis Bélanger, président de Nature Québec, beaucoup d'efforts restent à
faire pour améliorer la compréhension des problématiques entourant
l'exploitation de la forêt boréale. C'est, selon nous, toujours la bonne
approche à adopter contrairement à celle basée uniquement sur la défense
d'intérêts particuliers. Certes, la défense de nos membres est notre priorité,
mais celle de la pérennité de la forêt l'est tout autant.
    Malheureusement, encore aujourd'hui et particulièrement dans le présent
dossier, les travailleurs et les communautés sont au centre de la ligne de feu
et sont constamment interpellés pour choisir de supporter un camp ou l'autre.
Comment départager la vérité et la propagande afin de faire le bon choix?
    Lorsque le groupe Greenpeace attaque les compagnies forestières pour leur
inaction quant à la protection des forêts intactes, il s'en prend également
par la force des choses au gouvernement qui donne les autorisations aux
bénéficiaires de CAAF et qui décident des pratiques forestières au Québec.
C'est d'ailleurs en raison de ces permissions que les compagnies forestières
exploitent des zones de forêt boréale.
    Le gouvernement du Québec doit répondre publiquement de la gestion qu'il
fait de la forêt boréale. D'autant plus que ce dernier vient récemment de
reconduire pour 5 ans (2008-2013) les autorisations pour récolter les volumes
de bois dans les territoires forestiers visés par la campagne de Greenpeace.
    Pour Sylvain Parent, président de la FTPF-CSN, le silence du gouvernement
a assez duré, soit qu'il défende sa gestion en se servant de toutes les
tribunes internationales qu'il détient ou qu'il propose des mesures pour
protéger la forêt boréale.




Renseignements :

Renseignements: Sylvain Parent, président FTPF-CSN, (418) 647-5775


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.