MORTS D'AÎNÉS TROP VIEUX POUR L'URGENCE !

MONTRÉAL, le 13 avril /CNW Telbec/ - L'AQDR A DEMANDÉ L'INTERVENTION SPECIALE DU CORONER EN CHEF POUR DÉTERMINER LES CAUSES ET LES CIRCONSTANCES DE DÉCÈS SURVENUS DEPUIS JUILLET 2010, DONT DEUX IDENTIFIÉS COMME RÉSULTANT DE NÉGLIGENCE, AU CENTRE MULTIVOCATIONNEL CLAUDE-DAVID, DE REPENTIGNY

L'AQDR demande au Coroner d'enquêter sur ce qui a pu causer un nombre important de décès depuis juillet 2010 et particulièrement depuis décembre dernier à l'ancien hôpital Le Gardeur de Repentigny, LE CENTRE MULTIVOCATIONNEL CLAUDE-DAVID.

Spécifiquement, l'AQDR a signalé au Coroner en chef-adjoint Me Gilles Éthier le décès par négligence présumée de Monsieur Eugène Parent décédé le 5 juillet 2010 et celui de monsieur Bill Czerniakewycz décédé le 11 mars 2011. De plus l'AQDR lui a demandé d'étendre son enquête à tous les décès survenus dans cet établissement entre juillet 2010 et le 15 mars 2011.

En effet, en trois mois, 15 décès ont été enregistrés dans l'ancien hôpital Le Gardeur, à Repentigny, et depuis cette nouvelle révélée dans les médias, on a appris qu'un autre décès relié à la négligence a eu lieu au même endroit en juillet 2010. Ce serait le syndicat des infirmiers et infirmières de l'hôpital qui a dénoncé la situation. Selon sa présidente, Lyne Bouchard, les pensionnaires ont été transférés dans une aile de l'hôpital qui n'était pas aménagée pour les accueillir et qui était abandonnée depuis sept ans selon les informations. Selon les recherches de l'AQDR le Coroner n'a pas été informé des décès dus à la négligence dans cet établissement pourtant sous l'autorité du CSSS Sud de Lanaudière.

«Ça meurt comme des mouches! C'est comme ça que nous ont dit les gens», aurait expliqué Mme Bouchard. Le syndicat des infirmières du centre juge que l'aile en question n'était tout simplement pas équipée pour recevoir une clientèle lourde et déplore qu'on ait été aussi négligent en ne prévoyant pas les instruments cliniques de base. «Ils sont vieux, ils sont vieux... Je comprends qu'ils sont vieux, mais ils ont droit d'avoir des soins comme les autres. Ce sont des citoyens...», dénonce Lyne Bouchard. Une des personnes décédées dans l'aile de l'hôpital est morte en mars 2011 après s'être étouffée avec un morceau de pain. Le personnel ne disposait pas de l'équipement nécessaire pour dégager sa trachée.

D'autre part, Sylvie Parent, fille de la victime dénonce la mort tragique de son père.  Cet homme de 86 ans a agonisé pendant toute une nuit. L'infirmière de garde n'a pas jugé bon de contacter le médecin de garde ni de transférer à l'urgence M. Eugène Parent qui souffrait d'une rupture de l'intestin croyant que son transfert lui serait refusé et qu'il ne serait pas pris en charge. Dans un rapport accablant de la Commissaire locale adjointe aux plaintes du CSSS du sud de Lanaudière, Mme Suzanne Bélanger, on y apprend plusieurs lacunes survenues dans les heures précédant son décès le 5 juillet 2010.  «Je ne peux expliquer les raisons invoquées par l'infirmière présente pour remettre le transfert au matin», écrit-elle. Etonnamment, c'est la Commissaire locale adjointe aux plaintes qui a pris sur elle les circonstances du décès de M. Parent et le CSSS du Sud de Lanaudière n'a pas prévenu le Coroner comme prévoit la loi. 

Pour l'AQDR ces morts suspectes sont extrêmement inquiétantes et la situation doit faire l'objet d'une enquête d'urgence du Coroner. Elle révèle une fois de plus que la loi sur le coroner doit être changée puisque des morts ont lieu dans les établissements de santé pour les personnes âgées sans que le Coroner n'en soit obligatoirement informé.

Dans les faits entre juillet 2010 et mars 2011 combien de personnes sont-elles décédées au Centre Claude-David et parmi celles-là combien dans des circonstances obscures ou suite à des négligences dans les soins ou en raison de défauts dans l'organisation des services ? Le « désengorgement » des services d'urgences et des centres hospitaliers signifie-t-il la mise en danger des aînés les plus vulnérables partout au Québec?Pour l'AQDR cela démontre la grande pertinence de la recommandation faite par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse en janvier concernant le signalement obligatoire au Coroner des décès par les établissements d'ainés et qui devrait être mise en vigueur le plus tôt possible par le Ministre de la sécurité publique.

« Avec des établissements inadéquats comme Le Gardeur il y a un risque de banaliser la mort d'ainés hébergés, et d'institutionnaliser les risques de négligence meurtrières des ainés » a déclaré le président de l'AQDR Louis Plamondon.

Ces incidents mortels révèlent les lacunes de notre système en termes de protection des aînés. Sans l'action du Coroner en chef, l'impunité restera la règle dans les cas de décès d'aînés par négligence.

SOURCE ASSOCIATION QUEBECOISE DE DEFENSE DES DROITS DES PERSONNES RETRAITEES ET PRERETRAITEES

Renseignements :

Louis Plamondon, Président de l'AQDR
Cell : 514 - 713 - 7373
Bureau : 514- 935 - 1551 poste 1

Profil de l'entreprise

ASSOCIATION QUEBECOISE DE DEFENSE DES DROITS DES PERSONNES RETRAITEES ET PRERETRAITEES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.