Monique F. Leroux invite les gens d'affaires de Bellechasse et de la Vallée de la Plasturgie à coopérer pour créer une prospérité durable

SAINT-LAZARE-DE-BELLECHASSE, QC, le 11 mai /CNW Telbec/ - Prenant la parole devant les membres de la Chambre de commerce et d'entreprises de Bellechasse et de la Vallée de la Plasturgie, la présidente et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Mme Monique F. Leroux, a invité les gens d'affaires à continuer de coopérer et de travailler ensemble pour créer une prospérité durable en Chaudière-Appalaches.

Appuyant ses réflexions sur une vaste étude, intitulée « Pour un avenir meilleur au Québec », publiée récemment par les Études économiques du Mouvement Desjardins, Mme Leroux a évoqué trois leviers pour insuffler une culture plus vigoureuse de l'innovation au Québec, soit l'éducation, l'entrepreneuriat, de même que l'engagement personnel et la coopération.

« L'innovation passe bien sûr par de nouvelles découvertes et de nouveaux produits répondant à de nouveaux besoins. Mais l'innovation ce n'est pas que ça, d'affirmer Mme Leroux. Cela consiste aussi à faire les choses différemment, avec plus d'efficacité, grâce à des équipements performants et surtout, avec la contribution d'employés créatifs et bien formés. »

Au sujet du premier grand levier pour consolider l'innovation, l'éducation, Mme Leroux a plaidé en faveur de la persévérance scolaire en vue d'accroître le nombre de diplômés du CÉGEP et de l'université et de disposer d'une main-d'œuvre qualifiée. À ce chapitre, la présidente du Mouvement Desjardins a salué la mise sur pied du Forum de formation en plasturgie. « Il y a là un bel exemple de concertation entre les établissements d'enseignement de la région, les commissions scolaires, les industriels et différents partenaires, dans le but de former les travailleurs spécialisés essentiels au développement des entreprises qui sont importantes pour l'avenir de la région », a-t-elle fait valoir.

Selon Mme Leroux, le deuxième levier porteur d'innovation est l'initiative individuelle et collective ou l'entrepreneuriat. « Nous devons concrétiser les bonnes idées dans des entreprises, des projets collectifs et des applications commerciales viables », a-t-elle déclaré, en soulignant que la culture collective du Québec ne fait pas toute la place qu'il faudrait à la valorisation du goût de bâtir qui caractérise les entrepreneurs. « Encore la semaine dernière, d'ajouter Mme Leroux, l'étude annuelle de la Fondation de l'entrepreneurship démontrait, une fois de plus, que les Québécois sont plus froids que l'ensemble des Canadiens à l'égard de certaines valeurs associées à l'entrepreneuriat, notamment l'ambition, le succès financier et le goût du risque. »

À l'éducation et à l'entrepreneuriat, Mme Leroux ajoute un dernier ingrédient pour soutenir l'innovation : celui de l'engagement personnel et de la coopération. « À l'heure d'Internet, des médias sociaux et des marchés mondiaux, nous n'avons jamais été aussi concernés par les mêmes événements et aussi interdépendants. Nous n'avons donc pas le choix de travailler ensemble, que ce soit à l'échelle de nos collectivités locales et régionales, à l'échelle nationale ou à celle de la planète toute entière. »

Selon Mme Leroux, la coopération encourage une approche constructive et fait travailler les gens ensemble.

« C'est en plein ce que vous avez fait en mettant sur pied le regroupement des entreprises de la Vallée de la plasturgie, a-t-elle précisé. Vous avez mis en commun vos expertises, travaillé sur la complémentarité de vos entreprises et mis l'accent sur l'investissement, l'amélioration de la productivité et la formation de la main-d'œuvre. Tout ça pour assurer l'avenir d'une industrie structurante pour l'économie de la région. Vous offrez ainsi un bel exemple à suivre. Et bien sûr, Desjardins est fier d'appuyer cette initiative. »

40 millions $ consacrés à la promotion de l'éducation et de la coopération

Mme Leroux a notamment rappelé que l'éducation et la coopération font partie intégrante de la mission du groupe coopératif qu'elle dirige. Ainsi, dans le cadre du nouveau programme Coopmoi.D, Desjardins investira 1 % de ses excédents annuels à cette fin. Ajoutés aux sommes déjà dévolues à l'éducation et à la coopération, cela totalisera 40 millions de dollars en 2011.

Le premier axe de Coopmoi.D repose d'abord sur la Fondation Desjardins, qui est la fondation privée qui offre le plus de bourses universitaires au Québec. « En 2010, les caisses de la région de Kamouraska-Chaudière-Appalaches et la Fondation Desjardins ont décerné 250 bourses d'études, a indiqué Mme Leroux. En faisant passer la capitalisation de la Fondation Desjardins de 14 à 50 millions de dollars, nous allons accroître le nombre de bourses octroyées dans toutes les régions du Québec et jouer un rôle accrû dans la formation de la relève. »

Le second axe vise à faire de l'Institut coopératif Desjardins (ICD), l'université d'entreprise de Desjardins, la plaque tournante de la formation et du développement des personnes dans tout le Mouvement Desjardins. Desjardins entend aussi ouvrir l'ICD progressivement à des clientèles externes. « Nous allons intensifier notre partenariat avec des collèges et des universités au Québec et au Canada », d'expliquer la présidente du Mouvement, en ajoutant que Desjardins accueillera désormais un minimum de 100 stagiaires par année.

Un nouvel indice national sur la prise de décisions financières responsables

Le troisième axe de Coopmoi.D porte sur la promotion de saines habitudes financières, en encourageant l'épargne et une gestion responsable du crédit. C'est ainsi que Desjardins lancera prochainement un programme d'épargne par versements à l'intention des jeunes. Le montant amassé sera bonifié lorsque les objectifs fixés au départ par le membre auront été atteints.  Desjardins reverra également l'ensemble de ses instruments de paiement - cartes de débit et de crédit - pour instaurer des cartes éducatives, qui incitent à l'épargne.

Dans un but de sensibilisation et d'éducation à l'égard de ces enjeux, Mme Leroux a annoncé que Desjardins lancera, d'ici la fin de l'année, un indice national visant à mesurer la capacité des Canadiens à prendre des décisions financières responsables.

Enfin le dernier axe porte sur le rayonnement de la coopération.  À cet égard, Mme Leroux a rappelé que Desjardins apportera une contribution significative aux célébrations qui marqueront, en 2012, l'Année internationale des coopératives. En effet, du 8 au 11 octobre 2012, Desjardins sera l'hôte d'un grand Sommet international des coopératives qui se tiendra à Québec et à Lévis. Il sera organisé en collaboration avec les principales associations coopératives mondiales, les gouvernements et des partenaires d'affaires du Mouvement.

Coopérer pour créer l'avenir

Après avoir rappelé que les caisses de Kamouraska-Chaudière-Applaches, fortes de l'engagement de leurs 370 dirigeants élus et appuyées par leurs 1 670 employés, servent 293 000 membres et qu'elles ont actuellement un portefeuille de prêts aux entreprises de 2,1 milliards de dollars, Mme Leroux s'est dite convaincue que les efforts consentis au service des entreprises vont optimiser la capacité de Desjardins à accompagner les entreprises dans leurs projets.

Elle a conclu sa conférence en invitant les membres de la Chambre de commerce et d'entreprises de Bellechasse et de la Vallée de la Plasturgie à continuer d'innover, d'entreprendre et de coopérer pour créer la prospérité durable en Chaudière-Appalaches. « Car nos défis collectifs appellent notre collaboration et notre engagement réciproques. Je suis convaincue que nous avons collectivement la force, les talents, l'intelligence, les moyens et la persévérance nécessaires pour assurer un avenir meilleur », de souligner celle qui préside la plus importante entreprise privée au Canada dirigée par une femme.

À propos du Mouvement Desjardins

Avec un actif de plus de 172 milliards de dollars, le Mouvement Desjardins est le premier groupe financier coopératif du Canada et le sixième dans le monde. S'appuyant sur la force de son réseau de caisses au Québec et en Ontario, ainsi que sur l'apport de ses filiales dont plusieurs sont actives à l'échelle canadienne, il offre toute la gamme des produits et services financiers à ses 5,8 millions de membres et clients. Le Mouvement Desjardins, c'est aussi le regroupement d'expertises en Gestion du patrimoine et Assurance de personnes, en Assurance de dommages, en Services aux particuliers ainsi qu'en Services aux entreprises.  L'un des plus importants employeurs au pays et lauréat 2010 du Programme des 10 cultures d'entreprise les plus admirées au CanadaMC, il mise sur la compétence de ses 42 500 employés et l'engagement de près de 6 000 dirigeants élus. En 2010, le Mouvement Desjardins a été consacré l'institution bancaire de l'année au Canada par la revue britannique The Banker. Pour en savoir plus, consultez le site www.desjardins.com.


SOURCE LE MOUVEMENT DES CAISSES DESJARDINS

Renseignements :

(à l'intention des journalistes uniquement) :
Richard Lacasse
Conseiller, Relations de presse
Mouvement Desjardins
418 835-8444 ou 1 866-835-8444, poste 3163
media@desjardins.com

Profil de l'entreprise

LE MOUVEMENT DES CAISSES DESJARDINS

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.