Mémoire de la CSQ sur l'égalité entre les femmes et les hommes- « Nous demandons au gouvernement d'être cohérent et de poser des gestes concrets » - Louise Chabot, 1re vice-présidente de la CSQ

QUÉBEC, le 2 févr. /CNW Telbec/ - « Nous demandons au gouvernement d'être cohérent avec sa politique d'égalité entre les femmes et les hommes et de l'appliquer par des gestes concrets. On ne peut pas avoir un plan d'action qui favorise l'avancement de l'égalité et, en même temps, avoir des politiques économiques et sociales qui viennent diminuer le rôle de l'État en privatisant de plus en plus de pans de nos services publics », affirme la 1re vice-présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Louise Chabot.

Telle est l'affirmation faite à Québec par la 1re vice-présidente de la CSQ, Louise Chabot, devant les membres de la Commission des relations avec les citoyens dans le cadre des consultations sur le document Pour que l'égalité de droit devienne une égalité de fait - Vers un deuxième plan d'action gouvernemental pour l'égalité entre les femmes.

Vers l'égalité économique entre les femmes et les hommes

Pour la CSQ, la société québécoise peut se réjouir des progrès accomplis en matière d'égalité entre les femmes et les hommes, mais on ne peut pas pavoiser parce que les reculs sont là et que les menaces à l'égalité sont toujours présentes. Elle déplore les conséquences négatives des choix fiscaux et budgétaires sur l'autonomie économique des femmes à cause des multiples hausses de tarifications et de taxes à la consommation. Elles s'appauvrissent et, en cela, compromettent leur santé et leur sécurité et celle de leurs enfants. En plus, elles ne peuvent pas compter sur une véritable politique du logement.

S'il est un endroit où les effets des choix budgétaires du gouvernement Charest se font sentir, c'est bien au niveau de la santé, soit par l'accès aux services ou encore par les conditions de travail des femmes qui y travaillent. « Nous dénonçons la contribution santé, car ce sont surtout des femmes qui sont touchées par cette mesure. Elles sont plus nombreuses que les hommes à utiliser les services du réseau, notamment à cause de leur fonction reproductive et de leurs responsabilités familiales. Leur statut majoritaire chez les proches aidants fait aussi d'elles, parfois involontairement, des actrices de premier plan dans l'offre de soins », déplore Mme Chabot.

L'éducation pour agir sur l'égalité

Particulièrement présente dans le secteur de l'éducation, la CSQ demande au gouvernement d'intervenir afin d'offrir, dans le cadre de la formation des maîtres, des cours sur les rapports sociaux de sexe dans une perspective d'égalité entre les femmes et les hommes et sur l'impact des stéréotypes dans les rapports humains.

« Il faut s'assurer que le contenu du curriculum scolaire est exempt de stéréotypes, offrir de la formation continue sur les rapports sociaux de sexe et les stéréotypes pour l'ensemble du personnel des milieux scolaire, collégial et universitaire, associer les représentantes et les représentants du personnel de l'éducation à la mise en place d'un programme d'éducation à la sexualité et s'assurer que ce programme s'inscrit dans la perspective de rapports égalitaires non sexistes et non hétérosexistes », déclare Mme Chantal Locat, responsable du Comité de la condition des femmes de la CSQ.

Sexualisation de l'espace public

Depuis des années, la CSQ intervient au sujet de la sexualisation de l'espace public et est à l'origine de la Coalition nationale contre les publicités sexistes. « La banalisation de la violence dans les médias, l'hypersexualisation du corps des femmes en général et des petites filles en particulier sont des incitatifs à des rapports inégalitaires », ajoute Mme Locat.

La Centrale demande au gouvernement d'être plus actif à ce niveau, de condamner publiquement les attaques à l'intégrité des femmes et de dénoncer vigoureusement les propos sexistes, racistes et homophobes diffusés par les médias. Il doit aussi poursuivre ses campagnes de sensibilisation sur la violence faite aux femmes.

Se donner les outils pour conserver les acquis

Pour la Centrale, le Québec peut être fier de ses efforts et de ses politiques au chapitre de l'égalité entre les femmes et les hommes. Il n'y a qu'à penser au Régime québécois d'assurance parentale (RQRP), au retrait préventif, à l'équité salariale, au harcèlement psychologique et au service de garde.

« Bien que le Québec soit un chef de file en matière d'égalité entre les femmes et les hommes, il ne faut pas s'asseoir sur nos lauriers, car les acquis demeurent fragiles. En ce sens, nous demandons au gouvernement de créer un ministère spécifique à la condition des femmes et de préserver et conserver le Secrétariat à la condition féminine (SCF), le Conseil du statut de la femme (CSF) et la Commission de l'équité salariale (CSE) », conclut Louise Chabot.

La CSQ a présenté le mémoire de la CSQ intitulé L'égalité entre les femmes et les hommes : une quête inachevée. Il est disponible sur le site www.csq.qc.net.

Profil de la CSQ

La CSQ représente près de 180 000 membres, dont près de 100 000 font partie du personnel de l'éducation. Elle est l'organisation syndicale la plus importante en éducation au Québec. La CSQ est également présente dans les secteurs de la santé et des services sociaux, des services de garde, du municipal, des loisirs, de la culture, du communautaire et des communications.

csq.qc.net
twitter.com/CSQ_centrale


SOURCE CSQ

Renseignements :

Marjolaine Perreault
Attachée de presse CSQ
Cell. : 514 235-5082
perreault.marjolaine@csq.qc.net


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.