Marée rouge dans l'estuaire du Saint-Laurent - Le Parti Québécois demande à la ministre de l'Environnement et au ministre de la Santé d'intervenir rapidement



    QUEBEC, le 29 août /CNW Telbec/ - Alors que nous avons obtenu
confirmation du lien entre la présence d'une marée rouge dans l'estuaire du
Saint-Laurent et la mort de plus de 80 phoques, d'au moins 10 bélugas et de
centaines de poissons, le député de Vachon et porte-parole du Parti Québécois
en matière d'environnement, Camil Bouchard, demande une intervention d'urgence
à la ministre de l'Environnement. "L'an dernier, la ministre avait pris tout
l'été pour en venir à des observations et des conclusions qui tombaient
pourtant sous le sens dès le début de la crise des algues bleu-vert. Depuis
lors, elle a adopté un plan d'action qui retarde en 2010 l'application d'un
règlement limitant les phosphates dans les détergents alors que nous avions
proposé une loi interdisant complètement les phosphates dans les détergents
dès janvier 2008. J'espère qu'elle comprend maintenant l'urgence d'agir et
l'importance d'éviter les demi-mesures dans ce dossier de la marée rouge", de
dire M. Bouchard.
    Essentiellement, la prolifération des algues rouges toxiques est associée
à une augmentation importante du volume d'eau douce dans l'eau salée de
l'estuaire. Cela crée un environnement propice à la prolifération de ces
algues toxiques. L'augmentation des pluies due aux changements climatiques et
le ruissellement conséquent des terres vers les affluents du fleuve augmentent
le débit des eaux douces vers l'estuaire. Une des solutions au ruissellement
excessif des terres vers les affluents est l'installation de barrières
naturelles le long des berges de nos cours d'eau dans le grand bassin versant
du Saint-Laurent. "La ministre marche sur la pointe des pieds lorsqu'il s'agit
d'intervenir et d'imposer des politiques fermes. L'aménagement des bandes
riveraines ne peut être traité autrement que par une politique imposant des
bandes de protection riveraines et soutenant financièrement les municipalités
et les citoyens touchés par une telle politique. On n'est plus à l'heure de la
simple distribution d'arbustes à qui le veut bien", d'affirmer M. Bouchard.
    "Même si le mot d'ordre de ce gouvernement est de ne pas faire de vagues
de peur de perdre des votes, la ministre a l'obligation morale d'intervenir
rapidement dans ce dossier. C'est une question de protection de notre fleuve
et de son écosystème, mais aussi une question de santé publique. Pêches et
Océans Canada interdit le prélèvement de mollusques dans le secteur, ce qui
indique clairement qu'il y a un risque pour la santé. A cet égard, nous
demandons que le ministre de la Santé intervienne auprès de la ministre de
l'Environnement dans ce dossier et qu'il exige une action immédiate et
énergique de son gouvernement", de conclure M. Bouchard.
    -%SU: ENV
    -%RE: 1




Renseignements :

Renseignements: Marie Barrette, Attachée de presse, Aile parlementaire
du Parti Québécois, (418) 644-9318


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.