Marchés mondiaux CIBC: Le gros des problèmes de crédit est derrière nous



    L'indice TSX devrait atteindre la barre des 15 000 points d'ici la fin de
    l'année et des 16 200 points en 2008

    TORONTO, le 4 oct. /CNW/ - Banque CIBC (CM aux bourses de Toronto et de
New York) - En ce qui a trait aux problèmes récents causés par le crédit, les
marchés boursiers semblent indiquer que le pire est passé. En effet, une
reprise récente devrait pousser l'indice TSX jusqu'à 15 000 points d'ici la
fin de l'année, selon la dernière étude "Canadian Portfolio Strategy Outlook"
de Marchés mondiaux CIBC.
    "Bien que certains problèmes subsistent sur le marché du papier
commercial adossé à des créances, nous sommes de plus en plus convaincus que
le gros des problèmes sur les marchés du crédit est derrière nous", affirme
Jeff Rubin, stratège en chef et économiste en chef à Marchés mondiaux CIBC. Il
note qu'avec l'amélioration des liquidités, les sommets atteints par le prix
du pétrole, la reprise des métaux de base et les possibilités réelles de
nouvelles réductions des taux d'intérêt aux Etats-Unis, l'indice TSX non
seulement atteindrait 15 000 points d'ici la fin de l'année, mais conclurait
2008 à 16 200 points. L'indice TSX a déjà récupéré près des trois quarts de
ses pertes de cet été; par exemple, le groupe des matières, qui avait été très
malmené en août, a depuis repris 20 % de sa valeur.
    Compte tenu de ce qui précède, M. Rubin conserve une surpondération de
12 points de pourcentage dans les actions et a transféré deux points de
pourcentage des liquidités aux obligations du portefeuille de la banque, qui
demeurent toutefois sous-pondérées.
    "Malgré un manque d'empressement initial, la Réserve fédérale a
clairement montré, avec un important retranchement de 50 points de base aux
taux en septembre, qu'elle prend maintenant au sérieux la menace d'une
contagion provenant du marché de l'habitation et qu'elle est prête à modifier
sa politique en conséquence", ajoute-t-il. Bien que, selon M. Rubin, les
problèmes du secteur des hypothèques ralentiront certainement la croissance
américaine au cours de l'année prochaine, il ne croit pas qu'une véritable
récession soit à prévoir dans ce pays, en partie parce qu'il s'attend à
d'autres diminutions des taux par la Réserve fédérale.
    Il fait aussi remarquer que la destinée de l'indice TSX, dont la
capitalisation réside pour près de la moitié dans les ressources, est
davantage liée à celle de l'économie mondiale qu'à celle de l'économie
nord-américaine. Ce sont les marchés émergents asiatiques, assoiffés de
ressources, qui jouent sur le prix des marchandises, et la crise du crédit aux
Etats-Unis n'a pas eu de contrecoups sérieux sur ces économies. Cette
situation continuera d'exercer une pression positive sur la demande et le prix
des ressources.
    Même si la saison des ouragans est relativement calme cette année, le
prix du brut West Texas Intermediate a déjà franchi la marque des 80 $ US le
baril, prix qui correspond aux prévisions de Marchés mondiaux CIBC pour le
quatrième trimestre. La banque prévoit que le prix à la tête de puits
atteindra une moyenne de 90 $ US au cours de la prochaine année et que la
demande mondiale grimpera de près de 2 %, soit près du double de la tendance à
long terme. Cette croissance sera alimentée non seulement par la demande
soutenue en Chine, mais aussi par la consommation en hausse fulgurante chez
les exportateurs de pétrole, comme l'Arabie saoudite, dont les automobilistes,
fortement subventionnés, utilisent 10 % plus de carburant qu'il y a un an.
Elle s'attend aussi à une reprise du prix du gaz naturel, que les conditions
météorologiques ont fait récemment chuter.
    Bien que les perspectives d'une augmentation des redevances en Alberta
aient poussé les investisseurs locaux à exercer une décote quasi immédiate sur
les actions pétrolières canadiennes, M. Rubin soutient que ce phénomène ne
change rien au fait que les sables bitumineux canadiens représentent plus de
50 % des réserves mondiales de brut ouvertes aux investissements privés. Par
conséquent, il ne croit pas qu'une augmentation des redevances découragera, au
cours des 12 à 24 prochains mois, les acquisitions à grande échelle de
propriétés productrices de sables bitumineux par des intérêts étrangers.
    "L'offre déposée le mois dernier par des acheteurs du Moyen-Orient pour
un important producteur d'énergie permet de penser que l'intérêt porté par les
investisseurs internationaux aux réserves pétrolières canadiennes reste vif",
remarque M. Rubin. "Nous conservons une surpondération de quatre points de
pourcentage dans le secteur de l'énergie, non seulement parce que nous
prévoyons une hausse du prix du pétrole et du gaz, mais aussi parce que les
fusions et acquisitions ajouteront probablement une prime au cours des
actions."
    Marchés mondiaux CIBC a aussi ajouté un demi-point de pondération au
composant aurifère du secteur des matières, ce qui lui donne une
surpondération totale d'un point. "La possibilité bien réelle que la Réserve
fédérale effectuera d'autres coupures aux taux d'intérêt d'ici la fin de
l'année et l'entrave constante exercée sur le billet vert par le déficit du
compte courant américain, qui s'établit à plus de 5 % du PIB, font du prix des
lingots un pari très sûr.
    "Nous portons nos prévisions relatives au prix du lingot à 800 $ US
l'once d'ici la fin de 2008. Bien que les évaluations des actions aurifères ne
suivent pas toujours les gains engrangés par les lingots, une consolidation
potentielle dans ce secteur devrait donner encore un bon coup de pouce aux
actions aurifères."
    Vous pouvez consulter l'étude intégrale de Marchés mondiaux CIBC à
l'adresse : http://research.cibcwm.com/economic_public/download/psoct07.pdf.

    Marchés mondiaux CIBC, division des services bancaires de gros et de
services aux entreprises de la Banque CIBC, offre une gamme complète de
produits de crédit intégré et de marchés des capitaux, de services bancaires
d'investissement et de services de banque d'affaires à des clients des marchés
financiers clés en Amérique du Nord et partout dans le monde. Nous proposons
également des solutions novatrices et des services consultatifs dans un vaste
éventail de secteurs et nous fournissons des études de premier ordre à notre
clientèle d'investisseurs constituée de sociétés, de gouvernements et
d'institutions.





Renseignements :

Renseignements: Jeff Rubin, stratège en chef et économiste en chef,
Marchés mondiaux CIBC, au (416) 594-7357, jeff.rubin@cibc.ca; ou avec Kevin
Dove, Communications et affaires publiques CIBC, au (416) 980-8835,
kevin.dove@cibc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.