Marche de protestation à Forestville - Le fédéral va vider la Haute-Côte-Nord

PORTNEUF-SUR-MER, QC, le 3 nov. 2011 /CNW Telbec/ - Ce sont plus de 200 personnes qui ont marché hier sur la route 138 à la hauteur de Forestville pour dénoncer la décision de la ministre canadienne des Ressources humaines et Développement des compétences, Mme Diane Finley, d'abandonner les mesures transitoires et d'éliminer les projets-pilotes de l'assurance-emploi dans leur région. « C'est la mort de la Haute-Côte-Nord que planifie là le gouvernement fédéral, affirme l'organisatrice de cette marche, Mme Line Sirois, présidente régionale d'Action Chômage. »

Rappelons que la Haute-Côte-Nord (de Tadoussac à Colombier) a été particulièrement touchée par la chute de l'industrie forestière. C'est l'industrie saisonnière qui a pris la relève, permettant à des milliers de travailleurs et travailleuses de demeurer dans leur région et de participer à l'effort de revitalisation du paysage économique, piloté par diverses entreprises et organismes du milieu. « Mais avec l'abandon des mesures transitoires et des projets-pilotes, nos gens font face à des « trous noirs » pouvant aller jusqu'à 16 semaines, et ce, lorsqu'ils ne seront pas tout bonnement exclus de l'assurance-emploi, affirme Mme Sirois. »

« L'abolition de ces mesures touchera bon nombre de familles en limitant de façon significative leur capacité de répondre à leurs obligations, a rappelé le préfet de la MRC de la Haute-Côte-Nord, M. Pierre Laurencelle. Certaines d'entre elles pourraient s'exiler et, du même coup, accroître l'exode de notre population. La réalité haute-nord-côtière se doit d'être associée à des territoires qui présentent un profil similaire pour l'établissement des critères d'admissibilité à l'assurance-emploi. » À ce sujet, le chef de la Première Nation des Innus Essipit, M. Denis Ross, a dit exiger du gouvernement fédéral qu'il tienne compte des réalités géographiques et économiques de la Haute-Côte-Nord en procédant à un redécoupage des régions administratives de l'assurance-emploi. Rappelons que le Règlement 18 (2) de l'assurance-emploi prévoit une révision des limites des régions économiques aux cinq ans et que le dernier découpage a eu lieu en 2000.  

Prenant à son tour la parole devant les marcheurs et les représentants des médias, le président de la Société Investra et ex-président de la forestière Boisaco, M. Guy Deschênes, a tenu à préciser que l'économie ne constitue pas le seul facteur digne de considération. « Le socioéconomique est tout aussi important, car la prospérité d'une région est fondée sur le travail de sa population dont les membres doivent être traités équitablement, que leur emploi soit permanent ou saisonnier. Les élus ont la responsabilité importante de répartir la richesse de façon juste et équitable, pour le plus grand bien de tous. »

Selon le chef de la Première Nation des Innus Essipit : « Il est intolérable d'envisager que des entreprises saisonnières de la Haute-Côte-Nord puissent se voir priver d'une main-d'œuvre qu'elles ont formée et dont elles ont besoin pour continuer de fonctionner. Alors que toutes les collectivités de la Haute-Côte-Nord cherchent à amorcer un virage économique fondé sur la détermination du milieu à se prendre en main, c'est notre propre gouvernement fédéral qui freine une éventuelle relance. Si personne ne parvient à l'arrêter, les mesures punitives prises à l'encontre des travailleurs et travailleuses de l'industrie saisonnière de notre région vont entraîner une véritable catastrophe économique.

L'intention du fédéral de couper les vivres aux travailleurs et travailleuses de l'industrie saisonnière de la Haute-Côte-Nord constitue l'une des pires menaces auxquelles notre région a eu à faire face. Les marcheurs de Forestville dont le groupe était composé de représentants de la population, de l'industrie, du commerce et de toute la classe politique de la Haute-Côte-Nord, ont clairement indiqué à Ottawa qu'ils n'avaient pas l'intention de se laisser faire.

Bas de vignette : "Plus de 250 personnes ont marché sur la route 138 à la hauteur de Forestville pour dénoncer l'intention du gouvernement fédéral de « tuer la Haute-Côte-Nord » en éliminant les mesures transitoires et les projets-pilotes de l'assurance-emploi dans leur région. (Groupe CNW/Action Chômage Haute-Côte-Nord)". Lien URL de l'image : http://photos.newswire.ca/images/download/20111103_C2335_PHOTO_FR_6128.jpg

SOURCE Action Chômage Haute-Côte-Nord

Renseignements :

Line Sirois    Marc Chaloult
418 989-4339    418 233-2509
linesir@sympatico.ca   mchaloult@essipit.com

 

Profil de l'entreprise

Action Chômage Haute-Côte-Nord

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.