Manifestation importante sur la Colline du Parlement - Ottawa doit mettre fin au sous-financement de l'éducation des Premières Nations



    OTTAWA, le 19 sept. /CNW Telbec/ - Quelque 300 personnes ont participé
aujourd'hui à une manifestation importante visant à dénoncer le
sous-financement du système d'éducation des Premières Nations. Les écoles
autochtones, financées par le gouvernement fédéral, sont nettement
désavantagées par rapport à un grand nombre d'écoles financées par des
gouvernements provinciaux. "Nous connaissons les défis de taille que nos
peuples doivent relever; nous connaissons les enjeux et les problèmes; nous
connaissons également les solutions. Aujourd'hui, nous demandons au
gouvernement fédéral de modifier sa politique de financement de l'éducation
des Premières Nations pour qu'elle soit conforme à nos réalités et qu'elle
nous permette d'investir dans l'avenir de nos peuples", a déclaré
Ghislain Picard, Chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du
Labrador (APNQL).
    Des chefs de plusieurs Premières Nations du Canada, dont le Grand chef
adjoint de l'Ontario, M. Terry Waboose, ont participé à la manifestation qui a
été précédée d'un mini-marathon de 3 km, dans les rues d'Ottawa. L'événement a
réuni une centaine de coureurs, y compris de jeunes étudiants, et une centaine
d'accompagnateurs provenant de différentes communautés du Québec et d'autres
provinces. "Courir, c'est bon pour la santé. Aujourd'hui, nous avons couru
pour la santé de nos peuples, pour notre jeunesse et pour notre avenir", a
affirmé Conrad Polson, grand chef de la communauté de Timiskaming.
    Les Premières Nations souhaitent que ce type d'activité originale
convainque le gouvernement conservateur de profiter d'un nouveau discours du
Trône et d'une nouvelle session parlementaire pour indiquer son intention de
modifier la formule de financement utilisée par le gouvernement fédéral depuis
1988, et n'a même pas été indexée depuis 1996. "Cette formule est totalement
périmée et ne répond pas aux besoins actuels en matière d'éducation. Comment
faire pour lutter contre le décrochage scolaire quand on a zéro pour des
programmes sportifs, zéro pour la formation professionnelle et zéro pour
diriger une bibliothèque scolaire?", s'interroge Lise Bastien, directrice du
Conseil en Education des Premières Nations (CEPN).
    Depuis plusieurs mois déjà, le CEPN et nombre de chefs des Premières
Nations du Canada somment le gouvernement fédéral de revoir le financement des
écoles des Premières Nations. Dans cette mission, les Premières Nations
peuvent compter sur l'appui de la société civile, comme Amnistie
Internationale, Kairos et la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), qui ont
publiquement manifesté leur soutien aujourd'hui.

    Le CEPN est un organisme à but non lucratif qui défend les intérêts des
Premières Nations en matière d'éducation. Pour plus d'information, visiter le
site Internet, au www.avenir-future.com.




Renseignements :

Renseignements: Thanissa Lainé, agente de communication, Conseil en
Education des Premières Nations, (418) 842-7672, Cellulaire: (418) 932-4351


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.