Manifestation devant la résidence de Pierre Karl Péladeau à Outremont - 119 croix pour autant de pertes d'emplois appréhendées au Journal de Montréal



    MONTREAL, le 8 avr. /CNW Telbec/ - Les 253 lock-outés du Journal de
Montréal manifestent actuellement devant la résidence du PDG de Quebecor
Media, Pierre Karl Péladeau, à l'angle de la rue Dunlop et de l'avenue Kelvin,
à Outremont. Puisqu'il refuse de renouer avec la négociation, les vrais
artisans du Journal de Montréal, frappés d'un lock-out depuis le 24 janvier,
ont décidé d'aller à sa rencontre.
    Depuis le début du processus de négociation, le 22 octobre, ce dernier,
par la voix de ses représentants, maintient toujours le plan d'affaires qu'il
tente d'imposer aux travailleuses et aux travailleurs qui ont directement
contribué au succès de l'entreprise créée par son père. Pour souligner l'une
des demandes patronales, soit de permettre l'élimination de 119 postes en
favorisant la sous-traitance, les syndiqué-es ont planté autant de croix au
nom de chacune des personnes, en majorité des femmes, qui perdraient ainsi
leur emploi.
    Quebecor Media cherche aussi à allonger la semaine de travail sans
compensation, à diminuer les avantages sociaux de 20 %, à affaiblir les
dispositions professionnelles qui assurent notamment au public le respect de
règles éthiques au plan journalistique et une diversité des sources. Selon le
Syndicat des travailleurs de l'information du Journal de Montréal (CSN), la
situation au quotidien de la rue Frontenac, qui a affiché des profits de plus
de 50 millions de dollars, sur un chiffre d'affaires de 200 millions en 2007,
ne justifie aucunement un tel programme.
    D'ailleurs, la rémunération de Pierre Karl Péladeau en 2008, estimée à
quelque 7 millions de dollars reflète-t-elle le traitement versé à un chef de
direction d'une entreprise en difficulté ?
    Les lock-outés du Journal de Montréal continueront à manifester partout
où ce sera nécessaire et à solliciter l'appui de la population et des
annonceurs pour exercer la pression qui ramènera l'employeur à la table de
négociation. Hier, ils ont envahi la salle de cours de Joseph Facal, à HEC
Montréal, l'un des chroniqueurs qui est visé par la plainte déposée à la
Commission des relations du travail contre le Journal pour l'utilisation de
scabs. La première audition devant la CRT est le 15 avril.




Renseignements :

Renseignements: Louis-Serge Houle, Information-CSN, 514 792-0795;
Source: Syndicat des travailleurs de l'information du Journal de Montréal
(CSN)


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.