Lors de la rentrée scolaire, les jeunes n'ont pas seulement le poids de leur sac à dos à porter



    
    Les jeunes ont besoin d'une oreille attentive pour les soulager de leurs
    angoisses
    

    MONTREAL, le 26 août /CNW/ - "Qui a eu cette idée folle, un jour,
d'inventer l'école? C'est ce sacré Charlemagne..." On connaît tous la chanson,
mais à la veille de la rentrée scolaire bien des parents s'en font chanter
d'autres, du type "je suis malade" ou "j'ai mal au ventre". Cela cache bien
souvent une angoisse que certains enfants, jeunes et plus âgés, ont du mal à
gérer et qui n'est pas seulement le fait de la nouveauté. Souvent, plus que
d'y voir une opportunité d'apprendre, de grandir, de se faire de nouveaux
amis, les jeunes d'ici voient l'école d'un mauvais oeil. C'est pourquoi les
intervenants professionnels de Jeunesse, J'écoute répondent, dès le mois de
juillet, à ces jeunes Québécois qui vivent des moments d'angoisse à l'approche
du retour en classe et qui ont du mal à en parler à leur entourage. Ils sont
là pour leur offrir une oreille attentive et de l'aide.
    Qu'ils rentrent à l'école pour la première fois ou qu'ils soient des
habitués, bon nombre de jeunes au Québec ne s'y font pas. Pour eux, l'école
fait peur et l'école ennuie. Comment les adultes pourraient les blâmer d'être
angoissés face au travail et à l'environnement scolaires, alors que le blues
du dimanche soir continue de miner une grande proportion des travailleurs
Québécois!
    "Dès la fin du mois de juillet nous recevons des appels et nous répondons
à des questions en ligne à propos de la rentrée scolaire, particulièrement au
sujet de la rentrée au secondaire. Les jeunes qui quittent l'école primaire
redoutent le secondaire car ils ont des idées préconçues sur les gangs, la
drogue et la charge de travail. Ils se sentent souvent déracinés face au fait
de se séparer de leurs amis, de changer de quartier et de professeurs",
raconte Alexandre, intervenant chez Jeunesse, J'écoute.
    De quels types de problèmes les intervenants de Jeunesse, J'écoute
entendent-ils parler?

    
    L'école fait peur
    -----------------
    

    De nombreux élèves considèrent le milieu scolaire comme un endroit de
compétition où ils sont quotidiennement évalués par les professeurs et jugés
par leurs camarades de classe. Et bien souvent, la pression qu'ils ressentent
pour obtenir de bons résultats est vécue davantage comme un fardeau au lieu
d'être simplement ressentie comme une motivation.
    L'école est également un lieu de rencontres où les amitiés et les
rivalités se créent et où les rapports de force s'installent. La crainte de ne
pas se faire d'amis, d'être isolé pour tout un tas de raisons telles que la
différence de valeurs, de religions, de situations financières, de
personnalités, la différence physique, mais aussi les problèmes face à
l'autorité ou à la concentration sont autant de facteurs d'isolement, de
moqueries et même d'intimidation de la part des autres élèves. En conclusion,
c'est un endroit où chacun tente de faire sa place, souvent en jouant des
coudes.
    "Aller à l'école, pour certains c'est aussi retomber dans le calvaire
quotidien de l'intimidation ou des échecs scolaires. Lorsque ces élèves nous
appellent ils sont déjà démoralisés et stressés avant même d'avoir été à leur
première journée d'école! Ils ont une image très négative de l'école et notre
travail consiste à leur fournir des pistes de solutions pour les aider à
changer leur situation et ainsi à débuter l'année sur de nouvelles bases",
explique Andrée-Anne, intervenante chez Jeunesse, J'écoute.

    
    L'école ennuie
    --------------
    

    Alors qu'ils sont déjà confrontés à des changements physiques et
émotionnels importants en grandissant, les jeunes doivent se construire
intellectuellement à l'école dans le but de pouvoir obtenir un emploi. A l'âge
de l'insouciance, c'est un poids important sur leurs frêles épaules et
beaucoup ont du mal à comprendre comment l'école et ce qu'elle implique - des
matières théoriques qui ne correspondent pas aux intérêts individuels et dont
certains voient mal l'application concrète, des règles contraignantes et une
vie sociale imposée - peut les aider maintenant ou plus tard. Pour ces
raisons, de nombreux élèves montrent une perte d'intérêt pour l'école et
abandonnent, car ils n'y trouvent pas leur compte.
    Pour les parents, il est souvent difficile de lire entre les lignes et de
comprendre les angoisses ou difficultés que peuvent vivre leurs enfants à
l'école, car bien souvent les enfants n'en parlent pas par honte ou par peur
d'être jugés. C'est pour cette raison que les intervenants professionnels de
Jeunesse, J'écoute sont là. Tous les ans, parmi le large éventail de sujets
abordés par les jeunes lors d'appels et dans leurs messages Internet auprès de
Jeunesse, J'écoute, le retour à l'école et les problèmes qui y sont liés
tiennent une place importante, surtout au cours des mois de juillet, d'août et
de septembre.

    
    BON MOI J'AI UN ENORME PROBLEME. JE NE VEUX PAS ALLER AU SECONDAIRE. JE
    PLEURE A CHAQUE JOUR. JE VEUX RESTER EN SECONDAIRE 2 AVEC MES AMIES PLUS
    JEUNES! JE VEUX PAS ALLER EN SECONDAIRE 3 ...COMMENT FAIRE POUR
    M'ADAPTER? COMMENT REAGIR? JE SUIS TANNEE DE PLEURER MAIS JE VEUX PAS Y
    ALLER AU SECONDAIRE! JE FAIS DES CRISES MEME SI JE SAIS QUE CA NE
    CHANGERA RIEN A MA SITUATION CAR JE DOIS MALHEUREUSEMENT CONTINUER MON
    ECOLE

    Message réel affiché sur le site jeunessejecoute.ca, le 27 juillet 2008
    

    A propos de Jeunesse, J'écoute

    Jeunesse, J'écoute est le seul service pancanadien de consultation,
d'information et d'orientation accessible 24 heures sur 24, 365 jours par
année, par téléphone et par Internet. Ce service offert aux jeunes est
gratuit, bilingue et anonyme. Tous les jours, les intervenants professionnels
de Jeunesse, J'écoute offrent, de façon immédiate et attentive, du soutien à
des jeunes provenant des quatre coins du pays. Les jeunes communiquent avec
nous à propos de tous les sujets imaginables, que ce soit les problèmes à
l'école, dans les relations amoureuses ou avec la famille, l'intimidation et
la cyberintimidation, la dépendance ou la violence. En 2007, Jeunesse,
J'écoute est venue en aide plus de 2 millions de fois à des jeunes en
difficulté de quelque 3 000 collectivités canadiennes au moyen de ses services
téléphonique et en ligne.





Renseignements :

Renseignements: Myriam Huzel, Coordonnatrice des communications, (514)
273-7007, poste 8230, Myriam.huzel@jeunessejecoute.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.