L'ONE devrait rejeter la requête de Keystone : "C'est une mauvaise affaire pour les Canadiens"



    CALGARY, le 21 juin /CNW Telbec/ - On demande à l'Office national de
l'énergie d'approuver le projet du pipeline Keystone en se fondant sur un état
lamentablement incomplet des fins auxquelles il servira, a indiqué l'avocat
Steven Shrybman à l'Office aujourd'hui, dernière journée de l'audience sur la
requête de TransCanada visant l'exportation au Midwest de 500 000 barils par
jour de bitume brut tiré des sables bitumineux de l'Alberta.
    Maître Shrybman représente le syndicat le plus grand du secteur de
l'énergie du Canada, qui s'oppose au projet parce qu'il va à l'encontre de
l'intérêt, tant économique qu'environnemental, du public canadien.
    "Ce projet est défavorable au Canada et aux Canadiens et Canadiennes",
déclare Dave Coles, président du Syndicat canadien des communications, de
l'énergie et du papier. "Mais l'ONE devrait rejeter la requête de Keystone
uniquement parce que des éléments clés et potentiellement très nuisibles du
projet n'ont pas été dévoilés."

    Voici des extraits du plaidoyer final du SCEP devant l'Office :

    
    - La quantité absolue de bitume non transformé qui quittera le Canada
      pour être valorisé à l'étranger est censée tripler, atteignant
      1 million de barils par jour, d'ici 2015. D'après une analyse
      d'Informetrica, cela reviendrait à renoncer à une possibilité de
      développement économique et de création d'emplois représentant des
      dizaines de milliers d'emplois.

    - Un grand nombre de projets de construction d'usines de valorisation au
      Canada seraient reportés ou abandonnés.

    - Il n'est nullement tenu compte d'autres propositions pipelinières qui
      seraient peut-être utiles aux producteurs de pétrole tiré des sables
      bitumineux, y compris l'augmentation de l'accès aux marchés américains.
      Certains pipelines sont destinés à alimenter exclusivement les marchés
      américains, comme il est prévu que le pipeline Keystone l'alimente. Le
      faux principe sur lequel repose la requête de Keystone est qu'elle vise
      la seule option possible. En fait, d'autres projets pipeliniers
      permettraient peut-être beaucoup mieux d'atteindre les objectifs prévus
      par la politique canadienne.

    - Ce serait une erreur que l'Office approuve le projet Keystone sans
      avoir évalué les répercussions environnementales des installations tant
      d'amont que d'aval qui y sont associées.
    

    Le SCEP comprend 150 000 membres dont plus de 35 000 travaillent dans les
industries du pétrole, du gaz et de la chimie en Ontario, en Alberta et dans
plusieurs autres provinces.

    Vous pouvez consulter la version intégrale du plaidoyer final du SCEP
présenté au cours de l'audience qui a commencé le 4 juin en vous rendant à
l'adresse www.scep.ca.




Renseignements :

Renseignements: Fred Wilson, adjoint au président du SCEP, (613)
327-3044; Steven Shrybman, (613) 858-6842

Profil de l'entreprise

Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.