L'OIIQ, inquiet de l'exode des infirmières vers les agences privées, rend public un sondage CROP sur la question



    MONTREAL, le 12 mars /CNW Telbec/ - L'Ordre des infirmières et infirmiers
du Québec (OIIQ) a dévoilé, aujourd'hui, les résultats d'un sondage CROP,
effectué auprès des infirmières qui travaillent en agences.
    Ce sondage, réalisé par CROP, entre le 16 et le 27 janvier 2008, auprès
de 500 répondants, révèle que la majorité des infirmières interrogées ont
choisi de travailler pour les agences afin de se donner un cadre de travail
plus flexible qui leur permet de réaliser leurs projets d'études, de famille
et ou de retraite progressive. "Ce qui se dégage de ce sondage, d'affirmer la
présidente de l'OIIQ, Gyslaine Desrosiers, est l'appréciation de la
flexibilité, notamment à l'égard des horaires, que procure le fait de
travailler pour une agence. Ce recours semble offrir à l'infirmière le choix
de ses conditions de travail et, en conséquence, la possibilité de concilier
son projet de vie professionnel et son projet de vie personnel," a poursuivi
Mme Desrosiers.

    POURQUOI UN SONDAGE ?

    A noter d'abord que les infirmières qui choisissent les agences comme
employeur exclusif ou comme employeur partagé travaillent en très grande
majorité dans le réseau public. Les conditions contractuelles entre ces
agences et les établissements publics sont peu connues, de même que les
conditions de travail offertes à ces infirmières par ces agences. Certains
établissements peuvent faire affaire avec plus d'une dizaine d'agences à la
fois.
    L'attraction et la rétention des infirmières dans le réseau public, dans
le contexte de rareté de ressources que nous connaissons, demeurant un enjeu
majeur, l'Ordre des infirmières a mandaté la firme CROP pour réaliser un
sondage auprès des infirmières qui travaillent pour les agences afin de mieux
comprendre les motifs de leur choix.
    "L'effet pervers de ce phénomène en croissance nous inquiète, a indiqué
Mme Desrosiers, puisqu'il se traduit dans le réseau par une instabilité dans
les équipes de soins" a-t-elle rajouté.
    Les statistiques de l'inscription au Tableau de l'Ordre indiquent que le
nombre d'infirmières qui déclarent une agence comme employeur principal a
doublé entre 2000 et 2007, passant de 1 060 à 1 924. Mais le phénomène demeure
marginal, puisqu'il représente 2,9 % de l'ensemble des membres de notre
profession et 3,5 % des infirmières du réseau public.
    Toujours selon les statistiques de l'Ordre, à elles seules, quatre
régions du Québec totalisent 83 % de cette partie de l'effectif. Il s'agit de
Montréal (818), Laurentides (308), Montérégie (303) et Laval (175). Pour
Montréal, la situation est particulièrement critique car l'effectif de la
région a diminué, passant de 21 991 infirmières en 2000-2001 à 21 610 en 2007,
soit une perte nette de 381. Durant la même période, il y a eu à Montréal une
augmentation importante du nombre d'infirmières recrutées par des agences,
soit de 660 à 818. En guise de comparaison, Québec a connu, pendant cette même
période, une croissance de son effectif, passant de 8 279 à 8 824 ; la
Capitale Nationale utilise peu les services des agences.
    Les infirmières en agences sont sans doute nombreuses à refléter un
changement de valeurs qui s'opère dans la société québécoise et qui pousse de
nombreux travailleurs, et particulièrement les plus jeunes, à mettre au second
plan les éléments traditionnels de sécurité et stabilité au bénéfice d'un
équilibre plus grand entre leur vie personnelle et leur vie professionnelle.
Le sondage révèle, en effet, que 77 % des infirmières sont entièrement
satisfaites ou très satisfaites des conditions dans lesquelles leur permet de
travailler les agences comme employeurs et que 62 % d'entre elles pointent la
flexibilité des horaires comme première source de satisfaction au travail.
    Pour permettre aux infirmières de réaliser leurs projets d'études, de
famille ou de retraite, l'OIIQ recommande aux établissements du réseau, de
même qu'au ministère, de mettre en place un cadre de gestion suffisamment
flexible pour favoriser, chez les infirmières, l'atteinte de cet équilibre.
Autrement, dans un marché aussi ouvert que celui d'aujourd'hui, et dans un
contexte de rareté de ressources aussi aigu, les infirmières auront de plus en
plus de choix devant elles; elles risquent alors de délaisser graduellement le
réseau public et d'ainsi le fragiliser considérablement.
    "Des mesures devront être prises pour éviter l'exode des infirmières vers
les agences et un désengagement de ces dernières à l'endroit du réseau public.
Ces mesures pourraient être, par exemple, la mise en place d'un cadre horaire
plus flexible, des libérations pour fins d'études et des stratégies favorisant
les prises de retraite progressives" a précisé la présidente de l'OIIQ. Le
sondage et son sommaire exécutif peuvent être consultés sur le site de l'OIIQ
à l'adresse : www.oiiq.org.

    L'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec est un ordre
professionnel régi par la Loi sur les infirmières et les infirmiers (L.R.Q.,
c. I-8) et par le Code des professions (L.R.Q., c. C-26). Sa principale
fonction est d'assurer la protection du public par la surveillance de
l'exercice de la profession infirmière. L'Ordre regroupe quelque 70 000
infirmières et infirmiers.




Renseignements :

Renseignements: Lise Provost, Attachée de presse, (514) 935-2505, poste
225, Cellulaire: 514 895-1987; Source: Ordre des infirmières et infirmiers du
Québec


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.