Loi sur la sécurité des rues et des communautés - Recul pour la réadaptation des jeunes

MONTRÉAL, le 21 sept. 2011 /CNW Telbec/ - La volonté du gouvernement d'aller de l'avant avec des modifications à la LSJPA, telles que déposées le 19 septembre dans le cadre du projet de loi sur la sécurité des rues et des communautés, constitue selon l'Association des centres jeunesse du Québec (ACJQ) un recul net concernant la réadaptation et la réinsertion sociale des adolescents.

Sensible et empathique à l'égard des victimes, l'ACJQ affirme que le gouvernement fait fausse route de prétendre que la protection de la société sera davantage assurée par la mise en place de mesures plus coercitives. La loi actuelle permet déjà de traiter ces situations et d'assurer la protection de la société.

L'ACJQ et les directeurs provinciaux estiment que la réadaptation et la réinsertion sociale des adolescents contrevenants constituent l'approche que l'on doit privilégier et la meilleure garantie d'assurer la protection durable du public. L'expérience du Québec le démontre bien. Plusieurs pays viennent examiner nos façons de faire. Le Québec a le taux de criminalité chez les adolescents parmi les plus bas de toutes les provinces canadiennes.

L'ACJQ et les directeurs provinciaux s'opposent au principe de favoriser l'application de peines pour adultes aux jeunes qui commettent des infractions graves avec violence. Il est prouvé que la dénonciation et la dissuasion sont inefficaces particulièrement auprès des adolescents. De plus, cette fausse perception de protection du public cause des préjudices à l'adolescent en compromettant sa réadaptation et sa réinsertion sociale.

Rappelons que depuis 1908, le Canada a toujours prôné la réadaptation et la réinsertion sociale des adolescents contrevenants afin d'assurer la protection durable du public alors que ce projet de loi les relègue au second rang.

L'ACJQ souhaite que d'autres voix se joignent à la sienne, ainsi que le gouvernement provincial et l'opposition officielle fédérale.

Particularité québécoise, les directeurs de la protection de la jeunesse sont aussi directeurs provinciaux. Ils travaillent en centre jeunesse. Il y a un centre jeunesse par régions. L'Association des centres jeunesse du Québec est le regroupement des 16 centres jeunesse, responsables de l'application de la Loi sur la protection de la jeunesse, de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents et des dispositions législatives de l'adoption. Ils ont pour mission de fournir, partout sur le territoire du Québec, des services psychosociaux ou de réadaptation à 112 000 enfants, jeunes et familles en difficulté.

SOURCE ASSOCIATION DES CENTRES JEUNESSE DU QUEBEC (ACJQ)

Renseignements :

Source :    Association des centres jeunesse du Québec
   
Renseignements : 
Judith Laurier
514 842-5181, poste 311 ou cellulaire 514 237-5181

 

Profil de l'entreprise

ASSOCIATION DES CENTRES JEUNESSE DU QUEBEC (ACJQ)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.