L'Office québécois de la langue française publie son premier rapport sur l'évolution de la situation linguistique au Québec



    QUEBEC ET MONTREAL, le 5 mars /CNW Telbec/ - L'Office québécois de la
langue française est fier de présenter aujourd'hui son premier rapport sur
l'évolution de la situation linguistique au Québec. Ce bilan, qui s'appuie sur
18 fascicules et études, permet de prendre la juste mesure de la place occupée
par le français et les autres langues au Québec. C'est avec enthousiasme que
l'Office remet cet outil de travail au gouvernement, et plus particulièrement
à la ministre responsable de l'application de la Charte de la langue
française, comme le prévoit l'article 160.
    Ce rapport rend compte de façon factuelle et objective de données
provenant, pour une bonne part, des recensements de 1991 à 2006. Il constitue
une source unique d'information qui devrait permettre au gouvernement et à la
société québécoise de poser un regard attentif et vigilant sur l'état actuel
du français au Québec et d'alimenter leur réflexion sur son avenir.
    Ce bilan confirme, entre autres, que la population québécoise tend à se
diversifier sur le plan linguistique. La baisse marquée de la fécondité, le
vieillissement de la population, les migrations inter et intraprovinciales,
l'immigration internationale et les transferts linguistiques constituent
autant de déterminants du portrait démolinguistique, linguistique et culturel
du Québec, y compris celui de la région de Montréal. Ainsi, entre 1991 et
2006, le groupe de langues tierces a vu son poids relatif croître de façon
importante, tandis que celui du groupe de langue anglaise a légèrement diminué
faisant en sorte que le poids relatif du groupe de langue maternelle française
se situait, en 2006, légèrement en deçà des 80 % dans l'ensemble du Québec et
des 50 % dans l'île de Montréal.
    Cela dit, on a néanmoins assisté à un progrès continu de l'attraction et
de la vitalité du français, au cours de la dernière décennie. A cet égard, on
observe notamment que :

    
    - Par rapport à 2001, quelque 658 000 Québécois additionnels affirmaient,
      en 2006, connaître le français. De 1991 à 2006, la connaissance du
      français s'est accrue de manière appréciable, tant chez les personnes
      de langue maternelle anglaise que chez celles de langues tierces, soit
      respectivement de quelque 10 et 7 points;

    - L'évolution des substitutions linguistiques révèle, pour l'ensemble du
      Québec, un attrait croissant du français, sa force d'attraction étant
      passée de 35,8 % à 45,7 %;

    - Quatre élèves sur cinq de langues maternelles tierces étudiaient en
      français au primaire et au secondaire, tandis que la majorité de ceux
      formés en français au secondaire (60 %) avaient opté, en 2005, pour la
      continuité et qu'ils fréquentaient un peu plus les universités de
      langue française en 2003 qu'ils ne le faisaient en 1995;

    - De plus en plus d'élèves admissibles à l'enseignement en anglais au
      primaire étaient inscrits à l'école française;

    - Enfin, il semble qu'une culture à base francophone, qui transcende les
      dimensions linguistiques, se soit installée. On remarque, en effet, une
      ouverture de plus en plus grande du groupe anglophone à cette culture,
      les gains les plus manifestes provenant des personnes de langues
      tierces qui se tournent de plus en plus vers la culture de la majorité.
    

    Par ailleurs, de 1991 à 2001, dans l'ensemble du Québec, le groupe de
langue maternelle française est demeuré le plus actif des trois groupes
linguistiques et a conservé sa part des emplois. Aussi, il a accusé le taux de
chômage le plus bas et a rattrapé, entre 1970 et 2000, le groupe de langue
anglaise pour ce qui est des revenus. Cela dit, les personnes actives de
langue française étaient, en général, moins bilingues et elles affichaient des
taux de diplomation et de professionnalisation plus faibles que ceux des
autres groupes linguistiques. Enfin, les étudiants de langue française
demeuraient sous-représentés dans les universités par rapport au poids relatif
de la population de langue maternelle française.
    Quant à l'utilisation du français au travail, la francisation des milieux
de travail a fait des progrès considérables au Québec depuis 30 ans. Cette
francisation n'empêche cependant pas l'anglais d'occuper une place dans la vie
professionnelle des Québécois. Ainsi, plus on se rapproche de l'île de
Montréal, moins le français est utilisé seul au travail. Selon les données de
2001, alors qu'à l'extérieur de la RMR, 92,8 % de la main-d'oeuvre, toutes
langues maternelles confondues, travaillaient uniquement ou principalement en
français, 72,4 % et 64,8 % des travailleurs se trouvant dans la région
métropolitaine et dans l'île étaient dans cette situation. Enfin, 24,6 % des
personnes travaillant dans l'île employaient uniquement ou principalement
l'anglais.
    Les membres de l'Office tiennent à souligner la contribution du Comité de
suivi de la situation linguistique dans l'examen des fascicules et des études
ayant servi à la rédaction de ce document et à remercier les ministères et les
organismes qui ont généreusement participé à son enrichissement en donnant
accès à leurs données et en assurant le précieux concours de leurs
spécialistes.
    On peut consulter le rapport, ainsi que les fascicules et les études s'y
rattachant, en cliquant sur l'onglet Suivi de la situation linguistique dans
le site de l'Office québécois de la langue française (www.oqlf.gouv.qc.ca), ou
en commander un exemplaire en communiquant avec la Direction des
communications par téléphone au 1 888 873-0262, par télécopieur au
514 864-0933 ou par courriel à info@oqlf.gouv.qc.ca.

    Créé en 1961, l'Office définit et conduit la politique québécoise en
matière d'officialisation linguistique, de terminologie ainsi que de
francisation de l'Administration et des entreprises.
    -%SU: CLT
    -%RE: 40,1




Renseignements :

Renseignements: Gérald Paquette, Directeur des relations publiques et
porte-parole, (514) 873-6567, Gerald.Paquette@oqlf.gouv.qc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.