L'Office québécois de la langue française apporte certaines précisions sur son effectif et sur ses activités



    MONTREAL, le 6 fév. /CNW Telbec/ - A la suite d'un article de M. Tommy
Chouinard, publié dans l'édition du 6 février 2008 du journal La Presse,
l'Office québécois de la langue française souhaite faire les quelques mises au
point qui suivent.
    Ainsi, pour poser un diagnostic éclairé sur les effectifs alloués à
l'Office ainsi qu'à la Commission de toponymie (organisme rattaché
administrativement à l'Office), il nous apparaît essentiel d'en examiner la
fluctuation sur plusieurs années. Ce faisant, on constatera que deux baisses
significatives ont eu lieu, soit une première vague au milieu des années 80, à
la fin du premier grand chantier d'intervention auprès de l'ensemble des
entreprises de 50 employés et plus, puis une deuxième, au milieu des années
90, à la suite des compressions effectuées dans la fonction publique dans la
foulée de l'atteinte de l'objectif gouvernemental du déficit zéro.
    Depuis l'année 2002-2003, les effectifs de l'Office et de la Commission
témoignent d'une relative stabilité, ayant varié entre 259 et 252 "ETC
autorisés" (c'est-à-dire "équivalents temps complet", incluant l'effectif
permanent et temporaire, mais excluant les occasionnels).
    Aussi, et contrairement à ce que laisse entendre l'article, le personnel
de l'Office ne "croule" pas encore sous la tâche. Certes, il travaille
considérablement, mais aussi avec fierté, détermination et persévérance, pour
réaliser les mandats qui lui sont confiés dans le cadre des dispositions de la
Charte de la langue française. C'est ainsi, par exemple, qu'en 2006-2007, un
niveau record du taux de francisation des entreprises de 50 employés ou plus,
toujours plus nombreuses, a pu être atteint, soit 80,7 %, le plus élevé en
fait depuis les 15 dernières années. L'Office annonçait par ailleurs, en 2007,
la conclusion d'une entente historique avec l'Association canadienne du
logiciel de divertissement afin de rendre disponibles en français, sur le
marché québécois, un nombre beaucoup plus important de jeux vidéo.
    Par ailleurs, au cours du dernier exercice, l'Office a non seulement
atteint, mais dépassé pour plusieurs d'entre eux, l'ensemble des 20 objectifs
de son plan stratégique, exception faite de celui visant à "régler les
dossiers de plaintes du public en s'assurant qu'au moins 60 % d'entre eux
soient réglés dans un délai d'au moins 6 mois". Or, le rapport annuel de
gestion 2006-2007 de l'OQLF explique très clairement les raisons de la
non-atteinte de cet objectif : "En 2006-2007, l'augmentation des délais de
traitement est principalement attribuable à la réception d'un nombre inégalé
de plaintes, ainsi qu'à la décision administrative de consacrer davantage
d'efforts à la fermeture de dossiers de plus de 12 mois (...)". Il s'agissait,
dans les faits, de dossiers complexes dont la problématique et la solution
durable ont nécessité plusieurs interventions et communications, notamment
auprès d'intervenants de l'extérieur du Québec (distributeurs, fabricants,
éditeurs, etc.). Rappelons également que, depuis 2002-2003, le nombre de
plaintes reçues à l'Office a, bon an mal an, varié entre quelque 2 600 et
3 600 annuellement, 3 272 plaintes ayant été reçues en 2006-2007 (excluant
celles déposées par des mouvements associatifs tel Impératif français).
    Il faut aussi rappeler que la francisation des entreprises de moins de
50 employés ne fait pas partie des chantiers d'intervention de francisation de
l'Office, même s'il exerce un suivi relativement aux plaintes du public sur
leurs pratiques linguistiques commerciales. Toutefois, pour influencer
favorablement les comportements linguistiques de ces petites entreprises, et
ce, dans le respect de l'esprit de la Charte, l'Office a effectué à plusieurs
occasions des campagnes d'information et de promotion, dont la plus récente,
qui touchait les ordinateurs portatifs, a été réalisée dans tout le Québec, du
10 décembre 2007 au 11 janvier 2008, auprès de 370 détaillants spécialisés.
    Enfin, dans la mesure où la réalisation de la mission de l'Office et
l'atteinte de ses objectifs stratégiques leur importent au plus haut point, le
personnel et la direction de l'organisme ne peuvent qu'accueillir
favorablement l'intention manifestée par le gouvernement et par la ministre de
la Culture, des Communications et de la Condition féminine de lui allouer des
ressources et des crédits supplémentaires, afin qu'il puisse faire encore plus
et toujours mieux.
    -%SU: CLT
    -%RE: 1




Renseignements :

Renseignements: M. Gérald Paquette, Porte-parole de l'Office québécois
de la langue française, (514) 873-6567


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.