Lock-out au Journal de Québec - Quebecor débouté une nouvelle fois en Cour supérieure - L'entreprise s'en prenait cette fois à la bannière installée par les employés en lock-out



    QUEBEC, le 7 juin /CNW Telbec/ - Nouveau revers pour Quebecor. La Cour
supérieure refuse d'accorder une injonction provisoire à Quebecor dans le
conflit de travail qui l'oppose à ses employés du Journal de Québec.
L'employeur s'en prenait cette fois à la bannière que les lockoutés ont
accrochée la semaine dernière à leur roulotte de conflit garée dans le
stationnement du Syndicat canadien de la fonction publique au 5050 boulevard
des Gradins. La Cour entendra l'affaire sur le fond ultérieurement.
    "Heureusement, le ridicule ne tue pas!" C'est en ces termes que le
porte-parole des employés du Journal de Québec, Denis Bolduc, a d'abord
commenté la plus récente démarche de Quebecor devant les tribunaux. "Après
avoir embauché 14 cadres en septembre, puis exigé des dizaines de coupures de
postes à la table de négociation, installé dès janvier une salle de presse à
Toronto pour produire le Journal, embauché des dizaines de gardiens de
sécurité, installé des barricades autour de son édifice, mis ses employés en
lock-out, imprimé son journal à Mirabel, pour ensuite plaider que, même en
lock-out, les employés lui doivent loyauté, j'espère que Quebecor ne
s'attendait pas à ce qu'on lui fasse une bannière pour les féliciter!"
    D'autre part, dans l'édition d'hier (mercredi 6 juin) du
MédiaMatinQuébec, Denis Bolduc signalait que le Journal de Québec, qui
continue d'être publié, avait induit en erreur ses lecteurs et ses annonceurs
en prétendant, le 19 mai dernier, avoir publié une édition record (voir
l'article en version pdf à cette adresse
http://scfp.qc.ca/modules/documents/index.php?id=39&langue(equal si
gn)fr et au bas de la page cliquez sur A beau mentir qui vient de loin). Pour
le porte-parole syndical, il est clair que la direction veut laisser voir que
tout va bien alors que ce n'est pas le cas.

    Rappel des événements

    Les employés de bureau et de la rédaction du Journal de Québec sont sous
le coup d'un lock-out décrété par l'employeur le 22 avril. En solidarité avec
leurs collègues jetés sur le trottoir, les employés de l'imprimerie ont voté
la grève à 97 %. Avant le déclenchement du lock-out, aucun des trois syndicats
n'avaient même demandé de mandat de grève à leurs membres.
    Depuis le 24 avril, les employés en conflit publient et distribuent cinq
jours semaine le MédiaMatinQuébec, un quotidien gratuit, pour rappeler leur
cause à la population de Québec. Aucun piquet de grève n'a été érigé par les
syndiqués. Depuis la fondation du Journal de Québec en 1967, aucun conflit de
travail n'avait eu lieu. Il y a un an et demi, tous les employés syndiqués du
Journal avaient accepté de reconduire la convention collective pour un an en
partenariat avec l'employeur qui faisait face à un concurrent, Le Soleil, qui
passait au format tabloid pour mieux le concurrencer.
    Les employés salariés du Journal de Québec sont tous membres du Syndicat
canadien de la fonction publique (SCFP-FTQ) En plus des employés du Journal,
le SCFP compte 7000 membres dans les communications au Québec et est présent
dans plusieurs autres secteurs, notamment la santé et les services sociaux,
les universités, l'éducation, les transports urbain et aérien, les sociétés
d'Etat et organismes publics québécois, l'hydroélectricité et les
municipalités. Avec près de 100 000 membres, le SCFP reste le plus important
affilié de la FTQ qui, elle-même, est la plus imposante centrale syndicale au
Québec avec 500 000 membres.

    Ce communiqué et d'autres infos sur le site scfp.qc.ca




Renseignements :

Renseignements: Denis Bolduc, porte-parole syndical, cell. (418)
564-8772; Robert Bellerose, Information SCFP, cell. (514) 247-9266; Source:
Syndicat canadien de la fonction publique (FTQ)


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.