L'intimidation, ça ne passe pas avec moi! - Lancement d'un plan d'action préventif dans 11 écoles primaires de la Commission scolaire Marie-Victorin



    LONGUEUIL, QC, le 18 févr. /CNW Telbec/ - C'est sous le thème
"L'intimidation, ça ne passe pas avec moi !" que 11 écoles primaires de la
Commission scolaire Marie-Victorin (CSMV) ont présenté un plan d'action
destiné à amener les enfants à affirmer leur refus face à l'intimidation.
    Fruit d'une belle concertation entre les écoles primaires de la CSMV
situées à l'Est de la Ville de Longueuil, le plan d'action "L'intimidation, ça
ne passe pas avec moi!" vise à bien outiller les élèves, le personnel des
écoles ainsi que les parents face aux diverses situations d'intimidation.

    Des données révélatrices

    Bien que les écoles participantes au projet présentent des milieux plutôt
pacifiques, l'intimidation peut s'y retrouver sous diverses formes. Sous ses
airs inoffensifs, elle peut parfois être dommageable. Les chiffres(*) sont
parlants : 10 % des élèves sont victimes d'intimidation et 15% de
l'absentéisme scolaire serait attribuable à la crainte d'être intimidé.
    Les écoles ont donc choisi de travailler ensemble autour d'un sujet
commun afin d'assurer à leurs élèves un climat d'apprentissage sain et propice
à la réussite.
    "Les échanges autour du sujet et le partage de nos expériences et de nos
connaissances ont permis d'identifier ensemble des moyens et des actions
concrètes pour prévenir, dans nos écoles, les problématiques liées à ce
phénomène" a mentionné madame Francine Désorcy, directrice de l'école
Pierre-D'Iberville et responsable du comité multidisciplinaire chargé du
projet.
    "Nous voulons amener les enfants à affirmer leur refus face à
l'intimidation. L'angle abordé : apprendre à nos élèves à bien communiquer
leurs émotions" a ajouté Mme Désorcy. Pour y arriver, trois volets
d'intervention ont été identifiés : les élèves, le personnel et les parents.
    Pour les élèves, la sensibilisation s'est amorcée déjà depuis le début de
l'année. Notamment, des actions visant le développement des habiletés sociales
et la résolution de conflit amène l'enfant à découvrir s'il est un
intimidateur ou s'il subi l'intimidation. Parmi les exemples d'action : la
valorisation des bons comportements par le moyen d'activités "récompenses", la
tenue d'ateliers de gestion de la colère, la mise en place de boîtes à
suggestions, etc. Plusieurs programmes sont également en vigueur dans ces
écoles dont : Attentix, Coup de coeur, coup de pied, Gang de choix, la Clef
des bons coups, Floppy, etc.
    Le plan d'action prévoit des formations offertes au personnel enseignant,
de même qu'au personnel des services de garde, de façon à leur proposer des
moyens d'identifier les situations d'intimidation et de réagir adéquatement
auprès des élèves. Les parents seront également ciblés par des actions
d'éducation face à la problématique afin de les aider eux aussi à décoder les
signes d'intimidation et connaître les façons de la résoudre.

    Des élèves donnent le nom et le visuel à la campagne de sensibilisation

    Afin de promouvoir le plan d'action, de lui donner un nom et un visuel,
un concours sollicitant la participation de tous les élèves de ces écoles a
été mis sur pied en début d'année. Ainsi, "L'intimidation, ça ne passe pas
avec moi!", imaginé par Thomas Arpin, un élève de 5 ans qui fréquente la
maternelle à l'école Armand-Racicot, est le slogan qui a été choisi.
L'illustration retenue a été conçue par deux élèves de 5e année de l'école
Armand-Racicot : Lydia Pelletier et Sadja Alejandra Jaime Alba. L'affiche
officielle qui servira à bien diffuser le plan d'action dans les milieux a été
produite par une étudiante en graphisme du Centre de formation professionnelle
Jacques-Rousseau, Sandra Bédard.
    "Le plan d'action présenté ce matin propose des moyens tangibles de
favoriser la réussite scolaire et d'encourager la persévérance scolaire dès
les premières années d'école" a mentionné la présidente de la Commission
scolaire Marie-Victorin, madame Lucie Désilets en félicitant tous les
intervenants qui ont contribué à la mise sur pied du projet.
    Le projet est une initiative concertée du regroupement des écoles
primaires Adrien-Gamache, Armand-Racicot, Carillon, De Normandie, Gentilly,
Joseph-De Sérigny, Les Petits-Castors, Marie-Victorin, Pierre-D'Iberville,
Samuel-De Champlain et Saint-Romain qui regroupent au total, plus de 3 230
élèves.

    (*) Données extraites de "L'intimidation, c'est aussi notre affaire!",
    étude publiée par l'Association québécoise des psychologues scolaires.




Renseignements :

Renseignements: Catherine Giroux, Conseillère en communication,
Commission scolaire Marie-Victorin, (450) 670-0730, poste 2018; Source: Annie
Massicotte, Conseillère en communication, Commission scolaire Marie-Victorin

Profil de l'entreprise

Commission scolaire Marie-Victorin

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.