L'intégration des élèves en difficulté en classe ordinaire - Des limites qu'il faut reconnaître, pour les baliser



    MONTREAL, le 13 juin /CNW Telbec/ - Les lois, les chartes et les
politiques privilégient l'intégration des élèves handicapés ou en difficulté
d'adaptation ou d'apprentissage (EHDAA) dans la classe ordinaire, dont la
capacité d'accueil n'est pas illimitée. Il y a un seuil au-delà duquel elle
devient "dysfonctionnelle", où elle dessert aussi bien les intérêts des élèves
en difficulté que des autres. Il est important de reconnaître que ce seuil
existe, de le situer, pour éviter de le franchir. De la même façon, il faut
prévoir des voies alternatives réalistes, quand l'intégration n'est plus la
solution.
    C'est l'essentiel du message que livrent aujourd'hui la présidente
Johanne Fortier, de la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE-CSQ) et
la présidente Maureen Morris, de l'Association provinciale des enseignantes et
enseignants du Québec (APEQ), sur la foi de quelque 300 questionnaires
complétés au cours des dernières semaines par des enseignantes et enseignants
du primaire et du secondaire. Les trois quarts des répondants sont d'avis que
cette intégration, dans le contexte de leur classe, constitue une contrainte
excessive. Les porte-parole syndicales ont dévoilé tout un éventail de
situation où l'intégration n'atteint plus ses objectifs louables de socialiser
et d'instruire les EHDAA et où elle constitue une contrainte excessive pour le
reste du groupe, sans servir au mieux les intérêts de l'élève en difficulté.
Par ailleurs, seulement 15 % des répondants ont indiqué que leur groupe, à
leur avis, ne représentait pas une classe typique de leur milieu, mais plutôt
une situation d'exception.

    Deux classes "ordinaires"?

    En annexe à ce communiqué figurent une dizaine de portraits de classes
ordinaires réelles. Seuls les deux derniers constituent des cas exceptionnels.
Ils sont disponibles sur le site de la FSE (fse.qc.net). Voici un aperçu des
cas 6 et 8, qui paraissent représentatifs de la situation au primaire et au
secondaire.

    Dans le premier cas (no 6 de l'annexe), il s'agit d'une classe de 4e
année de 30 élèves, en milieu socioéconomique moyen. On peut répartir les
élèves comme suit : 6 forts, 15 moyens, 8 élèves à risque dont 4 ayant des
difficultés de comportement, sans être formellement identifiés comme tels. On
y a de plus intégré un élève ayant des troubles de comportement graves. La
composition du groupe amène l'enseignant à faire beaucoup de discipline, au
détriment de l'enseignement individualisé dont les élèves ont besoin, ce qui
entraîne beaucoup de frustration pour le professeur et des effets sur son
travail, sa santé physique et psychologique.
    Parmi les services mis à la disposition des élèves, il y a ceux d'un
technicien en éducation spécialisée, disponible 14 heures par mois pour toute
l'école, ce qui est nettement insuffisant. Un orthopédagogue est aussi
disponible 11 heures par semaine.
    L'enseignant a pu voir toute la matière en mathématique, mais sans
approfondir les notions. Les élèves les plus forts s'en tireront bien, mais
pas les autres qui accumuleront du retard, parce qu'on aura manqué de temps
pour leur fournir des explications supplémentaires. En français, toutes les
notions n'ont pu être vues et ne pourront l'être d'ici la fin de l'année.

    Le deuxième cas (no 8 de l'annexe) présente une classe de 2e année du
secondaire en milieu socioéconomique moyen. En mai 2007, il reste 25 élèves,
entre 14 et 18 ans, car 7 ont quitté l'école. Parmi eux on retrouve 2 forts,
5 moyens et 18 à risque, tant du côté de l'apprentissage que du comportement.
L'enseignant est découragé, seuls trois élèves semblent motivés. Ils
présentent des retards sérieux, certains sont du niveau de la 5e année du
primaire, ils ont 16 ans en moyenne (ils devraient en avoir 13). Ils ont
beaucoup de problèmes, et peu d'aide : un technicien spécialisé, à 32 heures
par semaine, qui agit pour tout le cycle.

    Des problématiques différentes

    Ces deux cas, comme les autres, présentent des traits communs : on
retrouve dans ces groupes des élèves avec des problèmes de comportement qui
imposent à l'enseignante ou l'enseignant de faire de la discipline, pour
maintenir un climat propice au travail. Le même groupe comprend aussi souvent
des élèves en difficulté d'apprentissage, qui eux ont besoin de plus de calme
et de plus d'attention, d'une aide plus individualisée. Le nombre d'élèves,
qui pourrait convenir avec une vraie classe ordinaire, est trop élevé dès
qu'on y retrouve quelques élèves avec des troubles de comportement, en plus de
ceux qui affichent des difficultés d'apprentissage. Ces deux dynamiques sont
difficilement conciliables. Il faut en outre se rappeler qu'il s'agit
officiellement d'une classe ordinaire, qui peut compter jusqu'à 32 élèves.

    Des enseignants ordinaires, pas des spécialistes

    Il faut aussi remarquer que les enseignantes et enseignants, malgré une
formation spécifique de quatre ans, ne reçoivent que quelques cours sur la
façon de traiter avec les élèves en difficulté. Une classe qui compte plus de
la moitié de ses éléments à risque devrait être confiée à un enseignant qui a
complété une spécialisation en adaptation scolaire (quatre années). Or, la
tendance est plutôt à l'inverse. En 2002-2003, au secondaire, la proportion
des EHDAA intégrés en classe ordinaire était de 37,8 %. En 2005-2006, elle
avait grimpé à 46 %. Penser qu'avec un ou deux cours de plus l'enseignant
"ordinaire" va pouvoir traiter avec des classes aussi lourdes relève de la
pensée magique. L'enseignant en souffre, mais surtout ses élèves. Aussi
compétent soit-il, l'enseignant ou l'enseignante ne peut assumer les services
d'un orthopédagogue, d'un psychoéducateur, d'un technicien en éducation
spécialisée ou d'un orthophoniste.

    Un parti pris aveugle

    On doit également s'étonner que la Politique d'adaptation scolaire soit
absolument muette sur le rôle qu'on attend des enseignantes et enseignants
spécialisés en adaptation scolaire. Cette absence témoigne qu'on considère
l'intégration non seulement comme la solution à privilégier, mais presque
comme la seule solution, en exigeant que l'enseignant régulier soit
pratiquement le seul à maîtriser ces situations complexes en diversifiant son
enseignement pour l'adapter à toutes les catégories d'élèves.
    La Loi sur l'instruction publique, prévoit, à l'article 235, que
l'intégration harmonieuse en classe ordinaire d'un élève en difficulté doit
être de nature à "faciliter ses apprentissages et son insertion sociale". Pour
Johanne Fortier, de la FSE, privilégier l'intégration ne veut pas dire exclure
toute autre solution. "Le texte des Chartes n'est pas absolu et la Loi sur
l'instruction publique réfère à une évaluation des capacités et des besoins de
l'élève handicapé qui n'est pas toujours faite, ou communiquée aux
professeurs. Par ailleurs, l'intégration de l'ensemble des EHDAA ne doit pas
non plus constituer une contrainte excessive ou porter atteinte de façon
importante aux droits des autres élèves. Le portrait que nous avons de la
situation révèle qu'on intègre trop, sans respecter les limites que le
législateur a imposé à ce principe", constate Mme Fortier.
    Maureen Morris, présidente de l'Association provinciale des enseignantes
et enseignants du Québec, ajoute que la classe ordinaire, plus nombreuse que
la classe spéciale, par exemple, n'offre pas toujours tout le suivi nécessaire
à l'élève en difficulté qui a besoin d'un encadrement plus serré.
"Quelquefois, c'est la nature complexe d'un cas qui devrait constituer un
frein à l'intégration, ailleurs, c'est le grand nombre de cas, moins lourds,
qui teste les limites d'accueil de la classe ordinaire. Dans tous les cas, le
grand nombre d'élèves par classe pose problème."

    Des avenues prometteuses, parmi d'autres

    Les deux fédérations syndicales, la FSE et l'APEQ, annoncent qu'elles
poursuivent l'analyse rigoureuse de la situation et amorcent une réflexion sur
la nature des balises qui devraient être mises en place pour encadrer au mieux
le processus d'intégration et faire cesser les situations abusives constatées.
Elles souhaitent que les autres acteurs du système scolaire, y compris le
ministère de l'Education, du Loisir et du Sport, comme les organismes de
défense des droits et les parents, s'associent à cette réflexion. Parmi les
pistes qui paraissent prometteuses, citons la limitation du nombre d'élèves
intégrés par classe, en fonction de la nature des handicaps ou des
difficultés, une diminution de la taille des groupes, le maintien des classes
spéciales ou des parcours particuliers, qui ne devraient pas être des voies
d'évitement, mais des lieux où les élèves en plus grande difficulté pourraient
recevoir tous les services et toute l'attention que leur condition requiert.
    L'ensemble des documents en soutien à cette prise de position peut être
consulté sur le site de la FSE (fse.qc.net).

    Profils de la FSE et de l'APEQ

    La Fédération des syndicats de l'enseignement est affiliée à la Centrale
des syndicats du Québec. Elle est formée de la plupart des syndicats
d'enseignantes et d'enseignants de commissions scolaires du Québec. Elle
compte près de 60 000 membres. Elle négocie en cartel avec l'Association
provinciale des enseignantes et enseignants du Québec, qui représente les
enseignantes et enseignants des commissions scolaires anglophones. L'APEQ
compte près de 8 000 membres.




Renseignements :

Renseignements: Jean Laporte, FSE, cell.: (418) 563-7193; Alan Lombard,
APEQ, cell.:(514) 894-9585


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.