L'institut économique propose encore la même recette indigeste



    MONTREAL, le 20 oct. /CNW Telbec/ - Ce matin, l'Institut économique de
Montréal (IEDM) faisait connaître une note sur les frais de scolarité dans les
universités. "Lorsque j'ai appris que l'IEDM publiait une note sur les droits
de scolarité universitaire, j'anticipais déjà les conclusions. A la lecture du
document, nos craintes ont été confirmées. L'IEDM propose la même recette
indigeste qu'elle propose à tous les maux : la déréglementation", a constaté
d'emblée David Paradis, président de la Fédération étudiante universitaire du
Québec (FEUQ).
    "Pourtant, l'expérience prouve que la déréglementation n'est pas la
solution, telle que le démontre la crise financière actuelle, a ajouté
M. Paradis. Avec une déréglementation des frais de scolarité, c'est-à-dire une
hausse, c'est encore la classe moyenne qui paiera. A preuve, à l'Université de
Guelph, on a assisté à une baisse de 40 % de la participation des étudiants
issus de milieux pauvres suite à la dérèglementation. Quant à l'Université
Western, la proportion d'étudiants en médecine dont le revenu de leurs parents
était inférieur à 60 000$ est passée de 35,6% en 1997 à 14,9 % en 2000. Ce que
nous propose l'IEDM, ce n'est rien d'autre qu'une taxe déguisée pour la classe
moyenne québécoise."
    Pour la FEUQ, l'éducation universitaire repose sur trois piliers :
l'accessibilité, le financement et la qualité. "Croire qu'en finançant le
système universitaire en pigeant dans les poches des étudiants, qui gagnent en
moyenne quelques 11 000$ par année, n'affectera pas l'accessibilité, c'est
jouer à l'autruche. Déjà, avec dégel actuel, le Québec perdra entre 6 000 à
13 000 diplômés universitaires; imaginez avec le libre marché proposé par
l'IEDM, cela pourrait nous amener à fermer plusieurs universités en région",
s'est indigné le président de la FEUQ.
    La FEUQ considère, à l'instar du premier ministre Charest, de l'Assemblée
nationale, des leaders syndicaux et des recteurs des universités, que la
solution au sous-financement des universités passe par un règlement du
déséquilibre fiscal, notamment par une hausse du transfert fédéral de 820 M$.

    Depuis plus de 19 ans, la FEUQ représente les étudiantes et les étudiants
universitaires du Québec. Composée de 15 associations membres et forte de plus
de 120 000 membres, la FEUQ est le plus important groupe jeunesse au Québec.
www.feuq.qc.ca




Renseignements :

Renseignements: Dany St-Jean, attaché de presse FEUQ, (514) 396-3380,
Cell.: (514) 212-5457

Profil de l'entreprise

Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.