L'Institut de développement urbain du Québec (IDU-Québec) craint que le pouvoir accordé à Montréal de déplafonner les droits de mutations (taxe de Bienvenue) puisse freiner les investissements dans le secteur immobilier dans la métropole.



    MONTREAL, le 16 juin /CNW Telbec/ - L'annonce conjointe faite le 12 juin
par le Gouvernement du Québec et la Ville de Montréal d'accorder à celle-ci
pouvoir de déplafonner les droits de mutation pour tout transfert de
propriétés de plus de 500 000 $ ne doit pas nuire à l'attraction de nouveaux
investissements immobiliers dans la métropole, estime l'Institut de
développement urbain du Québec.
    Par ailleurs, le président du conseil d'administration de l'IDU-Québec,
monsieur Jean Laramée, se réjouit de la décision du maire de Montréal,
monsieur Gérald Tremblay, de ne pas utiliser cette nouvelle mesure fiscale
avant 2009 afin de consulter différents décideurs économiques. Cette
consultation devrait permettre d'identifier les sources de revenus à utiliser
dans un contexte fiscal particulièrement lourd pour les propriétaires
immobiliers de Montréal, en concurrence directe avec les propriétaires
immobiliers des couronnes nord et sud de la Communauté métropolitaine de
Montréal (CMM). "L'IDU-Québec sera heureuse d'accompagner le maire de Montréal
dans ses démarches afin de choisir les meilleures ressources financières pour
la ville afin d'en maximiser les impacts économiques, tout en répartissant de
manière plus équitable le fardeau fiscal entre les différents contribuables" a
déclaré monsieur Laramée.
    L'IDU-Québec propose au maire de Montréal de faire preuve d'une grande
prudence dans l'utilisation du pouvoir de déplafonner les droits de mutations.
En plus d'être perçue comme un obstacle au développement immobilier, cette
mesure risque de grever la capacité des nouveaux propriétaires à effectuer des
améliorations locatives, qui ont par ailleurs un impact favorable sur la
valeur foncière de ces bâtiments, donc, sur les revenus futurs de la Ville.
    L'IDU-Québec salue la décision gouvernementale rendue publique par la
vice-première ministre et ministre des Affaires municipales et des Régions,
madame Nathalie Normandeau, et par son collègue, monsieur Raymond Bachand,
ministre du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation, en
présence du maire de Montréal de permettre à la ville de diversifier ses
sources de revenus. Montréal pourra ainsi investir de nouvelles sommes afin de
mieux répondre aux besoins des Montréalais, particulièrement au chapitre de
l'entretien de ses infrastructures routières et souterraines et de
l'élaboration de grands projets de développement urbain.
    Cette diversification devra permettre, selon l'IDU-Québec, de mieux
partager le fardeau fiscal entre les propriétaires immobiliers
non-résidentiels, qui contribuent présentement à hauteur de près de 40 % aux
revenus fiscaux de la Ville, alors que leurs poids fonciers est de 19 %.
    Bien que projet de loi 22 amendé continue à permettre à la Ville de
Montréal de taxer les stationnements hors-rues, l'IDU-Québec salue la volonté
affirmée du maire de Montréal ne pas user de ce pouvoir habilitant de lever
une nouvelle taxe foncière qui a fait preuve de son inefficacité là où elle a
été mise en place.

    L'IDU-Québec agit en tant que porte-parole de l'industrie immobilière
québécoise et a pour mission de favoriser le développement économique du
secteur immobilier.




Renseignements :

Renseignements: Raymond C. Bouchard, Président-directeur-général,
Institut de développement urbain du Québec, (514) 866-3625, poste 24


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.