L'Industrielle Alliance annonce ses résultats pour le quatrième trimestre

Bénéfice et croissance des affaires : nouveaux résultats records

QUÉBEC, le 18 févr. /CNW Telbec/ - L'Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. (« Industrielle Alliance » ou « la société ») annonce ses résultats financiers pour le quatrième trimestre terminé le 31 décembre 2010. Tous les résultats de la société pour le quatrième trimestre sont expliqués en détail dans le présent communiqué, alors que les documents portant sur les résultats de toute l'année sont disponibles dans le site Internet de la société à l'adresse www.inalco.com.

L'Industrielle Alliance termine le quatrième trimestre avec un bénéfice net aux actionnaires de 67,4 millions de dollars, ce qui représente un bénéfice par action dilué de 0,80 $ et un rendement des capitaux propres des actionnaires de 12,7 % sur base annualisée. Ces résultats tiennent compte des rajustements liés à l'examen de fin d'exercice des hypothèses actuarielles et de la situation fiscale.

La croissance des affaires a poursuivi sur sa forte lancée pour un cinquième trimestre consécutif. Les primes et dépôts ont augmenté de 15 % sur douze mois pour atteindre un nouveau sommet de près de 1,8 milliard de dollars, découlant largement des fortes ventes dans les secteurs de l'Assurance individuelle et de la Gestion de patrimoine individuel. Les ventes nettes de fonds distincts et de fonds mutuels ont gagné 66 % au quatrième trimestre, portant l'Industrielle Alliance au premier rang pour les ventes nettes de fonds distincts et au septième rang pour les ventes nettes de fonds mutuels en 2010. Au 31 décembre 2010, l'actif sous gestion et sous administration a également atteint un nouveau sommet de 66,9 milliards de dollars sous l'effet de la forte progression des primes et des dépôts ainsi que des entrées nettes de fonds, dans la plupart des secteurs, et de la hausse des marchés boursiers.

« Nous sommes vraiment fiers des résultats de ventes exceptionnels que nous avons enregistrés au quatrième trimestre, a déclaré Yvon Charest, président et chef de la direction. Les initiatives que nous avons continué de mettre de l'avant afin d'élargir nos réseaux de distribution et d'étendre notre présence géographique, conjuguées à la force continue des marchés boursiers, nous ont permis, au dernier trimestre, de dépasser nos résultats de 2007, notre meilleure année sur le plan de la croissance et de la rentabilité. »

« L'année 2010 a été un grand succès en ce qui concerne la croissance, mais les taux d'intérêt à long terme ont représenté un défi, a ajouté M. Charest. Dans le cadre de notre examen de fin d'exercice et conformément à notre approche prudente à long terme visant la gestion de nos provisions mathématiques, nous avons rajusté certaines hypothèses d'évaluation et mis en place une série d'initiatives de gestion en vue d'atténuer l'incidence de la chute des taux d'intérêt. En ce qui concerne les provisions mathématiques, nous avons abaissé notre taux de réinvestissement ultime (URR) de 20 points centésimaux, à 3,7 %, à la fin de 2010, sous le maximum permis de 4,0 %, et reconnu une baisse de 47 points centésimaux de notre taux de réinvestissement initial (IRR). Les actions prises par la direction ont principalement porté sur des initiatives visant à réduire le risque de réinvestissement, à améliorer l'appariement de l'actif et du passif et à accroître les rendements à long terme. »

« Conformément à notre modèle d'affaires, toutes ces mesures ont été prises sans compromettre nos principes fondamentaux, a conclu M. Charest. Non seulement nous avons maintenu la qualité de notre portefeuille de placements et notre dividende aux actionnaires ordinaires, mais notre bénéfice par action, notre rendement des capitaux propres aux actionnaires et notre ratio de solvabilité ont également tous clôturé l'exercice à l'intérieur de notre fourchette cible pour 2010. »

 
Faits saillants
  Quatrième trimestre Année
(En millions de dollars, sauf indication contraire) 2010 2009 2010 2009
Bénéfice net aux actionnaires ordinaires 67,4 67,4 250,8 205,8
Bénéfice par action ordinaire (dilué) 0,80 $ 0,83 $ 2,99 $ 2,55 $
Rendement des capitaux propres aux actionnaires ordinaires   12,7 % 14,9 % 12,6 % 11,9 %
Primes et dépôts 1 781,9 1 546,8 6 621,2 5 231,2
    31 décembre 2010   30 septembre 2010   31 décembre 2009
Actif sous gestion et sous administration 66 879,0 64 051,4 58 406,6
Ratio de solvabilité 205 % 211 % 208 %
Placements douteux nets 22,8 16,0 13,0
Placements douteux nets en % des placements totaux 0,12 % 0,09 % 0,08 %

Faits saillants du quatrième trimestre

Revue de fin d'année des hypothèses et des impôts - La société a effectué sa revue de fin d'année habituelle des hypothèses actuarielles et de sa situation fiscale. L'effet combiné de ces deux analyses a fait augmenter le revenu net de 2,1 millions de dollars (0,03 $ par action ordinaire). Cette augmentation est le résultat net d'une hausse des provisions mathématiques avant impôts de 11,3 millions de dollars (8,4 millions de dollars après impôts) et d'une baisse des impôts sur le revenu de 10,5 millions de dollars. Cette baisse s'explique par une réduction des impôts sur le revenu futurs et, dans une moindre mesure, de recouvrements fiscaux.

Dans le cadre de cette revue de fin d'année, la société a renforcé ses provisions mathématiques et changé certaines hypothèses d'évaluation utilisées dans le calcul de ses provisions mathématiques.

  • La société a reconnu une baisse de 47 points centésimaux de son taux de réinvestissement initial (IRR), qui a perdu 62 points centésimaux au cours des neuf premiers mois de 2010, avant de regagner 15 points au dernier trimestre.
  • La société a réduit son taux de réinvestissement ultime (URR) de 20 points centésimaux, qui est passé de 3,9 % à la fin de 2009 à 3,7 % à la fin de 2010, afin de tenir compte de la tendance à la baisse des taux d'intérêt à long terme. Selon l'Institut canadien des actuaires, l'URR maximum permis à la fin de 2010 était de 4,0 %, et en posant comme hypothèse que les taux d'intérêt demeurent à leur niveau du 31 décembre 2010, il diminuerait à 3,8 % à la fin de 2011 et à 3,6 % à la fin de 2012. Ainsi, la société ne serait pas tenue de renforcer ses provisions mathématiques relativement à l'URR avant 2012.
  • En plus de renforcer ses provisions mathématiques relativement à l'IRR et à l'URR, la société a pris un certain nombre de mesures de gestion ayant une incidence sur des actifs dont la valeur totalise 1,0 milliard de dollars afin d'amortir la chute des taux d'intérêt.  Ces mesures comprennent :
    • L'élaboration continue de son programme de billets de cession qui permet l'échange de flux financiers entre les secteurs d'activité. Cet échange offre la possibilité d'investir à plus long terme à des taux d'intérêt plus élevés, tout en réduisant le risque de réinvestissement, principalement pour le secteur de l'Assurance individuelle.
    • À la suite d'une révision en profondeur des engagements de la société, certains éléments d'actif ont été repositionnés et l'échéance de certains placements a été reportée afin de mieux apparier le passif adossé à ces placements. Ces changements sont particulièrement avantageux pour le secteur de l'Assurance individuelle.
    • Des ententes de cours à terme ont été conclues avec certaines institutions financières afin de protéger les taux de réinvestissement pour les titres à revenu fixe échéant plus tard. 
    • Des éléments d'actif ont été réaffectés de sorte que la proportion des actions appariant les engagements à long terme de la société soit accrue de 3 % (de 15 % à 18 %).
  • La société a adopté une nouvelle table de mortalité publiée pour l'assurance individuelle en 2010 et a mis à jour ses hypothèses de mortalité en fonction des résultats techniques dans le secteur de l'Assurance individuelle. Dans le cadre de sa revue de fin d'année, la société a également mis à jour ses hypothèses de longévité pour les rentiers dans les secteurs des Rentes collectives et de la Gestion du patrimoine individuel.
  • La société estime qu'elle serait en mesure d'absorber une baisse des marchés boursiers de 21 % et que les passifs relatifs aux polices n'auraient pas à être renforcés tant que l'indice S&P/TSX se situerait au­dessus de 10 600 points.

Juste valeur des instruments de dette - L'évolution asymétrique de la valeur marchande des instruments de dette et de l'actif sous­jacent a généré une perte de 0,6 million de dollars au quatrième trimestre. Si l'on exclut cette perte, la société a terminé le quatrième trimestre avec un bénéfice net aux actionnaires ordinaires de 68,0 millions de dollars, un bénéfice par action ordinaire dilué de 0,80 $ et un rendement des capitaux propres aux actionnaires ordinaires de 12,8 % sur base annualisée, ce qui s'approche du milieu de la fourchette cible de la société de 12 % à 14 %. Il s'agit du dernier trimestre au cours duquel l'asymétrie des instruments de dette aura une incidence sur le bénéfice, puisque ces instruments de dette seront classés au coût plutôt qu'à leur juste valeur selon les Normes internationales d'information financière (IFRS), qui prennent effet le 1er janvier 2011.

Dividende - Le conseil d'administration a annoncé le versement d'un dividende trimestriel de 0,2450 $ par action ordinaire, soit le même qu'au cours des neuf derniers trimestres. Ce dividende correspond à un ratio de distribution de 31 % des bénéfices nets, ce qui se situe dans la partie médiane de la fourchette cible à moyen terme de la société, soit un ratio entre 25 % à 35 %.

Croissance des affaires - La croissance des affaires a une fois de plus été plus forte au quatrième trimestre de 2010, poursuivant ainsi sur la lancée des quatre derniers trimestres.

  • Les primes et les dépôts ont atteint un nouveau sommet pour un cinquième trimestre consécutif, totalisant près de 1,8 milliard de dollars, à la hausse de 15 % comparativement à la même période l'année dernière, et la valeur ajoutée des ventes a augmenté de 49 %, à 53,8 millions de dollars. Ce succès est principalement attribuable aux secteurs de l'Assurance individuelle et de la Gestion de patrimoine individuel, qui ont été stimulés par les fortes ventes et la croissance des marchés boursiers.
  • Dans le secteur de l'Assurance individuelle, les ventes ont atteint un niveau record de 57,8 millions de dollars, une hausse de 41 % par rapport à l'année précédente. Les ventes de primes minimales (assurance vie de base) se sont accrues de 25 %, à 46,6 millions de dollars, et les ventes de primes excédentaires (volet épargne) ont augmenté de 211 %, à 11,2 millions de dollars, au cours du trimestre.
  • Les ventes dans le secteur de la Gestion de patrimoine individuel ont atteint un nouveau sommet sur douze mois de 1,0 milliard de dollars, une hausse de 34 % par rapport au même trimestre de l'année précédente. Les ventes nettes de 536,7 millions de dollars ont augmenté de 66 % au quatrième trimestre, ce qui a permis à la société de gagner des parts du marché. L'Industrielle Alliance se classe au premier rang au chapitre des ventes nettes de fonds distincts, avec une part de marché de 44,5 % au quatrième trimestre (quatrième en 2009 avec 10,1 %), et au septième rang au chapitre des ventes nettes de fonds mutuels en 2010, comparativement à un dix-septième rang en termes d'actif.
  • Dans les secteurs du collectif, les ventes dans les secteurs de l'Assurance des débiteurs et de l'Assurance pour les marchés spéciaux ont continué de croître pour un troisième trimestre consécutif, tandis que les ventes dans le secteur de l'Assurance collective pour les régimes d'employés accusaient une baisse au quatrième trimestre.
  • Dans le secteur des Rentes collectives, les primes récurrentes et l'actif sous gestion étaient à la hausse au quatrième trimestre, tandis que les nouvelles ventes de fonds et les entrées nettes de fonds accusaient une baisse.
  • L'actif sous gestion et sous administration a atteint un nouveau sommet de 66,9 milliards de dollars au 31 décembre 2010, une hausse de 4 % par rapport au 30 septembre 2010 et de 15 % comparativement à l'année précédente.  La valeur de tous les principaux éléments s'est appréciée sous l'effet d'une forte hausse des primes, des entrées nettes de fonds dans la plupart des secteurs et de la croissance des marchés boursiers.

Solvabilité - Au 31 décembre 2010, le ratio de solvabilité s'établissait à 205 %, comparativement à un ratio de solvabilité de 211 % au 30 septembre 2010. Cette baisse s'explique principalement par la hausse de la proportion des actions appariant les provisions mathématiques (de 15 % à 18 %) au quatrième trimestre dans le cadre d'une série de mesures de gestion prises en 2010 en vue d'amortir la chute des taux d'intérêt à long terme, de même que par la croissance de la valeur marchande des actions, ces deux facteurs ayant entraîné des exigences de capital plus élevées. Le ratio de solvabilité de 205 % se situe au­dessus de la fourchette cible de la société de 175 % à 200 %.

Qualité des placements - La qualité générale de notre portefeuille de placements demeure très élevée. Les points à noter au quatrième trimestre sont les suivants :

  • Au 31 décembre 2010, les prêts douteux représentaient 0,12 % des placements totaux (0,09 % au 30 septembre 2010 et 0,08 % au 31 décembre 2009). Les placements douteux nets ont augmenté, passant de 16,0 millions de dollars au 30 septembre 2010 à 22,8 millions de dollars au 31 décembre 2010. Cette hausse découle de l'ajout de trois prêts hypothécaires conventionnels aux États­Unis sur des propriétés multirésidentielles.

  • Le taux de délinquance du portefeuille de prêts hypothécaires a augmenté à 0,47 % au 31 décembre 2010 par rapport à 0,30 % au 30 septembre 2010. Cette hausse est principalement attribuable aux trois prêts hypothécaires conventionnels aux États­Unis mentionnés ci­dessus.

  • La proportion des titres obligataires cotés BB et moins a diminué au cours du quatrième trimestre, passant de 0,15 % au 30 septembre 2010 à 0,12 % au 31 décembre 2010. Cette diminution est essentiellement attribuable à la vente de titres obligataires de sociétés cotés BB et moins. En outre, deux placements privés ont été ajoutés à la liste des titres obligataires cotés BB et moins suivant une décote au cours du trimestre.

  • La valeur nominale des papiers commerciaux non bancaires adossés à des actifs (PCCA) a diminué de 27,5 millions de dollars au quatrième trimestre à 54,8 millions de dollars au 31 décembre 2010. Cette baisse découle principalement du 1,4 million de dollars en remboursement de capital au pair et à la vente de certains billets représentant 25,8 millions de dollars au cours du quatrième trimestre.

Valeur intrinsèque - Au 31 décembre 2010, la valeur intrinsèque de l'Industrielle Alliance a atteint un nouveau sommet de 3,5 milliards de dollars ou 41,56 $ par action ordinaire, une hausse sur douze mois de 20,1 %, avant le paiement des dividendes aux actionnaires ordinaires, et de 17,4 %, après le paiement de ces dividendes. Le ratio de la valeur intrinsèque par rapport à la valeur comptable s'établissait à 1,63x comparativement à 1,62x au 31 décembre 2009.

Plus de la moitié de la hausse de 2010 (12,2 % ou 4,43 $ par action ordinaire) est attribuable à des éléments récurrents à l'égard desquels la société exerce un certain contrôle, à savoir la croissance normale de la valeur du bloc d'affaires en vigueur, qui a ajouté 6,5 % à la valeur intrinsèque (2,41 $ par action ordinaire), et la valeur des nouvelles ventes, qui a ajouté 5,7 % à la valeur intrinsèque (2,02 $ par action ordinaire). Les éléments non récurrents, notamment les gains des marchés boursiers et des autres résultats techniques, de même que les changements relatifs à la structure financière, représentaient le reste de la hausse de 7,9 % (1,16 $ par action ordinaire).

Acquisitions - La société a annoncé deux acquisitions au quatrième trimestre et une troisième ultérieure à la fin du trimestre. La première acquisition a été conclue avec Les Garanties Nationales MRWV Limitée, qui vend des garanties prolongées principalement par l'intermédiaire de concessionnaires de véhicules d'occasions dans la province de Québec (1er octobre 2010), et la deuxième a été l'acquisition de toutes les actions restantes émises et en circulation de L'Excellence, Compagnie d'assurance-vie de sorte que la société est maintenant propriétaire à 100 % (3 décembre 2010). Suivant la fin du trimestre, le 14 février 2011, la société a annoncé l'acquisition de trois entités privées et reliées (Protection V.A.G. Inc., Communications & Références Multi Assurance Direct inc. et Produits récréatifs Accès Inc.) dans la province de Québec, qui distribuent collectivement des produits d'assurance des débiteurs et de garantie de remplacement par l'entremise d'un réseau de concessionnaires d'automobiles neuves et d'occasion au Québec.

Indications aux marchés pour l'année 2011 - Voici les principales indications aux marchés mises à jour pour 2011 :

  • Rendement des capitaux propres aux actionnaires ordinaires : maintien de la cible de 12 % à 14 %.
  • Bénéfice par action ordinaire : nouvelle cible de 3,05 $ à 3,60 $ (en hausse par rapport à la cible de 2,75 $ à 3,25 $ donnée comme indication pour l'année 2010).
  • Ratio de solvabilité : maintien de la fourchette cible de 175 % à 200 %.
  • Ratio de distribution du dividende : maintien de la fourchette cible de 25 % à 35 % à moyen terme. La société anticipe cependant que le ratio devrait se situer dans la partie médiane de la fourchette cible en  2011 (une baisse par rapport au ratio qui se situait dans la partie supérieure de la fourchette cible en 2010).
  • Taux d'impôt effectif : maintien d'un taux d'impôt effectif prévu de 26 % à 27 %.

Analyse de sensibilité - La société a mis à jour ses analyses de sensibilité au 31 décembre 2010. La capacité de la société à absorber d'éventuels chocs des marchés boursiers reste très élevée. Les provisions mathématiques n'auront pas besoin d'être renforcées pour les actions appariant les engagements à long terme tant que l'indice S&P/TSX se situera au­dessus de 10 600 points environ. Le ratio de solvabilité se maintiendra quant à lui au­dessus de 175 % tant que l'indice S&P/TSX se situera au­dessus de 9 300 points environ et se maintiendra au­dessus de 150 %  tant que l'indice se situera au­dessus de 7 700 points environ. (Voir la partie « Analyse de sensibilité » de la section « Autres commentaires sur les résultats du quatrième trimestre de 2010 » ci-après pour plus de détails).

Mise à jour sur les Normes internationales d'information financière (IFRS) - La société adoptera les Normes internationales d'information financière (IFRS) le 1er janvier 2011 et produira ses premiers états financiers en utilisant ces normes à compter du premier trimestre de 2011, qui se terminera le 31 mars 2011. Pour obtenir tous les détails concernant la transition aux IFRS, veuillez consulter le Rapport de gestion de 2010 disponible sur le site Internet de la société à www.inalco.com ou sur SEDAR à www.sedar.com.

AUTRES COMMENTAIRES SUR LES RÉSULTATS
DU QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2010

CONTEXTE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER AU QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2010
Les résultats de l'Industrielle Alliance sont en partie tributaires du contexte économique et financier ambiant. À cet égard, le climat d'affaires a continué de s'améliorer au quatrième trimestre après la récente crise financière. Après les neuf premiers mois de 2010, au cours desquels le taux de réinvestissement initial (IRR) de la société a affiché un recul de 62 points centésimaux et les marchés boursiers ont été très volatils, le quatrième trimestre a été plus favorable. Au quatrième trimestre, l'IRR de la société a regagné 15 points et l'indice S&P/TSX a progressé de près de 9 %. L'amélioration du contexte économique et financier au quatrième trimestre a permis à l'Industrielle Alliance d'enregistrer l'un de ses meilleurs trimestres dans les secteurs de l'Assurance individuelle et de la Gestion de patrimoine individuel.

RENTABILITÉ
L'Industrielle Alliance a terminé le quatrième trimestre de 2010 avec un bénéfice net aux actionnaires ordinaires de 67,4 millions de dollars, mais de 68,0 millions si l'on ajuste les résultats pour exclure l'écart entre la juste valeur des instruments de dette et de l'actif sous-jacent. Cela se traduit par un bénéfice par action ordinaire dilué de 0,80 $ et par un rendement des capitaux propres aux actionnaires ordinaires de 12,7 % sur une base annualisée.

 
Rentabilité
  Quatrième trimestre Année
(En millions de dollars, sauf indication contraire) 2010 2009 2010 2009
Bénéfice net aux actionnaires ordinaires 67,4 67,4 250,8 205,8
Bénéfice par action ordinaire (dilué) 0,80 $ 0,83 $ 2,99 $ 2,55 $
Rendement des capitaux propres aux actionnaires ordinaires   12,7 % 14,9 %    12,6 %    11,9 %

La rentabilité du quatrième trimestre a été favorisée par d'excellents résultats enregistrés au chapitre des gains d'expérience :

La croissance des marchés boursiers a généré un gain d'expérience de 5,0 millions de dollars avant impôts (3,6 millions de dollars après impôts, ou 0,04 $ par action), ce qui se reflète dans les gains d'expérience des secteurs de l'Assurance individuelle et de la Gestion de patrimoine individuel. L'indice S&P/TSX a clôturé le trimestre à 13 443 points et sa moyenne au cours du trimestre s'est établie à 12 900 points.

Le secteur de l'Assurance individuelle a connu des gains d'expérience de 2,6 millions de dollars avant impôts. En plus des gains réalisés grâce à la remontée des marchés boursiers (gains liés au fonds des polices universelles), le secteur a bénéficié de la contribution des affaires américaines (qui incluent maintenant les affaires d'American-Amicable). Les changements d'hypothèses d'évaluation ont par ailleurs entraîné un renforcement de réserves de 2,2 millions de dollars. En 2009, les changements d'hypothèses dans ce secteur avaient entraîné une libération de réserves de 68,6 millions de dollars.

Le secteur de la Gestion de patrimoine individuel a réalisé des gains d'expérience avant impôts de 8,6 millions de dollars au cours du dernier trimestre, découlant entre autres de la remontée des marchés boursiers et de la croissance des ventes nettes. Un autre gain est provenu de l'augmentation de la valeur de l'actif des fonds de placement obligataires et du rachat du contrat de financement de commissions effectué par IA Clarington au deuxième trimestre de 2010. En contrepartie, les changements d'hypothèses d'évaluation dans ce secteur ont entraîné un renforcement de réserves de 6,8 millions de dollars au quatrième trimestre, comparativement à un renforcement de 16,9 millions de dollars un an auparavant.

Le secteur de l'Assurance collective a enregistré des gains d'expérience de 4,6 millions de dollars avant impôts au quatrième trimestre de 2010, découlant d'une expérience favorable en ce qui a trait aux garanties d'assurance vie et décès accidentel pour les divisions SAL et SMG et d'une expérience dans son ensemble favorable pour la division des régimes d'employés.

Dans le secteur des Rentes collectives, les changements aux hypothèses d'évaluation apportés à la fin de 2010 n'ont eu aucune incidence sur le bénéfice d'exploitation. Le renforcement des réserves lié à l'accroissement de longévité des rentiers a été compensé par une libération de réserves à la suite d'un repositionnement des actifs qui a eu pour effet d'améliorer l'appariement et le rendement des placements. Cette situation contraste avec celle de l'an dernier alors que les changements d'hypothèses avaient occasionné un renforcement de réserves de 51,9 millions de dollars afin de reconnaître la longévité accrue des rentiers. Rappelons que la société a réassuré 60 % du risque de longévité pour son bloc de rentes assurées au troisième trimestre de 2010.

Drain sur les nouvelles ventes d'assurance individuelle - Le drain sur les nouvelles ventes d'assurance individuelle a augmenté, passant de 23,7 millions de dollars au troisième trimestre à 32,0 millions de dollars au quatrième trimestre, reflétant la forte croissance des ventes observée au dernier trimestre. Le drain en pourcentage est pour sa part passé de 52 % au troisième trimestre à 55 % au quatrième trimestre.

Taux d'impôt effectif - Le taux d'impôt effectif était de 13,8 % au quatrième trimestre (comparativement à 26 % au cours des trois premiers trimestres), ce qui reflète la baisse d'impôt sur le revenu enregistrée au quatrième trimestre de 2010. Un an plus tôt, le taux d'impôt effectif s'établissait à 27,4 % au quatrième trimestre.

Juste valeur des instruments de dette - L'évolution asymétrique de la valeur marchande des instruments de dette et de l'actif sous-jacent a généré une perte de 0,6 million de dollars au quatrième trimestre de 2010. C'est le dernier trimestre où l'asymétrie des dettes aura une incidence sur le bénéfice, puisque dès l'entrée en vigueur des Normes internationales d'information financière (IFRS), le 1er janvier 2011, ces instruments de dette seront comptabilisés au coût, plutôt qu'à leur juste valeur.

Si on exclut cette perte, la société termine le quatrième trimestre avec un bénéfice net aux actionnaires ordinaires de 68,0 millions de dollars. Cela se traduit par un bénéfice par action ordinaire dilué de 0,80 $ et par un rendement des capitaux propres aux actionnaires ordinaires de 12,8 % sur une base annualisée, qui se situe près du milieu de la fourchette cible de la société, qui est de 12 % à 14 %.

 
Rentabilité sur les activités courantes
  Quatrième trimestre Année
(En millions de dollars, sauf indication contraire) 2010 2009 2010 2009
Bénéfice net aux actionnaires ordinaires 67,4 67,4 250,8 205,8
Moins : gain (perte) résultant de la variation de la juste valeur des instruments de dette et de l'actif sous-jacent (après impôts) (0,6) 5,3 0,5 (5,4)
Bénéfice net aux actionnaires ordinaires sur les activités courantes 68,0 62,1 250,3 211,2
Bénéfice par action ordinaire sur les activités courantes (dilué) 0,80 $ 0,77 $ 2,98 $ 2,62 $
Rendement des capitaux propres aux actionnaires ordinaires sur les activités courantes 12,8 % 13,7 %    12,6 %    12,2 %

Bénéfice par secteurs d'activité - Tous les secteurs d'activité ont contribué au bénéfice d'exploitation en 2010, comme on peut le constater au tableau ci-dessous. Au quatrième trimestre, les secteurs de l'Assurance individuelle et de la Gestion de patrimoine individuel ont généré respectivement 34 % et 42 % du bénéfice d'exploitation total.

 
Provenance du bénéfice
  Quatrième trimestre Année
(En millions de dollars) 2010 2009 2010 2009
Bénéfice d'exploitation        
  Assurance individuelle 21,2 104,3 99,8 194,4
  Gestion de patrimoine individuel 25,8 (0,7) 92,8 32,4
  Assurance collective 10,8 12,2 46,8 36,8
  Rentes collectives 4,0 (45,9) 17,3 (35,9)
  Total 61,8 69,9 256,7 227,7
Revenu sur le capital 23,9 21,4 98,1 79,7
Impôts (11,8) (25,0)    (81,6)    (82,4)
Bénéfice net aux actionnaires sur les activités courantes 73,9 66,3 273,2 225,0
Moins : dividendes sur les actions privilégiées 5,9 4,2 22,9 13,8
Bénéfice net aux actionnaires ordinaires sur les activités courantes 68,0 62,1 250,3 211,2
Plus : gain (perte) résultant de la variation de la juste valeur des instruments de dette et de l'actif sous-jacent (après impôts) (0,6) 5,3 0,5 (5,4)
Bénéfice net aux actionnaires ordinaires 67,4 67,4 250,8 205,8

Rentabilité de l'année 2010 - Le bénéfice net aux actionnaires ordinaires pour les douze mois de 2010 a augmenté de 22 % pour s'établir à 250,8 millions de dollars, ce qui représente un bénéfice par action dilué de 2,99 $ (2,55 $ en 2009) et un rendement des capitaux propres aux actionnaires ordinaires de 12,6 % (11,9 % en 2009). Ces résultats se situent à l'intérieur de la fourchette cible de la société pour 2010, soit de 2,75 $ à 3,25 $ pour le bénéfice par action et de 12 % à 14 % pour le rendement des capitaux propres aux actionnaires ordinaires. Si on exclut le gain de 0,5 million de dollars provenant de l'asymétrie des dettes, le bénéfice net ajusté aux actionnaires ordinaires s'élève à 250,3 millions de dollars (2,98 $ par action) et le rendement des capitaux propres aux actionnaires ordinaires à 12,6 %.

Veuillez vous reporter au Rapport de gestion 2010 pour obtenir tous les renseignements sur les résultats de fin d'année qui se trouvent sur le site Internet de la société, à l'adresse www.inalco.com ou sur le site de SEDAR, à l'adresse www.sedar.com.

ANALYSE DE SENSIBILITÉ
La société met à jour ses analyses de sensibilité au quatrième trimestre de chaque année. Les résultats de ces analyses varient d'un trimestre à l'autre selon l'évolution de nombreux facteurs, dont les changements qui surviennent dans l'environnement économique et financier et l'évolution normale des affaires de la société. Les résultats des plus récentes analyses, qui tiennent compte notamment des changements apportés aux provisions mathématiques à la suite de la revue de fin d'année des hypothèses d'évaluation, montrent que la marge de manœuvre dont dispose la société pour absorber d'éventuels chocs des marchés boursiers reste très élevée.

Actions appariant les engagements à long terme - Les provisions mathématiques n'auront pas besoin d'être renforcées pour les actions appariant les engagements à long terme tant que l'indice S&P/TSX demeurera au-dessus de 10 600 points environ. La société est ainsi en mesure d'absorber une baisse de 21 % environ de l'indice S&P/TSX (par rapport au niveau de 13 443 points au 31 décembre 2010), avant d'avoir à renforcer ses provisions mathématiques pour les actions appariant les engagements à long terme.

Ratio de solvabilité - Le ratio de solvabilité se maintiendra au-dessus de 175 % tant que l'indice S&P/TSX se situera au-dessus de 9 300 points environ et se maintiendra au-dessus de 150 % tant que l'indice se situera au-dessus de 7 700 points environ. C'est dire que la société est en mesure d'absorber une baisse de 31 % environ de l'indice S&P/TSX, par rapport au niveau du 31 décembre 2010, avant de voir son ratio de solvabilité baisser à 175 % et une baisse de 43 % avant de voir son ratio de solvabilité diminuer à 150 % (soit le minimum requis par les organismes de réglementation).

Bénéfice net - La société estime que si les marchés boursiers devaient se situer, en moyenne, pendant une année complète, à un niveau inférieur (ou supérieur) de 10 % à ses attentes (la société prévoit en général une croissance annuelle de 7 % environ de l'indice S&P/TSX), le bénéfice net aux actionnaires ordinaires serait inférieur (ou supérieur) d'environ 20 millions de dollars à celui attendu. Ce montant représente l'incidence d'une variation des marchés boursiers pour une année complète. À noter cependant que, par trimestre, la baisse (ou la hausse) du bénéfice dépend entre autres du niveau moyen de l'indice boursier pendant la période et de son niveau de clôture à la fin de la période.

Taux de réinvestissement ultime (URR) - La société estime qu'une baisse (ou une hausse) de 10 points centésimaux du taux de réinvestissement ultime nécessiterait un renforcement des provisions mathématiques (ou permettrait la libération de provisions mathématiques) de l'ordre de 49 millions de dollars après impôts.

Taux de réinvestissement initial (IRR) - La société estime qu'une baisse (ou une hausse) de 10 points centésimaux du taux de réinvestissement initial nécessiterait un renforcement des provisions mathématiques (ou permettrait la libération de provisions mathématiques) de l'ordre de 28 millions de dollars après impôts.


Analyse de sensibilité
Actions appariant les engagements à long terme  
Niveau de l'indice S&P/TSX nécessitant un renforcement des provisions mathématiques pour les actions appariant les engagements à long terme
10 600 points
Ratio de solvabilité
Niveau de l'indice S&P/TSX pour que le ratio de solvabilité se situe à 175 %
9 300 points
  Niveau de l'indice S&P/TSX pour que le ratio de solvabilité se situe à 150 %
7 700 points
Bénéfice net
Incidence sur le bénéfice net d'une baisse subite de 10 % des marchés boursiers (incidence sur une année)
(20 millions $)
Taux de réinvestissement ultime (URR)
Incidence sur le bénéfice net d'une baisse de 10 points centésimaux du URR
(49 millions $)
Taux de réinvestissement initial (IRR)
Incidence sur le bénéfice net d'une baisse de 10 points centésimaux du IRR
   (28 millions $)

Primes et dépôts
Les primes et dépôts ont atteint un sommet pour un cinquième trimestre consécutif, par rapport au trimestre équivalent de l'année précédente, totalisant près de 1,8 milliard de dollars pour le quatrième trimestre, ce qui représente une hausse de 15 % par rapport au même trimestre en 2009. Les secteurs de l'Assurance individuelle et de la Gestion de patrimoine individuel ont principalement contribué à cette hausse au cours du trimestre, grâce à d'excellentes ventes et à la croissance des marchés boursiers.

 
Primes et dépôts
  Quatrième trimestre Année
(En millions de dollars, sauf indication contraire)   2010 2009   Variation   2010 2009   Variation  
Assurance individuelle 301,6 241,4 25 %    1 125,6 938,4 20 %
Gestion de patrimoine individuel    1 012,4 756,2 34 % 3 676,3    2 350,0 56 %
Assurance collective 265,7 244,1 9 % 1 035,2 962,4 8 %
Rentes collectives 159,3 267,4 (40 %) 622,5 839,8 (26 %)
Assurance de dommages 42,9 37,7 14 % 161,6 140,6 15 %
Total 1 781,9    1 546,8 15 % 6 621,2 5 231,2 27 %

Ventes par secteurs d'activité
Assurance individuelle - Poursuivant sur son élan des trimestres précédents, le secteur de l'Assurance individuelle a connu un trimestre record, avec des ventes de 57,8 millions de dollars, en hausse de 41 % par rapport au quatrième trimestre de l'an dernier. Les ventes de primes minimales ont continué d'afficher une croissance vigoureuse, avec une augmentation de 25 % par rapport au trimestre correspondant de l'an dernier, tandis que les primes excédentaires ont augmenté de 211 % pendant la même période.

Gestion de patrimoine individuel - Pour un cinquième trimestre consécutif, les ventes totales de produits de gestion de patrimoine individuel ont atteint un nouveau sommet trimestriel, année sur année, confirmant la reprise des marchés boursiers et la vigueur de nos réseaux de distribution. Les ventes ont atteint 1,0 milliard de dollars, en hausse de 34 % par rapport à la même période l'année dernière. Le secteur de la Gestion de patrimoine individuel a particulièrement tiré parti de la croissance continue des ventes du produit de retrait minimum garanti Ecoflextra. Une nouvelle version d'Ecoflextra, appelée Programme Épargne et Retraite IAG, a été lancée au début de 2011 pour coïncider avec la saison des REER. Les opérations de couverture (« dynamic hedging »), débutées en octobre 2010, s'étendront aussi aux ventes de ce produit.

Pour un sixième trimestre consécutif, les ventes nettes de ce secteur ont connu une forte hausse par rapport à l'année précédente, atteignant 536,7 millions de dollars au quatrième trimestre, si bien que l'Industrielle Alliance et IA Clarington continuent d'accroître leurs parts de marché. L'Industrielle Alliance s'est classée au premier rang au chapitre des ventes nettes de fonds distincts pour le quatrième trimestre, avec une part de marché de 44,5 %, propulsant ainsi la société au premier rang pour l'année 2010, avec une part de marché de 37,2 % (quatrième en 2009 avec 10,1 % du marché). Pour les fonds mutuels, IA Clarington se positionne au septième rang au chapitre des ventes nettes pour l'année 2010, et ce, en dépit d'un dix-septième rang pour l'actif.

Assurance collective - Régimes d'employés - Après un excellent troisième trimestre, les ventes du secteur de l'Assurance collective pour les régimes d'employés ont chuté de 22 % au quatrième trimestre de 2010 par rapport à l'an dernier, pour atteindre 13,2 millions de dollars. Par régions, les ventes n'ont été bonnes qu'au Québec, où elles ont totalisé 9,1 millions de dollars, ou 69 % des ventes totales. Pour l'année 2010 complète, les ventes sont comparables à celles de la même période en 2009.

Assurance collective - Assurance des débiteurs - Les ventes d'assurance des débiteurs ont poursuivi sur leur lancée des deux trimestres précédents, totalisant 44,7 millions de dollars pour le quatrième trimestre, en hausse de 29 % par rapport à la même période l'année dernière. Pour l'année 2010, la croissance des ventes est de 20 %, dépassant les ventes d'automobiles, qui ont progressé de 6,6 %.

Assurance collective - Marchés spéciaux (SMG) - Après avoir solidement repris le chemin de la croissance aux second et troisième trimestres, SMG a affiché une autre belle performance au chapitre de ses ventes au quatrième trimestre. Les ventes ont en effet totalisé 36,6 millions de dollars, ce qui dépasse le sommet de 31,2 millions de dollars qui avait été atteint au dernier trimestre de 2008. Le résultat du quatrième trimestre de 2010 est supérieur de 17 % à celui enregistré à la même période l'année dernière. Comme au cours de toute l'année 2010, l'amélioration générale des conditions économiques a contribué à ce résultat record.

Rentes collectives - Le secteur des Rentes collectives a clôturé le quatrième trimestre avec des ventes de 175,9 millions de dollars, un résultat inférieur de 34 % par rapport au trimestre correspondant de 2009. Du côté des produits d'accumulation, les rentrées nettes de fonds ainsi que les ventes de nouveaux régimes ont été inférieures à celles du dernier trimestre de l'an dernier. Les primes récurrentes, soit le noyau dur de ce secteur d'activité, ont augmenté de 17 % au quatrième trimestre et l'actif sous gestion a crû de 3,4 % au cours du trimestre et de 8,8 % durant l'année. Pour ce qui est des rentes assurées, la société continue à privilégier l'atteinte des marges bénéficiaires à la croissance des affaires.

 
Ventes
  Quatrième trimestre Année
(En millions de dollars, sauf indication contraire)   2010 2009   Variation   2010 2009   Variation  
Assurance individuelle            
  Primes minimales 46,6 37,4 25 % 150,9 126,4 19 %
  Primes excédentaires 11,2 3,6 211 % 35,7 20,7 72 %
  Total 57,8 41,0 41 % 186,6 147,1 27 %
Gestion de patrimoine individuel            
  Fonds général 93,5 92,0 2 % 441,1 404,3 9 %
  Fonds distincts 485,0 308,1 57 % 1 488,0 866,2 72 %
  Fonds mutuels 433,9 356,1 22 % 1 747,2 1 079,5 62 %
  Total    1 012,4    756,2 34 %    3 676,3    2 350,0 56 %
Assurance collective            
  Régimes d'employés 13,2 17,0 (22 %) 72,2 75,0 (4 %)
  Assurance des débiteurs 44,7 34,6 29 % 183,3 152,4 20 %
  Marchés spéciaux (SMG) 36,6 31,2 17 % 124,2 113,2 10 %
Rentes collectives 175,9 267,4 (34 %) 713,5 914,6 (22 %)

Note - Les ventes (nouvelles affaires) sont définies de la façon suivante pour chacun des secteurs d'activité : Assurance individuelle : primes annualisées de première année; Gestion de patrimoine individuel : primes pour le fonds général et les fonds distincts et dépôts pour les fonds mutuels; Assurance collective pour les régimes d'employés : primes annualisées de première année, comprenant les équivalents de primes (contrats de services administratifs seulement); Assurance collective des débiteurs : primes brutes (primes avant réassurance); Assurance collective pour les marchés spéciaux (SMG) : primes; Rentes collectives : primes.

Actif sous gestion et sous administration
Au 31 décembre 2010, l'actif sous gestion et sous administration atteignait le niveau record de 66,9 milliards de dollars, ce qui représente une hausse de 4 % par rapport au 30 septembre 2010. La valeur de toutes les principales composantes de l'actif a augmenté au cours du trimestre sous l'effet de la forte progression des primes et des entrées nettes de fonds dans la plupart des secteurs d'activité, ainsi qu'en raison de la hausse des marchés boursiers. L'actif sous gestion et sous administration a augmenté de 14,5 % au cours de l'année 2010, une augmentation comparable à celle de l'indice TSX, qui a connu une hausse de 14,4 % au cours de la même période.

 
Actif sous gestion et sous administration
(En millions de dollars,
sauf indication contraire)  
  31 décembre  
2010
  30 septembre  
2010
  31 décembre  
2009
  Variation  
T4
  Variation  
1 an
Actif sous gestion          
  Fonds général 20 101,1 19 996,3 17 626,5 1 % 14 %
  Fonds distincts 13 572,5 12 711,5 11 450,3 7 % 19 %
  Fonds mutuels 8 135,7 7 586,7 6 615,7 7 % 23 %
  Autres 498,0 520,0 563,3 (4 %) (12 %)
  Total partiel 42 307,3 40 814,5 36 255,8 4 % 17 %
Actif sous administration 24 571,7 23 236,9 22 150,8 6 % 11 %
Total 66 879,0 64 051,4 58 406,6 4 % 15 %

Valeur ajoutée des ventes
La valeur ajoutée des ventes a atteint 53,8 millions de dollars (0,64 $ par action ordinaire) au quatrième trimestre de 2010, ce qui représente une hausse de 49 % par rapport à la période équivalente de l'année précédente. Plusieurs facteurs expliquent cette augmentation, notamment la croissance des ventes dans les secteurs de la Gestion de patrimoine individuel et de l'Assurance collective et la rentabilité accrue de certains produits de l'Assurance individuelle ainsi que la valeur ajoutée d'American-Amicable. Pour l'année complète, la valeur ajoutée des ventes était en hausse de 40 %, principalement en raison de la croissance des ventes dans les secteurs aux particuliers et dans celui de l'Assurance collective.

On sait que la valeur ajoutée des ventes évolue en fonction de trois composantes : les ventes, les marges bénéficiaires et les changements du taux d'escompte, nets des changements des taux d'intérêt et des rendements boursiers anticipés. Comme on peut le voir au tableau ci-dessous, au quatrième trimestre, la valeur ajoutée des ventes a progressé de 16,9 millions de dollars pour la composante « ventes », en raison de l'augmentation marquée des ventes dans les secteurs aux particuliers ainsi qu'en Assurance collective. L'augmentation de la rentabilité est principalement attribuable à l'accroissement des primes des options de paiement rapide des polices vie universelle. L'augmentation du taux d'escompte à la fin de 2009, nette de l'incidence de la hausse des taux d'intérêt et des rendements boursiers, a fait reculer la valeur ajoutée des ventes de 1,6 million de dollars.

 
Valeur ajoutée des ventes par composantes
(En millions de dollars)   Quatrième trimestre    Année à ce jour au 31 décembre
Valeur ajoutée en 2009 36,2 121,4
Augmentation (diminution) des ventes   16,9 52,6
Variation des marges bénéficiaires 2,3 0,1
Augmentation du taux d'escompte (1,6) (4,3)
Valeur ajoutée en 2010 53,8 169,8
     

SOLIDITÉ FINANCIÈRE
Solvabilité
La société termine le quatrième trimestre de 2010 avec un ratio de solvabilité de 205 %, comparativement au ratio de 211 % qui avait été établi au 30 septembre 2010. Ce ratio se situe au-delà de la fourchette de 175 % à 200 % retenue comme objectif par la société.

Le ratio de solvabilité a subi une pression à la baisse au cours du trimestre, principalement en raison d'un changement dans la politique de placement de la société. La société a augmenté de 3 % la proportion en actions des actifs supportant la réserve. Cette décision fait partie d'une série d'initiatives mises en place par la société au cours de 2010 afin d'atténuer l'incidence de la baisse des taux d'intérêt au cours de la dernière année. L'augmentation de la valeur marchande des actions durant le trimestre a également entraîné une hausse des exigences de capital, tandis que la baisse de la valeur marchande des titres obligataires (baisse découlant de la hausse des taux d'intérêt à long terme durant le trimestre) a entraîné une légère diminution des exigences de capital.

 
Solvabilité
(En millions de dollars, sauf indication contraire)     31 décembre 2010   30 septembre 2010   31 décembre 2009
Capitaux disponibles      
  Catégorie 1 2 303,8 2 276,0 1 961,9
  Catégorie 2 348,3 350,4 343,1
  Total 2 652,1 2 626,4 2 305,0
Capitaux requis 1 296,2 1 243,6 1 107,2
Ratio de solvabilité 205 % 211 % 208 %
         

Capitalisation
Le capital de la société s'établissait à 3 114,4 millions de dollars au 31 décembre 2010, ce qui représente une hausse de 1 % (32,0 millions de dollars) par rapport au 30 septembre 2010. Cette hausse s'explique par l'augmentation des bénéfices non répartis (résultat du bénéfice du trimestre réduit des paiements de dividendes aux actionnaires ordinaires).

 
Capitalisation
(En millions de dollars)   31 cembre 2010   30 septembre 2010   31 décembre 2009
Capitaux propres      
  Actions ordinaires 652,5 647,5 545,7
  Actions privilégiées 425,0 425,0 325,0
  Bénéfices non répartis 1 422,0 1 375,3 1 254,8
  Surplus d'apport 23,3 23,3 21,6
  Cumul des autres éléments du résultat étendu   38,3 54,6 10,5
  Total partiel 2 561,1 2 525,7 2 157,6
Débentures 526,4 529,3 519,8
Compte des contrats avec participation 26,9 27,4 25,7
Total 3 114,4 3 082,4 2 703,1
          

Levier financier
L'augmentation du capital a contribué à faire diminuer légèrement le ratio d'endettement, qui est passé de 17,2 % au 30 septembre 2010 à 16,9 % au 31 décembre 2010, si on ne considère que les débentures dans les éléments de dette, ou de 31,0 % au 30 septembre 2010 à 30,5 % au 31 décembre 2010, si on inclut les actions privilégiées dans les éléments de dette. Ces ratios satisfont aux attentes des agences de notation pour une société ayant des cotes de crédit comme celles de l'Industrielle Alliance.

 
Ratio d'endettement
    31 décembre 2010   30 septembre 2010   31 décembre 2009
Débentures/capital 16,9 % 17,2 % 19,2 %
Débentures + actions privilégiées/capital   30,5 % 31,0 % 31,3 %
       

Valeur comptable par action ordinaire et capitalisation boursière
La valeur comptable de l'Industrielle Alliance a continué de croître au quatrième trimestre de 2010, poursuivant la remontée qu'elle avait amorcée au premier trimestre de 2009 (après avoir connu une chute importante au quatrième trimestre de 2008). Ainsi, la valeur comptable par action ordinaire a atteint un nouveau sommet de 25,49 $ au 31 décembre 2010, en hausse de 2 % par rapport à la valeur au 30 septembre 2010.

La capitalisation boursière de la société s'établissait pour sa part à 3 087,9 millions de dollars au 31 décembre 2010, en hausse de 17 % par rapport au 30 septembre 2010. La hausse au cours du trimestre reflète la croissance du prix de notre titre, qui est passé de 31,60 $ au 30 septembre 2010 à 36,81 $ au 31 décembre 2010.

La société comptait 83 887 771 actions ordinaires émises et en circulation au 31 décembre 2010, comparativement à 80 511 771 au 31 décembre 2009. La hausse au cours de l'année provient de l'émission de 2 950 000 actions ordinaires en février 2010 et de l'émission de 426 000 actions ordinaires à la suite de l'exercice d'options dans le cadre du programme d'options d'achat d'actions de la société.

 
Valeur comptable par action ordinaire et capitalisation boursière
(En millions de dollars, sauf indication contraire)     31 décembre 2010   30 septembre 2010   31 décembre 2009
Valeur comptable par action ordinaire 25,49 $ 25,02 $ 22,77 $
Capitalisation boursière 3 087,9 2 644,3 2 592,5
       

QUALITÉ DES PLACEMENTS
 
Qualité des placements
(En millions de dollars, sauf indication contraire)     31 décembre 2010   30 septembre 2010   31 décembre 2009
Placements douteux nets 22,8 16,0 13,0
Placements douteux nets en % des placements totaux 0,12 % 0,09 % 0,08 %
Obligations - Proportion des titres cotés BB et moins 0,12 % 0,15 % 0,07 %
Prêts hypothécaires - Taux de délinquance 0,47 % 0,30 % 0,36 %
Immeubles - Taux d'occupation 93,8 % 93,6 % 94,4 %

La qualité de l'ensemble de nos portefeuilles de placements demeure très élevée. Voici les faits saillants du quatrième trimestre :

  • Sur le plan de la qualité, le principal fait à noter au cours du quatrième trimestre est que trois prêts hypothécaires conventionnels sur des propriétés multirésidentielles situées aux États-Unis ont été inscrits à titre de prêts douteux. Ces trois prêts ont contribué à faire passer les placements douteux nets de 16,0 millions de dollars au 30 septembre 2010 à 22,8 millions de dollars au 31 décembre 2010. Malgré cette augmentation, le montant total des prêts douteux ne représente que 0,12 % des placements totaux (0,09 % au 30 septembre 2010 et 0,08 % au 31 décembre 2009).

  • La proportion des titres obligataires cotés BB et moins est passée de 0,15 % au 30 septembre 2010 à 0,12 % au 31 décembre 2010. Cette diminution est principalement attribuable au fait que nous avons disposé, au cours du trimestre, d'obligations de sociétés cotées BB et moins que nous détenions. Par ailleurs, deux placements privés se sont ajoutés à la liste des titres cotés BB et moins en raison d'une décote subie au cours du trimestre.

  • Du côté des prêts hypothécaires, le taux de délinquance du portefeuille a augmenté, passant de 0,30 % au 30 septembre 2010 à 0,47 % au 31 décembre 2010. Cette augmentation découle essentiellement des trois prêts hypothécaires conventionnels sur des propriétés situées aux États-Unis dont on a parlé précédemment.

  • Le taux d'occupation des immeubles a légèrement augmenté au cours du trimestre, passant de 93,6 % au 30 septembre 2010 à 93,8 % au 31 décembre 2010. La valeur marchande du portefeuille immobilier dépasse toujours largement sa valeur comptable : le ratio de la valeur marchande sur la valeur comptable se situait à 122,6 % au 31 décembre 2010, comparativement à 124,6 % au 30 septembre 2010.

  • La valeur nominale des PCAA a diminué de 27,5 millions de dollars au cours du quatrième trimestre, passant de 82,3 millions de dollars au 30 septembre 2010 à 54,8 millions de dollars au 31 décembre 2010, principalement en raison de remboursements de capital au pair pour 1,4 million de dollars et de la vente de certains billets pour un montant de 25,8 millions de dollars. Les billets vendus l'ont été à un prix qui équivaut à celui auquel ces billets ont été inscrits à nos livres, au moment de la restructuration des PCAA en janvier 2009, ce qui nous permet d'obtenir un rendement de 5,5 %. Par ailleurs, la dévaluation globale attribuable au risque de crédit prise pour les PCAA, incluant l'incidence de l'acquisition au 31 décembre 2009 du portefeuille d'assurance vie individuelle de Vie MD, s'élevait à 23,8 millions de dollars au 31 décembre 2010, ce qui équivaut à 43,4 % de la valeur nominale des PCAA détenus.

  • Notre exposition dans les pays qui font les manchettes continue de se limiter à un placement de 5,0 millions de dollars dans une province d'Espagne et à un placement privé de 1,0 million de dollars dans une société située dans ce même pays. L'exposition de la société dans d'autres secteurs qui ont connu des difficultés ces dernières années se limite en fait à un investissement de 22,6 millions de dollars dans des titres de sociétés financières au Royaume-Uni et à un investissement de 21,3 millions de dollars dans une obligation garantie par une propriété presque entièrement louée à Air Canada.

  • La situation continue d'évoluer favorablement en ce qui concerne la fluctuation de la valeur liée à certains titres du portefeuille de placements. Mentionnons les deux éléments suivants :

    • Les moins-values non réalisées sur les titres de sociétés à revenu fixe classés « disponibles à la vente » ont à nouveau diminué au cours du trimestre, pour s'établir à 2,9 millions de dollars au 31 décembre 2010, ce qui représente à peine 0,1 % des capitaux propres, comparativement à 5,4 millions de dollars au 30 septembre 2010.

    • La valeur nominale des obligations dont la valeur marchande est inférieure à la valeur nominale de 20 % ou plus depuis six mois ou plus (ce qui ne comprend que trois titres) s'élève à 16,5 millions de dollars au 31 décembre 2010. Ce montant ne représente que 0,6 % des capitaux propres (comparativement à 21,5 millions de dollars, ou à 0,9 %, des capitaux propres au 30 septembre 2010). Il est à noter que les moins-values non réalisées sur ces titres (mesurées selon la différence entre la valeur marchande et la valeur nominale) ont augmenté au quatrième trimestre de 2010, passant de 4,7 millions de dollars au 30 septembre 2010 à 6,2 millions de dollars au 31 décembre 2010. Les moins-values non réalisées demeurent malgré tout sous le niveau de 8,7 millions de dollars auquel elles se situaient au 30 juin 2010.

Composition des placements
Le portefeuille de placements de la société est composé principalement d'obligations, de prêts hypothécaires, d'actions et d'immeubles. La répartition des placements par catégories d'actifs n'a subi aucun changement significatif au quatrième trimestre. La valeur totale des placements a augmenté de 14 % depuis le 31 décembre 2009, principalement en raison de l'appréciation des portefeuilles d'actions et d'obligations, lesquels ont bénéficié des conditions favorables des marchés boursiers.

 
Placements
(En millions de dollars, sauf indication contraire)     31 décembre 2010   30 septembre 2010   31 décembre 2009
Valeur comptable des placements 18 828,7 18 658,9 16 490,2
Répartition des placements par catégories d'actifs      
  Obligations 59,1 % 59,9 % 57,1 %
  Prêts hypothécaires 17,7 % 17,8 % 20,6 %
  Actions 12,3 % 11,2 % 11,5 %
  Immeubles 3,8 % 3,6 % 3,9 %
  Autres 7,1 % 7,5 % 6,9 %
  Total 100,0 % 100,0 % 100,0 %
         

COTES DE CRÉDIT
Aucun changement n'a été apporté aux cotes de crédit attribuées à l'Industrielle Alliance au quatrième trimestre de 2010.

 
Cotes de crédit de l'Industrielle Alliance
Agence Type d'évaluation Cote Perspective
Standard & Poor's    Solidité financière A+ (Strong) Stable
  Cote de crédit de l'émetteur A+ (Strong) Stable
  Débentures subordonnées A --
  Titres de la Fiducie Industrielle Alliance (« IATS ») (échelle mondiale)    A- --
  Actions privilégiées (échelle mondiale) A- --
A.M. Best Solidité financière A (Excellent) Stable
  Cote de crédit de l'émetteur a+ Stable
  Débentures subordonnées a- Stable
  Titres de la Fiducie Industrielle Alliance (« IATS ») bbb+ Stable
  Actions privilégiées bbb+ Stable
DBRS Capacité de respecter ses engagements envers les assurés IC-2 Stable
  Débentures subordonnées A Stable
  Titres de la Fiducie Industrielle Alliance (« IATS ») A (low)yn Stable
  Actions privilégiées Pfd-2 (high)n    Stable
       

VALEUR INTRINSÈQUE
Au 31 décembre 2010, la valeur intrinsèque de l'Industrielle Alliance a atteint un nouveau sommet de 3,5 milliards de dollars, ou de 41,56 $ par action ordinaire, ce qui représente une progression de 20,1 % par rapport à la valeur calculée au 31 décembre 2009, avant le paiement des dividendes aux actionnaires ordinaires, et une de 17,4 %, après le paiement de ces dividendes. Soulignons que le ratio de la valeur intrinsèque par rapport à la valeur comptable était de 1,63x au 31 décembre 2010, comparativement à 1,62x au 31 décembre 2009.

Plus de la moitié de l'augmentation de 2010 (12,2 % ou 4,43 $ par action ordinaire) s'explique par les éléments récurrents sur lesquels la société exerce un certain contrôle, c'est-à-dire la croissance normale du bloc d'affaires en vigueur (6,5 % ou 2,41 $ par action ordinaire) et la valeur des nouvelles affaires (5,7 % ou 2,02 $ par action ordinaire). Les éléments non récurrents, y compris le marché boursier et les autres gains d'expérience ainsi que les changements à la structure du capital, comptaient pour le reste de l'augmentation, soit 7,9 % (1,16 $ par action ordinaire).

Les changements d'hypothèses effectués relativement aux provisions mathématiques à la fin de l'année 2010 ainsi que la diminution du taux d'actualisation (de 7,25 % à 6,50 %) et du taux sans risque aux fins de calcul de la valeur intrinsèque (de 4,25 % à 3,50 %) n'ont pas eu d'incidence significative sur la valeur intrinsèque en 2010. Ces changements d'hypothèses visent à refléter l'évolution de l'environnement économique actuel dans lequel la société exerce ses activités.

 
Valeur intrinsèque
  Valeur
  intrinsèque  
Contribution à la
  valeur intrinsèque  
Valeur intrinsèque
  par action ordinaire  
  (Millions $) (%) ($)
Valeur intrinsèque au 31 décembre 2009 2 969 -- 36,89
Éléments récurrents      
  Croissance anticipée de la valeur intrinsèque 194 6,5 2,41
  Nouvelles ventes 170 5,7 2,02
  Total partiel 364 12,2 4,43
Éléments non récurrents      
  Gains (pertes) d'expérience - liés aux marchés boursiers 69 2,3 0,86
  Gains (pertes) d'expérience - autres 93 3,1 1,15
  Changements d'hypothèses et mesures prises par la direction   (3) (0,1) (0,04)
  Acquisitions (31) (1,0) (0,38)
  Total partiel 128 4,3 1,59
Changements à la structure du capital 106 3,6 (0,43)
Valeur intrinsèque au 31 décembre 2010, avant dividendes 3 567 20,1 42,48
Dividendes versés aux actionnaires ordinaires (81) (2,7) (0,92)
Valeur intrinsèque au 31 décembre 2010 3 486 17,4 41,56
         

RACHAT D'ACTIONS
Dans le cadre de sa dernière offre publique de rachat dans le cours normal des activités qui a débuté le 18 février 2010 et se termina le 17 février 2011, la société n'a racheté aucune action ordinaire. À l'heure actuelle, la société n'a pas renouvelé son offre publique de rachat dans le cours normal de ses activités auprès de la Bourse de Toronto.

DÉCLARATION DE DIVIDENDE
La solidité financière de la société a permis au conseil d'administration d'annoncer le paiement d'un dividende trimestriel de 0,2450 $ par action ordinaire. Ce dividende correspond à un ratio de distribution de 31 % du bénéfice, ce qui se situe dans la partie médiane de la fourchette cible de 25 % à 35 % visée par la société à moyen terme.

Voici les montants et les dates de paiement et de clôture des registres pour les actions ordinaires et les différentes catégories d'actions privilégiées de la société.

Le conseil d'administration a déclaré le paiement d'un dividende trimestriel de 0,2450 $ par action ordinaire. Ce dividende sera payable au comptant le 15 mars 2011 à tous les actionnaires ordinaires inscrits le 2 mars 2011.

Le conseil d'administration a déclaré le paiement d'un dividende trimestriel de 0,2875 $ par action privilégiée à dividende non cumulatif de catégorie A, série B. Ce dividende sera payable au comptant le 31 mars 2011 à tous les actionnaires privilégiés inscrits le 2 mars 2011.

Le conseil d'administration a déclaré le paiement d'un dividende trimestriel de 0,3875 $ par action privilégiée à dividende non cumulatif de catégorie A, série C. Ce dividende sera payable au comptant le 31 mars 2011 à tous les actionnaires privilégiés inscrits le 2 mars 2011.

Le conseil d'administration a déclaré le paiement d'un dividende trimestriel de 0,3750 $ par action privilégiée à dividende non cumulatif de catégorie A, série E. Ce dividende sera payable au comptant le 31 mars 2011 à tous les actionnaires privilégiés inscrits le 2 mars 2011.

Le conseil d'administration a déclaré le paiement d'un dividende trimestriel de 0,36875 $ par action privilégiée à dividende non cumulatif de catégorie A, série F. Ce dividende sera payable au comptant le 31 mars 2011 à tous les actionnaires privilégiés inscrits le 2 mars 2011.

Notons par ailleurs que tous les dividendes versés par l'Industrielle Alliance sur ses actions ordinaires et privilégiées depuis le 1er janvier 2006 sont des dividendes déterminés aux termes de la règle relative au crédit d'impôt bonifié pour les dividendes contenue dans la Loi de l'impôt sur le revenu (Canada) et dans toute législation fiscale provinciale et territoriale correspondante. À moins d'indication contraire, tous les dividendes que versera désormais la société seront des dividendes déterminés conformément à cette règle.

MISE EN GARDE ET RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX
Contrôle interne à l'égard de l'information financière
Pendant la période intermédiaire terminée le 31 décembre 2010, la société n'a apporté aucun changement à son contrôle interne à l'égard de l'information financière ayant eu une incidence importante, ou raisonnablement susceptible d'avoir une incidence importante, sur ses activités de contrôle interne à l'égard de l'information financière.

Mesures financières non conformes aux PCGR
La société publie son information financière conformément aux principes comptables généralement reconnus (PCGR). Toutefois, la société publie aussi certaines mesures qui sont non conformes aux PCGR et qui n'ont soit aucun équivalent PCGR, notamment les ventes, la valeur ajoutée des ventes, la valeur intrinsèque et le ratio de solvabilité, ou qui ont un équivalent PCGR et qui peuvent être comparées avec des mesures PCGR, telles des données touchant le bénéfice d'exploitation et les impôts sur le bénéfice présentés dans le tableau présentant la provenance du bénéfice. De plus, la société utilise, à l'occasion, certaines mesures financières non conformes aux PCGR - données ajustées ou données sur les activités courantes - touchant, notamment, le bénéfice, le bénéfice par action et le rendement des capitaux propres. Les mesures financières non conformes aux PCGR sont toujours clairement indiquées et, s'il existe un équivalent PCGR, ces mesures sont accompagnées des mesures financières conformes aux PCGR et comparées avec ces dernières afin d'en établir la concordance. La société est d'avis que ces mesures non conformes aux PCGR fournissent des renseignements utiles aux investisseurs et aux analystes financiers afin qu'ils puissent mieux comprendre les résultats financiers et effectuer une meilleure analyse du potentiel de croissance et de rentabilité de la société. Ces mesures financières non conformes aux PCGR présentent une autre façon d'évaluer des aspects des activités de la société et peuvent faciliter la comparaison des résultats d'une période par rapport à une autre. Comme les mesures financières non conformes aux PCGR n'ont pas de définition normalisée, il est possible qu'elles diffèrent des mesures financières non conformes aux PCGR utilisées par d'autres sociétés. La société incite fortement les investisseurs à consulter l'intégralité de ses états financiers et de ses autres rapports déposés auprès d'organismes publics, et à ne pas se fier à une mesure financière unique, quelle qu'elle soit.

Énoncés prospectifs
Ce rapport de gestion peut contenir des énoncés qui font référence aux stratégies de l'Industrielle Alliance ou des énoncés de nature prévisionnelle, qui dépendent d'événements ou de conditions futurs ou y font référence, ou qui comprennent des mots tels que « pourrait » et « devrait », ou des verbes comme « supposer », « s'attendre à », « prévoir », « entendre », « planifier », « croire », « estimer » et « continuer » ou leur forme future (ou leur forme négative), ou encore des mots tels que « objectif » et « but » ou des termes ou des expressions semblables. De tels énoncés constituent des énoncés prospectifs au sens des lois sur les valeurs mobilières. Les énoncés prospectifs comprennent, notamment, les renseignements concernant les résultats d'exploitation futurs possibles ou présumés de la société. Ils ne constituent pas des faits historiques, mais représentent uniquement les attentes, les estimations et les projections de la société à l'égard d'événements futurs.

Bien que l'Industrielle Alliance estime que les attentes reflétées dans ces énoncés prospectifs soient raisonnables, ces énoncés comportent des risques et des incertitudes et les lecteurs ne devraient pas s'y fier indûment. Les énoncés prospectifs étant fondés sur des hypothèses ou des facteurs importants, les résultats réels peuvent différer sensiblement des résultats qui y sont exprimés explicitement ou implicitement. Les facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des résultats prévus sont notamment la conjoncture commerciale et économique (notamment le rendement des marchés boursiers, les fluctuations des taux d'intérêt, les taux de change, les pertes sur placements et les défaillances, la variation des différentiels de taux, la liquidité du marché et la solvabilité des garants et des cocontractants); la concurrence et le regroupement des sociétés; les changements apportés aux lois et aux règlements, y compris aux lois fiscales; les liquidités de l'Industrielle Alliance, notamment la disponibilité de financement pour respecter les engagements financiers en place aux dates d'échéance prévues lorsqu'il le faut; l'exactitude de l'information reçue de cocontractants et la capacité des cocontractants à respecter leurs engagements; l'exactitude des conventions comptables et des méthodes actuarielles utilisées par l'Industrielle Alliance; les risques d'assurance, soit le taux de mortalité, le taux de morbidité, la longévité et le comportement des titulaires de contrats, notamment l'occurrence de catastrophes naturelles ou imputables à l'homme, de pandémies et d'actes terroristes; les défaillances des systèmes informatiques et de la technologie Internet; les violations de la sécurité informatique et de la vie privée; la dépendance envers des tiers, y compris aux termes d'arrangements d'impartition; la capacité à préserver la réputation de l'Industrielle Alliance; les enquêtes et démarches réglementaires et les poursuites privées et les recours collectifs visant les pratiques en vigueur dans les secteurs des fonds communs de placement, de l'assurance, des rentes et du placement de produits financiers; la capacité à adapter les produits et les services pour suivre l'évolution du marché; la capacité à mettre en œuvre des stratégies de couverture efficaces; la capacité à attirer et à conserver les principaux cadres supérieurs; la capacité à réaliser des acquisitions, notamment la disponibilité de financement par actions ou par emprunt à cette fin lorsqu'il le faut; la capacité à mettre en œuvre des plans stratégiques; les perturbations ou les changements touchant des éléments essentiels des systèmes de l'Industrielle Alliance ou des infrastructures publiques et les préoccupations environnementales. Des renseignements supplémentaires sur des facteurs importants qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des prévisions et sur des hypothèses ou des facteurs importants sur lesquels sont fondés les énoncés prospectifs sont présentés dans le plus récent rapport annuel de l'Industrielle Alliance, notamment à la section « Gestion des risques » du rapport de gestion et à la note « Gestion des risques associés aux instruments financiers » afférente aux états financiers consolidés de l'Industrielle Alliance, de même que dans d'autres documents que l'Industrielle Alliance a déposés auprès des autorités en valeurs mobilières du Canada, qui peuvent être consultés à l'adresse www.sedar.com.

L'Industrielle Alliance ne s'engage aucunement à mettre à jour ces énoncés prospectifs ou à publier une révision de ceux-ci afin de tenir compte d'événements ou de circonstances postérieurs à la date du présent rapport de gestion ou afin de tenir compte de la survenance d'événements imprévus, sauf lorsque la loi l'exige.

Documents relatifs aux résultats financiers
Tous les documents relatifs aux résultats financiers de l'Industrielle Alliance sont disponibles sur le site Internet de la société, à l'adresse www.inalco.com, dans la section Relations avec les investisseurs, sous Rapports financiers. On peut également obtenir davantage de renseignements sur la société sur le site SEDAR, à l'adresse www.sedar.com, de même que dans la notice annuelle de la société, que l'on peut trouver sur le site de la société ou sur le site SEDAR.

Conférence téléphonique
La direction tiendra une conférence téléphonique pour présenter les résultats de la société le vendredi 18 février 2011, à 14 h (HNE). Pour écouter la conférence téléphonique, il suffira de composer le 1 800 745-8951 (sans frais). La conférence téléphonique sera également disponible en différé, pendant une semaine, à compter de 16 h 30 le vendredi 18 février 2011. Pour écouter la conférence téléphonique en différé, il suffira de composer le 1 800 558-5253 (sans frais) et d'entrer le code d'accès 21495880. Une webdiffusion de la conférence téléphonique (en mode audio seulement) sera également disponible à partir du site de l'Industrielle Alliance, à l'adresse www.inalco.com, de même qu'à partir du site de CNW, à l'adresse www.cnw.ca.

À propos de l'Industrielle Alliance
Fondée en 1892, l'Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. est une société d'assurance de personnes qui offre une gamme variée de produits d'assurance vie et maladie, d'épargne et de retraite, de REER, de fonds mutuels et de fonds distincts, de valeurs mobilières, d'assurance auto et habitation, de prêts hypothécaires ainsi que d'autres produits et services financiers. Quatrième société d'assurance de personnes en importance au Canada, l'Industrielle Alliance est à la tête d'un grand groupe financier, présent dans toutes les régions du pays, de même qu'aux États-Unis. L'Industrielle Alliance contribue au mieux-être financier de plus de 3 millions de Canadiens et de Canadiennes, emploie plus de 3 700 personnes et administre et gère un actif de quelque 67 milliards de dollars. Le titre de l'Industrielle Alliance est inscrit à la Bourse de Toronto, sous le symbole IAG.

         
RÉSULTATS CONSOLIDÉS        
         
(en millions de dollars, sauf indication contraire)   Trimestres terminés les 31 décembre riodes de douze mois
  terminées les 31 décembre  
  2010 2009 2010 2009
  $ $ $ $
  (non vérifié)      
Produits        
Primes 1 348 1 191 4 874 4 152
Revenu net de placements 154 99 1 445 1 302
Honoraires et autres produits 125 94 450 361
  1 627 1 384 6 769 5 815
Prestations sur contrats et charges        
Paiements aux titulaires de polices et aux bénéficiaires 559 496 2 102 1 928
Transfert net aux fonds distincts 526 454 1 779 1 299
Participations, ristournes et intérêts sur sommes en dépôt 16 16 66 56
Variation des provisions mathématiques 104 65 1 257 1 194
  1 205 1 031 5 204 4 477
Commissions 202 145 661 528
Taxes sur primes et autres taxes 16 16 71 63
Frais généraux 125 108 448 400
Charges de financement 4 4 37 64
  1 552 1 304 6 421 5 532
Bénéfice avant impôts 75 80 348 283
Moins : impôts 1 10 73 64
Bénéfice net 74 70 275 219
Moins : bénéfice net attribué aux contrats avec participation --- (2) 1 (1)
Bénéfice net attribué aux actionnaires 74 72 274 220
Moins : dividendes sur actions privilégiées 6 4 23 14
Bénéfice net disponible aux actionnaires ordinaires 68 68 251 206
néfice par action ordinaire (en dollars)        
  de base 0,80 0,84 3,02 2,56
  dilué 0,80 0,83 2,99 2,55

 
BILANS CONSOLIDÉS
 
(en millions de dollars)   Au 31 décembre  
2010
  Au 31 décembre  
2009
  $ $
  (non vérifié)  
Actif    
Placements    
Obligations 11 120 9 410
Prêts hypothécaires 3 334 3 405
Actions 2 319 1 896
Immeubles 712 649
Avances sur contrats 469 381
Trésorerie et équivalents de trésorerie 527 382
Autres placements 348 367
  18 829 16 490
Autres éléments d'actif 735 658
Actifs incorporels 385 375
Écart d'acquisition 153 116
Actif total du fonds général 20 102 17 639
Actif net des contrats de fonds distincts 13 573 11 450
Passif    
Passifs relatifs aux polices    
Provisions mathématiques 15 222 13 392
Provisions pour participation aux bénéfices et bonifications 56 60
Prestations payables et provisions pour sinistres non déclarés 152 139
Sommes des contrats en dépôt 245 212
  15 675 13 803
Autres éléments de passif 946 784
Impôts futurs 358 339
Gains nets réalisés 8 9
Débentures 526 520
Comptes des contrats avec participation 27 26
  17 540 15 481
Capitaux propres    
Capital-actions 1 078 871
Surplus d'apport 23 22
Bénéfices non répartis et cumul des autres éléments du résultat étendu 1 461 1 265
  2 562 2 158
Passif et capitaux propres totaux du fonds général 20 102 17 639
Passif des contrats de fonds distincts 13 573 11 450
     

Périodes de douze mois terminées les 31 décembre 2010 et 2009
(en millions de dollars, sauf indication contraire)

Information sectorielle
La société exerce principalement ses activités dans un grand secteur, celui de l'assurance de personnes, et offre des produits d'assurance de personnes individuels et collectifs, des régimes d'épargne et de retraite et des fonds distincts. La société exerce aussi des activités de fonds mutuels, de courtage en valeurs mobilières et de fiducie. Ces dernières activités sont principalement liées au secteur de la gestion de patrimoine individuel et sont présentées sous ce secteur avec les rentes individuelles. La société exerce ses activités principalement au Canada et les activités hors Canada ne sont pas significatives.

Résultats sectoriels
  Trimestre terminé le 31 décembre 2010
  Individuel Collectif  
  Vie et
   maladie
   Gestion de
patrimoine
Vie et
   maladie
   Rentes Autres
   activités*
Total
  $ $ $ $ $ $
Produits            
Primes 302 579 265 159 43 1 348
Revenu net de placements 124 (6) 9 29 (2) 154
Honoraires et autres produits 3 105 3 10 4 125
  429 678 277 198 45 1 627
Charges            
Coût des engagements auprès des assurés 251 27 188 184 29 679
Transfert net aux fonds distincts --- 526 --- --- --- 526
Commissions, frais généraux et autres charges 146 101 78 9 13 347
  397 654 266 193 42 1 552
Bénéfice avant impôts 32 24 11 5 3 75
Moins : impôts (3) 3 1 0 0 1
Bénéfice net avant répartition des autres activités 35 21 10 5 3 74
Répartition des autres activités 2 --- 1 0 (3) ---
Bénéfice net 37 21 11 5 --- 74
Attribué aux actionnaires 37 21 11 5 --- 74
Attribué aux contrats avec participation --- --- --- --- --- ---
 
 
  Trimestre terminé le 31 décembre 2009
  Individuel Collectif  
  Vie et
maladie
Gestion de
patrimoine
Vie et
maladie
Rentes Autres
activités*
Total
  $ $ $ $ $ $
Produits            
Primes 241 401 245 267 37 1 191
Revenu net de placements 28 22 12 35 2 99
Honoraires et autres produits (5) 85 3 7 4 94
  264 508 260 309 43 1 384
Charges            
Coût des engagements auprès des assurés 65 77 176 235 24 577
Transfert net aux fonds distincts --- 344 --- 110 --- 454
Commissions, frais généraux et autres charges 101 84 67 8 13 273
  166 505 243 353 37 1 304
Bénéfice avant impôts 98 3 17 (44) 6 80
Moins : impôts 19 1 3 (15) 2 10
Bénéfice net avant répartition des autres activités 79 2 14 (29) 4 70
Répartition des autres activités 4 --- --- --- (4) ---
Bénéfice net 83 2 14 (29) --- 70
Attribué aux actionnaires 85 2 14 (29) --- 72
Attribué aux contrats avec participation
(2) --- --- --- --- (2)
* Constituées des autres secteurs ainsi que des éliminations intercompagnies
 
 
  Période de douze mois terminée le 31 décembre 2010
  Individuel Collectif  
  Vie et
maladie
Gestion de
patrimoine
Vie et
maladie
Rentes Autres
activités*
Total
  $ $ $ $ $ $
Produits            
Primes 1 126 1 929 1 035 622 162 4 874
Revenu net de placements 1 002 96 89 255 3 1 445
Honoraires et autres produits 18 381 11 35 5 450
  2 146 2 406 1 135 912 170 6 769
Charges            
Coût des engagements auprès des assurés 1 506 321 786 708 104 3 425
Transfert net aux fonds distincts --- 1 633 --- 146 --- 1 779
Commissions, frais généraux et autres charges 479 357 296 35 50 1 217
  1 985 2 311 1 082 889 154 6 421
Bénéfice avant impôts 161 95 53 23 16 348
Moins : impôts 29 22 12 5 5 73
Bénéfice net avant répartition des autres activités 132 73 41 18 11 275
Répartition des autres activités 9 --- 1 1 (11) ---
Bénéfice net 141 73 42 19 --- 275
Attribué aux actionnaires 140 73 42 19 --- 274
Attribué aux contrats avec participation 1 --- --- --- --- 1
 
 
  Période de douze mois terminée le 31 décembre 2009
  Individuel Collectif  
  Vie et
maladie
Gestion de
patrimoine
Vie et
maladie

Rentes
Autres
activités*
Total
  $ $ $ $ $ $
Produits            
Primes 938 1 271 963 840 140 4 152
Revenu net de placements 838 112 89 257 6 1 302
Honoraires et autres produits 5 304 9 29 14 361
  1 781 1 687 1 061 1 126 160 5 815
Charges            
Coût des engagements auprès des assurés 1 165 357 739 821 96 3 178
Transfert net aux fonds distincts --- 999 --- 300 --- 1 299
Commissions, frais généraux et autres charges 404 290 275 35 51 1 055
  1 569 1 646 1 014 1 156 147 5 532
Bénéfice avant impôts 212 41 47 (30) 13 283
Moins : impôts 47 12 12 (12) 5 64
Bénéfice net avant répartition des autres activités 165 29 35 (18) 8 219
Répartition des autres activités 8 --- --- --- (8) ---
Bénéfice net 173 29 35 (18) --- 219
Attribué aux actionnaires 174 29 35 (18) --- 220
Attribué aux contrats avec participation (1) --- --- --- --- (1)
* Constituées des autres secteurs ainsi que des éliminations intercompagnies
 
 
Actif sectoriel du fonds général
  Au 31 décembre 2010
  Individuel Collectif  
  Vie et
maladie
Gestion de
patrimoine
Vie et
maladie
Rentes Autres
activités*
Total
  $ $ $ $ $ $
Actif            
Placements 11 349 2 217 1 665 3 201 397     18 829
Autres éléments d'actif 318 192 93 44 88 735
Actifs incorporels 62 318 2 2 1 385
Écart d'acquisition 79 39 20 --- 15 153
Total 11 808 2 766 1 780 3 247 501 20 102
 
 
  Au 31 décembre 2009
  Individuel Collectif  
  Vie et
maladie
Gestion de
patrimoine
Vie et
maladie
Rentes Autres
activités*
Total
  $ $ $ $ $ $
Actif            
Placements 9 274 2 128 1 607 3 128 353 16 490
Autres éléments d'actif 249 179 99 47 84 658
Actifs incorporels 49 322 3 1 --- 375
Écart d'acquisition 55 41 20 --- --- 116
Total  9 627 2 670 1 729 3 176 437 17 639
* Constituées des autres secteurs ainsi que des éliminations intercompagnies

SOURCE INDUSTRIELLE ALLIANCE, ASSURANCE ET SERVICES FINANCIERS INC.

Renseignements :

Grace Pollock
Directrice, Relations avec les investisseurs
Tél. bureau : 418 780-5945
Cellulaire : 418 580-3350
Courriel : grace.pollock@inalco.com
Site Internet : www.inalco.com

Profil de l'entreprise

INDUSTRIELLE ALLIANCE, ASSURANCE ET SERVICES FINANCIERS INC.

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.