L'industrie minière profite de la stabilité de l'industrie québécoise de la construction

MONTRÉAL, le 9 sept. 2011 /CNW Telbec/ - L'édition de la presse du 8 septembre, rapporte sous la plume de la journaliste Hélène Baril les résultats d'une étude sur la fiscalité des compagnies minières, réalisée par Price Waterhouse Cooper, selon laquelle le Québec se classe maintenant 4e en termes d'avantages fiscaux consentis aux entreprises de ce secteur. Dans la même édition la journaliste Sophie Cousineau met en perspective d'autres facteurs que celui de la fiscalité, qui montrent que « si le Québec n'est plus un paradis minier… il est encore très, très loin de l'enfer. »

À cet égard, le Conseil provincial du Québec des métiers de la construction - International (CPQMC-I) et la FTQ-Construction ont commandé une étude sur les facteurs de coûts des travaux de machinerie de production. «Ces travaux sont au cœur d'une contestation de longue date de l'industrie minière contre l'industrie de la construction. En effet, l'industrie minière mène une guérilla juridique pour se soustraire de l'application de la loi des relations du travail qui régit l'industrie de la construction et les travaux de machinerie de production.», indique Donald Fortin, directeur général du CPQMC-I.

L'étude commandée par le CPQMC(I) et la FTQ-Construction qui sera rendue publique dans les semaines qui viennent, démontre que l'encadrement règlementaire du secteur de la construction industrielle en général, et des travaux de machinerie de production en particulier, profite à l'ensemble de l'économie du Québec, du gouvernement aux donneurs d'ouvrage, en passant par les entrepreneurs en construction et les travailleurs.

La productivité y est supérieure à la moyenne canadienne, ce qui fait que les entrepreneurs et les travailleurs québécois sont recherchés partout au Canada. Le gouvernement profite des revenus de ce secteur qui par ailleurs assume ses responsabilités sociales par l'existence d'un régime d'assurances et de retraite qui exclue tout recours aux régimes de l'État.

L'industrie minière voudrait soustraire les travaux de machinerie de production de l'application de la loi, privant de la sorte le gouvernement de revenus fiscaux, les entrepreneurs en construction de leur expertise et les travailleurs de leurs compétences assurées par un système de perfectionnement continu. En fait, l'industrie minière gonflerait encore plus ses profits au détriment de l'ensemble de la société québécoise, et de l'industrie de la construction.

À moyen terme, l'économie québécoise sortira perdante de cette vision corporatiste à courte vue de l'industrie minière recherchant le profit immédiat. La stabilité qu'offre le régime de relations du travail de l'industrie québécoise de la construction, serait remplacé par ce que d'aucuns qualifient de libre choix, qui ramènerait l'industrie aux lois de la jungle, qui s'avèrent plus coûteuses qu'un régime aux règles bien établies et qui garantit la stabilité plutôt que l'incertitude.

Le premier ministre Charest en mission en Chine a rappelé que le faible taux de redevances minières en fait un secteur compétitif à l'échelle mondiale. D'autre part, un marché régulé et bien organisé comme celui de l'industrie de la construction au Québec, garantit une main-d'œuvre et des entreprises compétentes, qualifiées et productives, répondant aux besoins du marché, dont profiteront les investisseurs chinois qui ont en effet décidé d'augmenter de 400 millions de dollars leur investissement dans la construction des installations d'une mine de nickel au nord du Québec.

À propos du Conseil provincial (International)
Deuxième association syndicale en importance, le Conseil provincial (International) est affilié au Département canadien des métiers de la construction qui regroupe quelque 400 000 travailleurs de l'industrie de la construction au Canada, dont plus de 42 000 répartis dans toutes les régions du Québec au sein de 28 sections locales.

SOURCE CONSEIL PROVINCIAL DU QUEBEC DES METIERS DE LA CONSTRUCTION (INTERNATIONAL) - CPQMC-I

Renseignements :

Pour toute demande, communiquez avec Nicolas Roussy, au 514-512-3235.


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.