L'industrie canadienne des produits forestiers veut être la première à devenir neutre en carbone



    Elle veut y arriver sans acheter de crédits

    OTTAWA, le 30 oct. /CNW Telbec/ - L'Association des produits forestiers
du Canada (APFC) a annoncé aujourd'hui que l'industrie canadienne des produits
forestiers, un chef de file mondial en aménagement forestier durable, se
donnait un nouvel objectif en matière de responsabilité environnementale et de
réaction aux changements climatiques : elle veut devenir neutre en carbone
d'ici 2015, sans acheter de crédits compensatoires. Un partenariat avec le
WWF-Canada servira de base à l'initiative et orientera ses activités.
L'annonce a été faite lors de la deuxième conférence annuelle Business of
Climate Change, à Ottawa.
    "Nous sommes heureux de voir que l'APFC fait preuve d'initiative et
qu'elle n'attend pas la réglementation gouvernementale pour agir. Je souhaite
de tout coeur que les autres secteurs industriels canadiens suivent le
mouvement et relèvent le défi", a déclaré Mike Russill, président et chef de
la direction du WWF-Canada.
    "Aujourd'hui, les changements climatiques constituent la principale
menace pour l'environnement dans le monde et le fait de devenir neutre en
carbone est la mesure la plus importante que peut prendre le secteur forestier
pour réduire son empreinte globale sur l'environnement", a expliqué Avrim
Lazar, président et chef de la direction de l'APFC. "L'industrie canadienne
des produits forestiers a déjà fait beaucoup pour atténuer son impact sur le
climat et la prochaine étape est la neutralité en carbone. L'initiative que
nous annonçons aujourd'hui pourrait rendre l'industrie neutre en carbone d'ici
2015, et pourrait aussi lui permettre d'aller encore plus loin, soit
d'éliminer plus de gaz à effet de serre de l'atmosphère qu'elle n'en émet. Et,
contrairement aux autres secteurs qui dépendent fortement des achats de
crédits compensatoires, nous pouvons y arriver sans recourir à cette méthode."
    "Cela ne sera pas facile, mais nous sommes convaincus que nous pouvons le
faire avec l'aide de nos partenaires, des principaux intervenants et de
l'orientation fournie par d'autres conseillers", a ajouté M. Lazar. "Le WWF a
déjà entrepris des recherches innovatrices sur le potentiel de la foresterie
durable en termes d'approvisionnement en bioénergie et en atténuation des
changements climatiques, et son programme Climate Savers a établi une norme
élevée de réduction des émissions parmi les chefs de file de plusieurs
secteurs."
    Depuis une vingtaine d'années, les membres de l'APFC ont accélérer la
modernisation de leurs installations et adopter des procédés novateurs dans un
effort constant pour améliorer leur rendement environnemental et limiter leur
impact sur les changements climatiques. C'est ainsi qu'ils ont réduit leur
dépendance envers les combustibles fossiles. En effet, leurs usines de pâtes
et papiers produisent elles-mêmes près de 60 % de leurs besoins en énergie à
partir de sources renouvelables. D'un point de vue environnemental, ces
efforts ont eu des résultats tangibles depuis 1990 : une réduction de 45 % de
l'utilisation des combustibles fossiles, une amélioration de 54 % de
l'intensité des émissions de gaz à effet de serre, une baisse de 40 % des
déchets à enfouir et une diminution de 44 % des émissions de gaz à effet de
serre. Ces améliorations occasionnent aussi des avantages économiques réels,
car les membres de l'APFC ont accru leur production de 20 %.
    "Bien que nous soyons très fiers du dossier de nos installations en
matière de réduction des émissions, nous sommes déterminés à aller plus loin
et encourageons également les autres à se donner volontairement des objectifs
plus élevés", a conclu M. Lazar. "Comme prochaine étape, nous espérons, en
travaillant avec nos fournisseurs, nos clients et d'autres intervenants,
pouvoir non seulement améliorer au maximum notre propre situation au chapitre
du carbone, mais aussi offrir à nos clients l'information et les produits dont
ils ont besoin pour atteindre leurs propres objectifs en ce qui a trait aux
changements climatiques."

    A propos du WWF-Canada

    Le WWF-Canada travaille à sauvegarder la nature en s'efforçant de voir à
la conservation des espèces et à la protection de leurs habitats, d'assurer
une utilisation soutenue des ressources naturelles ainsi que d'aider les
individus, les entreprises et les gouvernements à réduire la pollution. Pour
plus d'information, visitez le wwf.ca.

    A propos de l'APFC

    L'APFC est le porte-parole, au Canada et à l'étranger, des producteurs
canadiens de bois, de pâte et de papier pour les questions touchant le
gouvernement, le commerce et l'environnement. L'industrie forestière
canadienne a un chiffre d'affaires de 80 milliards de dollars par année et
représente 3 % du PIB du Canada. Il s'agit de l'un des plus gros employeurs du
pays, qui a des activités dans plus de 320 collectivités canadiennes et
procure près de 900 000 emplois directs et indirects.


    
                         FICHE D'INFORMATION - MEDIAS

               Vers une industrie forestière neutre en carbone

    Contexte

    L'industrie canadienne des produits forestiers est un chef de file dans la
lutte contre les changements climatiques. Depuis une vingtaine d'années, elle
a accélérer la modernisation de les installations et adopter des procédés
novateurs dans un effort constant pour améliorer son rendement environnemental
et limiter son impact sur les changements. C'est ainsi que les membres de
l'Association des produits forestiers du Canada (APFC) ont réduit leur
dépendance envers les combustibles fossiles. En effet, leurs usines de pâtes
et papiers produisent elles-mêmes près de 60 % de leurs besoins en énergie à
partir de sources renouvelables. D'un point de vue environnemental, ces
efforts ont eu des résultats tangibles depuis 1990 : une réduction de 45 % de
l'utilisation des combustibles fossiles, une amélioration de 54 % de
l'intensité des émissions de gaz à effet de serre, une baisse de 40 % des
déchets à enfouir et une diminution de 44 % des émissions de gaz à effet de
serre. Ces améliorations occasionnent aussi des avantages économiques réels,
car les membres de l'APFC ont accru leur production de 20 %.

    Profil de l'industrie forestière canadienne en termes de carbone

    L'APFC a récemment commandé un rapport au National Council for Air and
Stream Improvement (NCASI) sur les gaz à effet de serre et le profil de
l'industrie des produits forestiers en matière de carbone. L'industrie
canadienne est ainsi devenue la première industrie forestière dans le monde à
évaluer son profil global en termes de carbone et à en rendre compte. Le
rapport du NCASI donne aussi des bases à l'industrie pour qu'elle puisse
déterminer les domaines où des progrès et des améliorations continues sont
possibles.
    Le rapport d'NCASI documente le profil de l'industrie des produits
forestiers en ce qui a trait au carbone et aux gaz à effet de serre (GES)
qu'incluent trois parties distinctes : les émissions, la séquestration et les
émissions évitées. Les émissions sont des transferts de GES dans l'atmosphère
à partir des installations de l'industrie des produits forestiers ou
d'ailleurs dans la chaîne de valeur de cette industrie. Il s'agit
principalement de dioxyde de carbone produit par la combustion de combustibles
fossiles (y compris les émissions indirectes associées à l'électricité
achetée) et de méthane provenant de la décomposition des produits qui se
retrouvent au site d'enfouissement. La séquestration représente le carbone
contenu dans les forêts, les produits forestiers et les sites d'enfouissement
et transféré entre ces éléments. Enfin, les émissions évitées sont les
émissions qui se seraient produites si ce n'était de certaines activités de
l'industrie. Les émissions évitées sont très difficiles à quantifier et ne
sont pas déclarées de la même manière que les émissions directes ou la
séquestration; elles sont cependant essentielles à la compréhension du profil
global du secteur forestier pour ce qui est du carbone. Le rapport complet
sera disponible bientôt au http://www.ncasi.org/.
    Une industrie forestière canadienne neutre en carbone
    L'industrie canadienne des produits forestiers, un chef de file mondial en
aménagement forestier durable, se donne un nouvel objectif en matière de
responsabilité environnementale et d'action relative aux changements
climatiques : elle veut devenir neutre en carbone d'ici 2015, sans acheter de
crédits compensatoires. Pour atteindre cet objectif, les membres de l'APFC,
travaillant avec des partenaires d'importance, comme les gouvernements et des
organisations environnementales, appliqueront une stratégie dynamique qui
mettra l'accent sur les mesures suivantes :

    1) Réduire les émissions directes et indirectes :

       - Devenir autosuffisants en énergie : l'industrie continuera de
         rechercher l'efficacité énergétique en passant des combustibles
         fossiles à des sources d'énergie renouvelables, comme la biomasse.
       - Adopter de nouvelles technologies plus efficaces au plan
         énergétique.
       - Détourner davantage les produits forestiers des sites
         d'enfouissement.
       - Accroître l'utilisation des systèmes de recouvrement dans les sites
         d'enfouissement.
       - Augmenter la part de la cogénération.

    2) Développer le potentiel de séquestration des forêts et des produits :

       - Recenser les possibilités de maintenir et d'améliorer le stockage du
         carbone dans les forêts par la planification à l'échelle du paysage
         et par des pratiques d'aménagement forestier durable.
       - Accroître les quantités de carbone stockées dans la chaîne de valeur
         et réduire au minimum les émissions dues à l'élimination des
         produits à la fin de leur vie utile.

    3) Augmenter la quantité d'émissions évitées :

       - Trouver des façons de maximiser le recyclage du papier et des
         produits du bois.
       - Comprendre les implications des matériaux à base de bois en ce qui
         concerne le carbone, par rapport aux produits de substitution
         disponibles.

    Collaborer avec le WWF

    L'APFC et le WWF-Canada conviennent que les possibilités les plus
intéressantes pour l'avenir de l'industrie forestière se réaliseront par un
leadership en matière de développement durable et de rendement
environnemental. Ces organisations ont déjà, en collaboration, contribué à
tracer la voie vers un aménagement plus conforme au développement durable dans
les activités forestières commerciales, en élaborant une boîte à outils pour
les forêts de grande valeur pour la conservation.
    Les changements climatiques sont à l'ordre du jour des dirigeants de tous
les secteurs, ainsi que des gouvernements et des consommateurs. Pour le
secteur forestier, les changements climatiques présentent un certain nombre de
difficultés et de possibilités complexes. On pense notamment aux répercussions
indirectes du réchauffement de la planète, comme les infestations de
dendroctone du pin, et à la possibilité, pour le secteur, de se positionner
comme une industrie plus écologique. Or, il n'existe pas de recherches
probantes ni de normes qui clarifient la démarche appropriée pour faire du
secteur forestier canadien un secteur qui soit favorable pour le climat.
    L'APFC et le WWF-Canada se sont donc d'abord entendus sur un projet de
2 ans, qui se concentrera sur les éléments suivants :

    1. Inventorier les économies possibles de gaz à effet de serre par le
       biais de l'énergie renouvelable, de la cogénération et d'autres
       méthodes d'atténuation.
    2. Améliorer l'analyse du cycle de vie reliée au secteur forestier.
    3. Collaborer pour établir des mesures à l'échelle du paysage et à
       l'échelle des peuplements, qui soient favorables pour ce qui est du
       carbone et de la conservation.
    4. A l'aide d'études de cas, formuler des recommandations et des lignes
       directrices pour la production de bioénergie et la fabrication de
       produits forestiers qui assurent une maximisation de l'utilisation des
       produits forestiers et des réductions de gaz à effet de serre tout en
       minimisant les impacts sur la biodiversité.

    Un travail constant sur le carbone et les changements climatiques

    En plus de collaborer avec le WWF, l'APFC a le plaisir de travailler avec
un groupe de conseiller qui se sont engagé à un rôle de mentor pour assister
l'AFPC dans la poursuite de ses objectifs :

    Dr. Werner Kurz, Service canadien des forêts

    Darcie Booth, Service canadien des forêts

    Tony Lempriere, Service canadien des forêts

    Dr. Werner Kurz, Service canadien des forêts

    Jennifer O'Connor, FP Innovations, Forintek

    Tom Browne, FP Innovations, Paprican

    Reid Miner, National Council for Air and Stream Improvement

    Brad Upton, National Council for Air and Stream Improvement

    Kirsten Vice, National Council for Air and Stream Improvement

    Dr. Marlo Raynolds, Pembina Institute

    Michael Northrop, Rockefeller Brothers Fund

    Dr. Gordon McBean, UWO, Institute for Catastrophic Loss Reduction

    Florence Daviet, World Resources Institute

    Nous travaillons aussi des individus, des marchés et des clients engagées.
    




Renseignements :

Renseignements: Isabelle Des Chênes, Directrice, Communications,
Association des produits forestiers du Canada, (613) 563-1441, poste 323,
ideschenes@fpac.ca; Maggie MacDonald, Gérante, Communications, Programme
Changements climatiques, WWF-Canada, (416) 919-8905 (cellulaire),
MMacDonald@wwfcanada.org


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.