L'Indice Scotia des prix des produits de base poursuit son repli en mars



    
    -   Les prix au comptant reculent pour la potasse destinée à l'Asie du
        Sud-Est, mais les importantes réductions de la production laissent
        entrevoir un redressement d'ici la fin de 2009

    -   Les prix des métaux de base se redressent grâce à la reprise de
        l'activité industrielle en Chine
    

    TORONTO, le 27 avr. /CNW/ - L'Indice des prix des produits de base de la
Banque Scotia, qui permet d'analyser les tendances des prix de 32 des
principales exportations canadiennes, a encore perdu du terrain en mars,
reculant de 2,8 % d'un mois à l'autre pour se fixer à 32,7 % en deçà de son
niveau de l'année précédente. La contraction de l'économie mondiale, de
l'ordre de 1,5 % à 2 % en 2009 selon les estimations en parité du pouvoir
d'achat, et le resserrement des conditions de crédit pour les entreprises et
les ménages ont contribué à la chute brutale de 41,8 % de l'ensemble des prix
des produits de base par rapport au spectaculaire sommet conjoncturel de
juillet 2008.
    L'indice global reculera davantage dans les prochains mois, à mesure que
les prix d'un certain nombre de produits de première nécessité seront ajustés
à la baisse par suite des négociations des contrats annuels avec les
acheteurs. Cependant, "on commence à voir les premiers signes d'une reprise
qui a récemment entraîné les prix des métaux de base et du pétrole à la
hausse", a indiqué Patricia Mohr, vice-présidente d'Etudes économiques Scotia
et spécialiste du marché des produits de base à la Banque Scotia.
    "Tout d'abord, après un ralentissement marqué à la fin de 2008 et au
début de 2009, l'activité industrielle chinoise a probablement touché le fond,
à 3,8 % sur douze mois, en janvier et février, avant de remonter à 8,3 % en
mars, lorsque le gouvernement de la Chine a commencé à mettre en oeuvre des
mesures de relance de l'économie, notamment en favorisant l'achat par les
ménages ruraux de biens de consommation durables, en mettant en place un
énorme programme de dépenses en infrastructures et en incitant les banques
d'Etat à accorder plus de prêts", a commenté Mme Mohr.
    "Deuxièmement, en Chine et en Allemagne, les subventions gouvernementales
destinées à encourager les automobilistes à envoyer leurs vieux véhicules à la
casse et à les remplacer par des modèles qui consomment moins de carburant et
produisent peu d'émissions contribuent également à contrer l'effondrement des
ventes de véhicules mondiales survenu à la fin de 2008", a poursuivi Mme Mohr.
"Troisièmement, bien qu'il soit encore trop tôt pour en confirmer le
bien-fondé, des perspectives de plus en plus positives, qui permettent
d'espérer que le pire de la crise des banques et du crédit aux Etats-Unis est
passé et que le pays sortira de la récession vers la fin de 2009, ont
contribué à la remontée des marchés des actions et des prix des biens
industriels négociés en bourse. Après avoir touché leur niveau le plus bas, à
32,40 $ US le baril à la mi-décembre, les cours du pétrole WTI ont repris du
poil de la bête, s'échangeant dans une large fourchette de 45 $ US à 54 $ US
depuis la mi-mars, parallèlement à une remontée de plus de 10 % de l'indice
S&P 500."
    L'indice des métaux et des minéraux, en baisse de 4,3 % d'un mois sur
l'autre, a tiré l'indice global vers le bas en mars. Même si les prix des
métaux de base (particulièrement ceux du cuivre) ont connu une importante
reprise, la baisse des cours des métaux précieux et des prix au comptant de la
potasse a entraîné l'Indice à la baisse. En mars, les prix au comptant de la
potasse s'établissaient à 710 $ US la tonne à Vancouver, ce qui est encore
rentable, après avoir culminé à 872,50 $ US (dernier niveau établi en tenant
compte des expéditions de 2008).
    L'indice du pétrole et du gaz a poursuivi son repli en mars, perdant 2,6
% d'un mois à l'autre. Bien que les cours du brut se soient notablement
raffermis, les prix des exportations canadiennes de gaz naturel vers les
Etats-Unis ont atteint leur niveau le plus bas depuis décembre 2002 en raison
de la faiblesse de la demande provenant de l'industrie et des centrales
électriques alimentées au gaz naturel aux Etats-Unis. L'indice des produits
forestiers a également perdu du terrain (-3,3 % d'un mois à l'autre),
l'industrie des pâtes et papiers étant touchée par le pire déclin des revenus
publicitaires des journaux et des magazines des Etats-Unis depuis les années
1930.
    L'indice des produits agricoles est le seul sous-indice ayant progressé
en mars (+2 % d'un mois à l'autre). Les agriculteurs canadiens et américains
favoriseront probablement les oléagineux pour leurs semailles ce printemps.
Aux Etats-Unis, les prix du soja ont bondi de 32 % après le creux du début de
décembre, lequel a fait augmenter les prix du canola, alors que la sécheresse
en Argentine a fait en sorte que les stocks mondiaux de soja sont à leur
niveau le plus bas en cinq ans et poussé la Chine à accumuler des réserves.
    Après avoir atteint un sommet à la fin de 2008, les prix au comptant de
la potasse (FAB Vancouver) se sont repliés à 710 $ US la tonne en mars.
Canpotex a vendu deux chargements vers la Malaisie et l'Indonésie à 735 $ US
(rendu), ce qui est encore très élevé par rapport au prix moyen de 193 $ US
entre 1999 et 2008. Les perspectives à court terme dépendent dans une très
large mesure des négociations contractuelles annuelles avec les acheteurs
chinois, lesquelles sont dirigées principalement par Belarusian Potash Company
(BCP) et ne seront vraisemblablement pas conclues avant la fin mai (au plus
tôt).
    Les expéditions mondiales se sont effondrées à la fin de 2008 et au début
de 2009, en partie en raison des prix records et de la dégringolade des prix
des céréales l'automne dernier.
    "Bien qu'ils puissent revenir près de la barre des 650 $ US dans les
prochains mois, les prix au comptant de la potasse dépasseront
vraisemblablement les 700 $ US en 2010", a précisé Mme Mohr. "Comme cela a
déjà été le cas par le passé dans ce secteur d'activité intégré, les
principaux producteurs de potasse ont réduit la production mondiale de 12
millions de tonnes en 2008-2009, ce qui représente 21 % de la capacité utile,
afin de ramener l'offre à un niveau plus conforme à la demande qui est plus
faible. Les stocks mondiaux devraient retrouver des niveaux normaux au milieu
de 2009. La possibilité que les agriculteurs utilisent beaucoup moins
d'engrais, tout particulièrement la potasse et les phosphates, en 2009
pourrait venir réduire le rendement global des cultures de céréales et
d'oléagineux, ce qui pourrait mener à une augmentation considérable de la
quantité d'engrais utilisée et des prix en 2010."
    Selon Mme Mohr, même si on s'attend à ce que les cours de l'or demeurent
élevés en 2009, les investisseurs devraient graduellement s'en désintéresser
au profit des actions, dans un premier temps, puis des biens industriels, au
cours des prochaines années.

    Etudes économiques Scotia propose à sa clientèle une analyse approfondie
des facteurs qui façonnent les perspectives du Canada et de l'économie
mondiale, notamment l'évolution macroéconomique, les tendances des marchés de
change et des capitaux, le rendement des produits de base et de l'industrie
ainsi que les enjeux relatifs aux politiques monétaires, fiscales et
gouvernementales.




Renseignements :

Renseignements: Patricia Mohr, Etudes économiques Scotia, (416)
866-4210, pat_mohr@scotiacapital.com; Paula Cufre, Relations publiques, Banque
Scotia, (416) 933-1093, paula_cufre@scotiacapital.com

Profil de l'entreprise

Banque Scotia - Rapports économiques

Renseignements sur cet organisme

Banque Scotia

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.