L'indice de confiance des épargnants Manuvie: les Canadiens veulent atteindre la stabilité et rembourser leurs dettes en 2009



    WATERLOO, ON, le 9 janv. /CNW/ - Les Canadiens déclarent qu'ils
privilégient la sécurité financière et le remboursement de leurs dettes en
cette période de difficultés économiques, selon un sondage mené à l'échelle
nationale pour le compte de la Financière Manuvie, la plus grande société
d'assurance et de gestion de patrimoine du Canada.
    Plus du tiers des personnes sondées (35 %), soit le groupe le plus
important, ont déclaré que leur priorité en matière de finances pour 2009
était de rembourser leurs dettes et de réduire le montant de leur emprunt
hypothécaire.
    "De nombreux Canadiens ont été ébranlés par la volatilité des marchés et
les turbulences économiques. Ils jugent qu'il est temps de trouver un refuge,
a déclaré Paul Rooney, président et chef de la direction, Manuvie Canada. Nous
encourageons toujours les épargnants à travailler étroitement avec leurs
conseillers, surtout en raison des fluctuations de l'économie et des marchés.
    "Travailler avec un conseiller et respecter un plan peut aider les
épargnants à se concentrer sur leurs objectifs et à établir un équilibre entre
leurs placements à taux garanti et ceux à rendement variable."
    Plus de 20 % des Canadiens bénéficient du large éventail de produits et
services financiers de Manuvie, et l'un de nos principaux objectifs est de les
aider à prendre de bonnes décisions financières, a ajouté M. Rooney.
    Selon le 40e sondage trimestriel, l'indice de confiance des épargnants de
Manuvie a chuté de 3 points pour s'établir à +5 en décembre, ce qui représente
l'indice le plus bas depuis le premier sondage effectué en 1999.
    Le sondage téléphonique mené en décembre auprès de 1 000 Canadiens par
Acrobat Research révèle que seulement deux catégories et instruments de
placement sur dix ont gagné du terrain par rapport au sondage précédent
effectué en octobre.

    Situation financière meilleure qu'il y a cinq ans

    En réponse à des questions distinctes, la moitié des personnes sondées
(51 %) ont déclaré que leur situation financière était plus avantageuse qu'il
y a cinq ans. Ce résultat est inférieur à celui qui a été enregistré l'an
dernier, alors que 60 % des répondants avaient déclaré que leur situation
financière s'était améliorée au cours des cinq dernières années.
    Une autre tranche de 27 % des répondants a déclaré que sa situation
financière était la même qu'il y a cinq ans (une hausse par rapport aux 23 %
enregistrés en 2007), tandis que 22 % des répondants jugent que leur situation
financière est pire qu'il y a cinq ans (16 % un an plus tôt).
    Interrogés sur leurs objectifs financiers pour 2009, les sondés ont
indiqué que leur priorité est de rembourser leurs dettes à la consommation.
Pour 24 % d'entre eux, en comparaison de 20 % il y a un an, le principal
objectif est de réduire l'ensemble de leurs dettes à la consommation. Onze
pour cent des répondants ont comme priorité de réduire le montant de leur
emprunt hypothécaire. Toujours en immobilier, 5 % des répondants ont dit que
leur principal objectif pour 2009 était d'acheter une maison (7 % en 2007).
    L'épargne-retraite demeure une préoccupation, puisque 14 % des sondés ont
affirmé qu'il s'agissait de leur priorité compte tenu des effets du recul des
marchés boursiers sur les régimes de retraite et les REER.
    Economiser pour conclure un achat important autre qu'une maison était une
priorité pour 8 % des sondés en 2009, tandis que 8 % des répondants accordent
toute leur attention à s'assurer d'avoir des ressources financières
suffisantes en cas d'invalidité ou de maladie.
    En matière de placements, près des trois quarts des répondants (72 %) ont
déclaré qu'ils n'avaient pas modifié leur approche en raison de la situation
actuelle des marchés. Par contre, 10 % des répondants ont dit qu'ils avaient
modifié de façon permanente leurs méthodes de placement.

    Indice global

    Depuis son lancement en 1999, l'indice de confiance des épargnants
Manuvie est demeuré positif, culminant à +35 au début de 2000 et accusant un
creux de +11 en décembre 2001. Au cours des deux dernières années, l'indice
est demeuré généralement près de son sommet des six dernières années en se
maintenant au-dessus de +20, mais il a connu une forte baisse en octobre
dernier.
    L'indice trimestriel indique le degré de confiance des Canadiens
relativement à dix catégories et instruments de placement. Il repose sur le
pourcentage des sondés qui jugent la période favorable ou très favorable aux
placements, diminué du pourcentage de ceux qui pensent le contraire.

    Deux catégories de placements ont amélioré leur classement

    Seuls les placements immobiliers et les actions ont gagné un peu de
terrain au cours du dernier sondage national, tandis que les Canadiens ont
délaissé les placements à revenu fixe et les investissements dans leur propre
domicile.
    Les placements dans les résidences principales sont demeurés la catégorie
la plus populaire - les liquidités se trouvant à seulement neuf points
derrière - bien que, dans le passé, cette catégorie ait été la moins bien
cotée. Grâce à leur hausse de 5 points, les placements immobiliers ont
enregistré le gain le plus important en décembre, mais ils demeurent en
territoire négatif, après avoir reculé de 37 points au total en juin et en
octobre.

    Faits marquants

    L'indice de confiance des épargnants Manuvie repose sur les six
catégories de placement suivantes, indiquées selon leur rang respectif dans le
sondage.

    
    -  Les placements dans sa propre maison (rénovations ou remboursement de
       l'emprunt hypothécaire) demeurent la catégorie préférée des Canadiens
       - une constante depuis 1999. L'indice a reculé de 8 points en
       décembre, pour s'établir à +35. Il révèle que 54 % des sondés jugent
       le moment propice ou très propice pour placer dans leur propre maison,
       alors que 19 % le jugent défavorable ou très défavorable.

    -  Les liquidités (comptes d'épargne compris) sont demeurés au même
       niveau ce trimestre-ci, pour s'établir à +26 et devenir la deuxième
       catégorie la plus prisée par les épargnants. Depuis 1999, les
       liquidités représentaient le moyen le moins recherché par les
       Canadiens pour placer leur argent. Il en va tout autrement désormais
       puisque la plupart des sondés ont déclaré, dans le dernier sondage,
       préférer les liquidités aux placements à revenu fixe, aux fonds
       équilibrés, aux placements immobiliers et aux actions.

    -  Les placements à revenu fixe (rentes et CPG compris) ont reculé au
       troisième rang parmi les catégories les plus populaires de ce
       trimestre, ayant perdu 16 points depuis octobre. A +10, l'indice se
       rapproche de son niveau le plus bas, soit +4, atteint vers le milieu
       de 2004.

    -  Les placements immobiliers ont gagné cinq points en décembre, après
       avoir rapidement perdu la deuxième place qu'ils occupaient en mars.
       Pour la deuxième fois seulement depuis que Manuvie effectue des
       sondages sur la confiance des épargnants, les placements immobiliers
       ont terminé avec une note négative, soit -4.

    -  Les fonds équilibrés ont reculé au cinquième rang parmi les objectifs
       de placement les plus populaires, ayant perdu trois points en décembre
       et 33 points en octobre. L'indice se situe à -11, et 29 % des
       répondants jugent que les fonds équilibrés sont un bon ou un excellent
       moyen de placement, comparativement à 40 % qui ont affirmé le
       contraire en octobre.

    -  Après une baisse de 27 points en octobre, les actions ont gagné trois
       points pour s'arrêter à -25 en décembre. L'indice boursier traduit
       l'opinion de 24 % des sondés qui ont affirmé que le moment était
       propice ou très propice pour placer son argent dans des actions, soit
       directement soit par le biais de fonds communs, tandis que 49 % des
       répondants ont déclaré que les actions étaient un mauvais choix.
       Environ 11 % des sondés estiment que la période n'est ni propice ni
       défavorable pour acheter des actions.

    Instruments de placement

    La question posée sur les six catégories de placement a également été
posée sur quatre instruments de placement.

    -  Les régimes enregistrés d'épargne-études (REEE) ont conservé le
       premier rang parmi les instruments de placement les plus populaires en
       décembre, même s'ils ont perdu 18 points pour atteindre +30 lors du
       dernier sondage. Parmi les sondés, 49 % jugent le moment propice pour
       placer dans des REEE, alors que 19 % pensent le contraire.

    -  Parmi les instruments de placement préférés des Canadiens, les régimes
       enregistrés d'épargne-retraite ont encore une fois subi une forte
       baisse de 11 points en décembre, après avoir déjà perdu 18 points en
       octobre. A +27, les derniers résultats pour les REER ont démontré que
       49 % des répondants jugent qu'il s'agit d'une bonne ou d'une très
       bonne période pour verser des cotisations dans un REER, tandis que
       20 % d'entre eux jugent qu'il s'agit d'une mauvaise ou d'une très
       mauvaise période.

    -  Après avoir démontré une forte stabilité en octobre, les fonds
       distincts ont reculé de 22 points en décembre, mais ils demeurent en
       avance sur les fonds communs à -2.

    -  A -12, l'indice relatif aux fonds communs a perdu trois points en
       décembre à la suite d'une chute de 31 points en octobre. Il reflète
       l'opinion de 30 % des sondés qui ont affirmé qu'il s'agissait d'une
       bonne ou très bonne période pour participer à des fonds communs alors
       que 28 % d'entre eux ont jugé qu'il s'agissait d'une mauvaise ou très
       mauvaise période. Environ 13 % des répondants estiment que la période
       n'est ni propice ni défavorable pour placer dans ces fonds.
    

    Le sondage de Omnitel, division de Acrobat Research, a été effectué
auprès de 1 000 Canadiens âgés de 18 ans ou plus, du 4 au 10 décembre 2008.
Les résultats comportent une marge d'erreur de 3 %, 19 fois sur 20.

    A propos de la Financière Manuvie

    La Financière Manuvie, groupe canadien et chef de file des services
financiers, compte des millions de clients dans 19 pays et territoires.
Exerçant ses activités sous le nom de Financière Manuvie au Canada et en Asie,
et principalement sous le nom de John Hancock aux Etats-Unis, elle offre à sa
clientèle une gamme variée de produits de protection financière et de services
de gestion de patrimoine par l'entremise d'un vaste réseau d'employés,
d'agents et d'associés. Au 30 septembre 2008, les fonds gérés par la
Financière Manuvie et ses filiales se chiffraient à 385,3 milliards de dollars
canadiens (363,5 milliards de dollars américains).
    La Financière Manuvie est l'une des deux seules sociétés d'assurance vie
cotées en bourse dans le monde à posséder des filiales d'assurance vie ayant
obtenu la note AAA, soit la note la plus élevée attribuée par Standard &
Poor's Rating Services.
    La Société Financière Manuvie est inscrite aux bourses de Toronto (TSX),
de New York (NYSE) et des Philippines (PSE) sous le symbole "MFC", et à la
Bourse de Hong Kong (SEHK) sous le symbole "0945". La Financière Manuvie est
présente sur le Web, à l'adresse www.manuvie.com.




Renseignements :

Renseignements: Communication avec les médias - Tom Nunn, Financière
Manuvie, (519) 594-8578, tom_nunn@manuvie.com


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.