Licenciement collectif des travailleurs d'Aleris à Trois-Rivières - "Le gouvernement québécois doit faire respecter ses propres lois"



    MONTREAL, le 23 juill. /CNW Telbec/ - La CSN appelle le gouvernement à
agir pour forcer la compagnie de transformation d'aluminium Aleris, à faire
parvenir une fois pour toutes, l'avis de licenciement aux 350 travailleurs de
l'usine de Trois-Rivières qui demeurent dans l'incertitude. Officiellement,
ces derniers sont toujours en lock-out depuis le 2 juillet dernier et la
compagnie semble se servir de cet échappatoire pour ne pas respecter ses
obligations.
    L'organisation syndicale estime que le gouvernement doit faire respecter
la Loi sur les normes du travail, qui comporte des dispositions obligeant une
entreprise de 300 employé-es et plus à fournir un pré-avis de licenciement de
16 semaines avant la fermeture. Cet avis permet d'enclencher le processus de
reclassement et de formation professionnelle des employ-és et de réclamer
l'assurance-emploi.
    "Le gouvernement québécois doit faire respecter ses propres lois et doit
forcer la Commission des normes du travail à les appliquer, réclame Claudette
Carbonneau, présidente de la Confédération des syndicats nationaux (CSN). Nous
nous attendons à ce que le gouvernement se comporte avec une vraie colonne
vertébrale, autant avec une compagnie américaine que québécoise. La loi est
mince et insatisfaisante selon nous, mais on ne peut pas tolérer qu'elle ne
s'applique pas." La présidente de la CSN est d'ailleurs intervenue en ce sens
auprès du gouvernement.
    L'organisation syndicale souhaite également que le gouvernement agisse de
manière à obliger les entreprises à faire preuve de plus de transparence lors
de licenciements collectifs. Le Québec pourrait s'inspirer de plusieurs pays
d'Europe qui obligent notamment les entreprises à fournir un plan de gestion
prévisionnel de main-d'oeuvre.
    Aleris, dont le siège social est en Ohio, tarde toujours à faire parvenir
l'avis au ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale ainsi qu'au
syndicat. "Cette compagnie parle des deux côtés de la bouche en prétendant
qu'elle ferme tout en n'envoyant pas les avis. Elle agit de manière arrogante
et se moque du monde", déplore Claudette Carbonneau. La CSN prendra toutes les
mesures nécessaires pour défendre et appuyer les travailleurs d'Aleris.




Renseignements :

Renseignements: Pierre-Luc Bilodeau, communications, CSN, (514)
774-0775; Source: CSN


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.