L'histoire de l'hyperactivité est erronée, affirme un chercheur - Les éducateurs font tort aux enfants et aux parents en prétendant que Mozart et d'autres personnes célèbres étaient hyperactifs



    OTTAWA, le 27 mai /CNW Telbec/ - Un chercheur canadien travaillant au
Royaume-Uni affirme que les médecins, les écrivains et les enseignants font
tort aux enfants hyperactifs en prétendant que l'hyperactivité comme nous la
comprenons aujourd'hui a toujours existé.
    Selon Matthew Smith, cette notion est non seulement fausse mais elle
induit en erreur les patients, leurs parents et leur médecin. M. Smith, qui
est originaire d'Edmonton, termine son doctorat au Centre d'histoire médicale
de l'Université d'Exeter.
    L'hyperactivité, ou THADA, est le trouble psychiatrique de l'enfance le
plus fréquemment diagnostiqué, affirme M. Smith, et des millions d'enfants se
voient prescrire des médicaments comme le Ritalin, pour le traiter. Avant
1950, ce trouble était cliniquement et culturellement négligeable.
    Dans une communication qu'il présentera au Congrès des sciences humaines
qui se tient cette semaine à l'Université à Carleton, il maintient que le
trouble d'hyperactivité, tel que nous le connaissons aujourd'hui, est une
fabrication moderne et a été décrit pour la première fois comme trouble
psychiatrique en 1957.
    Avant cette date, M. Smith affirme, le comportement hyperactif existait
bien mais qu'on ne le considérait pas toujours comme un trouble ou une
pathologie digne de traitement.
    M. Smith ajoute que plusieurs considèrent aujourd'hui l'hyperactivité
comme un phénomène universel dont on reconnaît les signes chez certains
personnages historiques, comme Mozart ou Einstein. Toutefois, il maintient que
l'hyperactivité, telle que nous la connaissons, est attribuable aux
changements sociaux, culturels, politiques et économiques du dernier
demi-siècle.
    "Lorsqu'on recule dans l'histoire, avant 1957, on constate que celle-ci
ne tient nullement compte de tous les facteurs sociaux qui ont donné lieu à
l'idée que les enfants étaient hyperactifs et que cela constituait un
problème", dit-il
    Nous devons repenser l'histoire de l'hyperactivité entre la fin des
années 50 et 60. Ainsi, nous commencerons à comprendre pourquoi les gens se
sont mis à croire que les enfants avaient un problème, pourquoi ils
considéraient que ce problème méritait d'être corrigé et pourquoi il est
devenu acceptable de régler le problème à l'aide de médicaments."
    M. Smith affirme que le fait de considérer l'hyperactivité comme une
maladie devant être traitée dépend souvent du contexte; or le contexte a
changé à la fin des années 50, alors que les Etats-Unis ont réorienté leur
système d'éducation en fonction de la course vers l'espace.
    "Si un enfant joue au soccer, il y a de bonnes chances que
l'hyperactivité ne soit pas un problème. Mais s'il est trop agité en classe,
là c'est un problème.
    "Nous devons considérer les facteurs sociaux et historiques qui ont
engendré l'idée que les enfants peuvent être distraits et que ces distractions
sont des pathologies nécessitant traitement.
    "Pour les patients et leurs parents, cela revient à dire que le processus
en vertu duquel le diagnostic d'hyperactivité est porté n'a pas de longs
antécédents historiques. S'ils comprennent cela, ils peuvent alors développer
des moyens afin de contester le diagnostic."

    Le Congrès 2009, qui est organisé par la Fédération canadienne des
sciences humaines, regroupe plus de 8 000 chercheurs du Canada et de tous les
coins du monde.




Renseignements :

Renseignements: Salle de presse du Congrès 2009, Pièce 118, Paterson
Hall, Université Carleton, (613) 520-3552, ckealey@fedcan.ca,
lin_moody@carleton.ca

Profil de l'entreprise

Fédération canadienne des sciences humaines

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.