Lettre ouverte de Christian Lévesque adressée à Eric Caire



    
    La hausse des frais de scolarité que tu proposes privera bien des jeunes
    d'avenir et d'espoir
    

    QUEBEC, le 28 août /CNW Telbec/ - Christian Lévesque répond aux
propositions d'Eric Caire en éducation.

    
    Eric,

    Ta proposition de hausser, substantiellement, les frais de scolarité
    n'est pas appropriée et nuira, non seulement à l'Action démocratique du
    Québec, mais au Québec tout entier. Je sais que tu es convaincu de la
    justesse de ta position et que, dans ces cas, tu n'écoutes plus personne.
    Tu restes campé sur tes positions, tout en faisant valoir que ton
    intransigeance est du courage politique. Ce n'en est pas et ta
    proposition n'est pas dans l'intérêt supérieur du Québec.

    La hausse des frais de scolarité que tu proposes ne fera qu'augmenter la
    fracture sociale entre les riches et les pauvres sur le dos des jeunes
    qui ne sont pas encore en mesure d'assumer leurs choix. Cela ne fera pas
    décroître le fléau du décrochage scolaire et n'encouragera certainement
    pas l'accessibilité à l'éducation supérieure. Moi, je ne veux pas d'une
    société où les chances dans la vie se mesurent uniquement à la richesse
    des parents.

    Ce que l'Equipe Lévesque propose, c'est de mettre un terme au sous-
    financement des universités et de nos écoles techniques supérieures, en
    faisant la distinction entre les universités d'Etat (le réseau de
    l'Université du Québec) - où les frais de scolarité seront indexés au
    coût de la vie - et les universités semi-privées qui pourront, quant à
    elles, proposer des frais de scolarité plus élevés. Cela est conforme à
    notre philosophie adéquiste. Aux Etats-Unis, par exemple, il y a des
    universités d'Etat qui coexistent avec de multiples universités privées
    qui sont libres d'imposer les frais de scolarité de leur choix. Cela
    devrait nous inspirer surtout lorsqu'on prétend, comme tu le fais,
    s'inspirer de ce qui se fait ailleurs.

    L'ADQ doit être le parti de la famille et celui de la classe moyenne. Ce
    que les Québécois veulent, c'est de ne pas travailler uniquement pour
    payer les taxes, les impôts et les tarifs de l'Etat. Ils veulent vivre
    aussi dans une société où les soins de santé sont accessibles et de bonne
    qualité, le système d'éducation accessible et performant et les
    infrastructures sécuritaires.

    Est-ce que tu sais qu'à la Commission scolaire de Montréal, 60% des
    élèves n'obtiennent pas leurs diplômes d'études secondaires à l'intérieur
    de la période normale de cinq ans et que 42% des élèves vivent dans une
    famille à faible revenu? En ce qui a trait aux frais de scolarité, tu
    invoques l'argument de rejoindre la moyenne des Etats américains et des
    provinces canadiennes qui nous entourent, mais tu oublies que nous ne
    sommes pas dans la moyenne de la richesse. Le Québec est une des sociétés
    les plus pauvres, mais aurait des frais de scolarité dans la moyenne. Car
    c'est ce que tu proposes : une hausse draconienne des frais de scolarité.

    Ce que tu oublies, Eric, c'est que l'éducation n'est pas seulement une
    richesse individuelle mais elle est aussi une richesse collective. Les
    nations les plus éduquées sont les plus riches et les plus performantes
    économiquement, et socialement. C'est ce qui nous permettra, dans une
    économie du savoir, de tirer notre épingle du jeu. Voilà pourquoi
    l'éducation devrait être une priorité nationale et un investissement
    assumé par tous.

    Lors du débat de dimanche, tu m'as pointé du doigt, avec arrogance et
    certitude, en me disant "Tu vas taxer davantage le travailleur pour
    financer les études", et ensuite tu m'as dit "Pourquoi est-ce que je
    paierais pour tes enfants?" Et bien, mon cher Eric, le travailleur
    contribue, à la mesure de ses moyens c'est-à-dire de son revenu, aux
    impôts qui permettront à ses enfants d'aller à l'université ou aux études
    techniques supérieures. Il le fera d'autant plus qu'il sait qu'il ne
    pourrait pas le faire seul. Chacun contribue selon ses moyens.

    Les parents veulent un avenir pour leurs enfants. C'est ce que je
    m'engage à leur donner. Tu vois, je n'ai pas encore d'enfants mais je
    pense à tous ceux qui grandissent, actuellement, au Québec. Ils doivent
    grandir dans l'espoir d'une vie meilleure chez nous. Ils doivent grandir
    avec la certitude qu'ils ne commenceront pas dans la vie endettés
    jusqu'au point de décrochage. C'est ma conviction. Et c'est celle - j'en
    suis sûr - d'une grande majorité d'adéquistes et de Québécois pour qui
    l'éducation n'est pas d'abord et avant tout un bien privé.

    Sincèrement.

    Christian Lévesque
    




Renseignements :

Renseignements: Ariane M. Gauthier, Responsable des communications,
(418) 956-5332, ariane.gauthier@christianlevesque.net

Profil de l'entreprise

EQUIPE CHRISTIAN LEVESQUE

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.