Lettre de la CSQ à Stephen Harper concernant le financement de l'éducation



    MONTREAL, le 7 mars /CNW Telbec/ - Voici une lettre transmise au premier
ministre du Canada, M. Stephen Harper, et signée par le président de la
Centrale des syndicats du Québec (CSQ), M. Réjean Parent, en réaction aux
orientations prises par le gouvernement fédéral lors du dernier budget au
sujet du financement de l'enseignement postsecondaire, de la formation
professionnelle et de l'éducation des Premières Nations :


    Montréal, le 6 mars 2008

    M. Stephen Harper
    Premier ministre du Canada
    Cabinet du Premier ministre
    80, rue Wellington
    Ottawa (Ontario) K1A 0A2


    Monsieur le Premier Ministre,

    Je vous écris aujourd'hui à titre de président de la Centrale des
    syndicats du Québec (CSQ) qui représente 155 000 travailleuses et
    travailleurs du secteur public au Québec, dont plus de 100 000 oeuvrent
    dans le secteur de l'éducation. La présente a donc pour but de vous
    exprimer les sérieuses inquiétudes de notre organisation syndicale en
    réaction aux orientations prises par votre gouvernement touchant
    l'éducation lors du budget fédéral dévoilé le 26 février dernier.

    En premier lieu, permettez-moi de vous exprimer ma profonde déception de
    constater que votre gouvernement a complètement ignoré les importants
    besoins en matière d'enseignement postsecondaire et de formation
    professionnelle. En effet, le ministre des Finances, M. Jim Flaherty, n'a
    absolument prévu aucun effort additionnel en ce domaine, en sus des
    800 millions de dollars déjà annoncés lors du budget de 2007 pour
    l'enseignement postsecondaire et des 500 millions pour la formation liée
    au marché du travail. Cette omission est inacceptable et témoigne d'un
    grave manquement du gouvernement à l'égard de ses responsabilités
    touchant l'éducation au pays.

    Dans un deuxième temps, je voudrais vous faire connaître, au nom de la
    Centrale des syndicats du Québec, l'appui de notre organisation aux
    doléances exprimées par le Conseil en Education des Premières Nations
    (CEPN) et par l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador
    (APNQL) à la suite de la sortie du budget 2008 de votre gouvernement. A
    l'instar de ces deux organisations autochtones, la CSQ déplore grandement
    l'orientation inquiétante prise par votre gouvernement à l'égard de ses
    engagements en matière d'éducation des Premières Nations.

    Votre gouvernement a totalement ignoré les besoins financiers criants des
    Premières Nations en éducation. Il s'agit d'une grave injustice qui est
    d'autant plus condamnable que votre gouvernement ne peut surtout pas
    plaider l'ignorance. En effet, plusieurs groupes de travail, composés à
    la fois de représentants du gouvernement et des Premières Nations, vous
    ont informé, au cours des dernières années, de l'épineuse situation de
    sous-financement qui afflige le programme d'éducation des Premières
    Nations. Pourtant, vous avez délibérément choisi de passer outre ces
    avertissements et de fermer les yeux sur le rêve de milliers de jeunes
    étudiants autochtones de poursuivre leurs études postsecondaires et qui
    ne peuvent le réaliser, faute d'un financement adéquat au programme.

    Une telle démonstration d'insensibilité est profondément choquante pour
    toute personne qui connaît le rôle essentiel que joue l'éducation pour
    assurer le développement socioéconomique et l'émancipation des peuples.
    En ce sens, la négligence de votre gouvernement à remplir ses devoirs et
    responsabilités à l'égard de l'éducation des Premières Nations n'est pas
    un geste anodin. Cette négligence a pour effet de maintenir les Premières
    Nations dans un état de dépendance qui a malheureusement illustré leur
    passé et dont elles souhaitent aujourd'hui se libérer. Cette négligence
    ralentit le cours de l'histoire des Premières Nations sur le chemin de
    l'autonomie qu'elles aspirent atteindre et qui représente un objectif
    tout à fait légitime pour ces peuples autochtones qui ont contribué à
    bâtir ce pays.

    L'égalité des chances à la réussite en éducation est une préoccupation
    majeure de la Centrale des syndicats du Québec et de ses membres. Le
    gouvernement fédéral et l'ensemble des gouvernements des provinces sont
    responsables de défendre à tout prix le droit de toutes et de tous de
    recevoir une éducation publique de qualité et de créer les conditions
    nécessaires permettant l'expression d'un tel droit. Il est évident que
    votre gouvernement manque aujourd'hui à ses devoirs pour assurer ce droit
    aux Premières Nations.

    Monsieur Harper, j'en appelle aujourd'hui à votre conscience et à celle
    des membres de votre gouvernement afin que vous preniez les mesures
    nécessaires pour corriger sans tarder les orientations déplorables prises
    par votre gouvernement dans le cadre de son dernier budget alors que les
    besoins urgents en éducation des Premières Nations ont été oubliés.

    Je vous rappelle, en terminant, que le maintien délibéré des écoles
    autochtones dans une situation de précarité, comme c'est le cas
    présentement, est indigne des valeurs de justice, de solidarité et
    d'égalité qui tiennent à coeur à l'ensemble des citoyennes et des
citoyens
    de ce pays.

    Des valeurs auxquelles ont droit d'aspirer, pour le bien-être de leurs
    peuples, les Premières Nations et qui s'expriment, entre autres, à
    travers l'accessibilité à des écoles bien financées disposant de
    ressources et de services de qualité égale aux écoles accessibles à
    l'ensemble de leurs concitoyennes et concitoyens à travers ce pays.

    Je vous remercie de l'attention que vous porterez à la présente et vous
    prie d'accepter, Monsieur le Premier Ministre, mes salutations les plus
    distinguées.

    Réjean Parent, président
    Centrale des syndicats du Québec


    Profil de la CSQ

    La CSQ représente quelque 155 000 membres, dont plus de 100 000 dans le
secteur public. Elle est l'organisation syndicale la plus importante en
éducation au Québec. La CSQ est également présente dans les secteurs de la
santé et des services sociaux, des services de garde, du municipal, des
loisirs, de la culture, du communautaire et des communications.




Renseignements :

Renseignements: Marjolaine Perreault, Attachée de presse CSQ, (514)
356-8888, poste 2610, cell.: (514) 235-5082, perreault.marjolaine@csq.qc.net


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.