Les Travailleurs et travailleuses unis de l'alimentation et du commerce (TUAC-FTQ) appuient les étudiants dans leur lutte contre la hausse des frais de scolarité

MONTRÉAL, le 6 nov. 2011 /CNW Telbec/ - Le directeur québécois des TUAC et vice-président de la FTQ, Louis Bolduc, ainsi que tous les exécutifs des sections locales québécoises des TUAC, joignent leurs voix à celles des fédérations étudiantes et marcheront à leurs côtés contre la hausse des frais de scolarité le 10 novembre prochain.

« Décrétée unilatéralement par le gouvernement Charest, la hausse de 1625 $ par année des frais de scolarité est inadmissible. Faire passer les frais de scolarité aux études universitaires à 4700 $ par année en 2016, c'est nuire aux chances des familles de classe moyenne d'assurer à leurs enfants une éducation postsecondaire », dénonce Louis Bolduc.

Celui-ci rappelle que les familles et les étudiants membres des TUAC sont directement touchés par cette annonce. En effet, la hausse des frais de scolarité empêchera un grand nombre de jeunes issus des milieux moins favorisés, ainsi que de la classe moyenne d'avoir accès aux bancs d'université ou accroîtra substantiellement l'endettement de cette tranche précise de la population.

Le directeur québécois des TUAC s'inquiète également du fait que cette augmentation obligera beaucoup d'étudiants à travailler encore plus pour joindre les deux bouts. Il cite à cet effet une récente étude de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) qui démontre que la moitié des étudiants au Baccalauréat vivent avec moins de 12 200 $ par an, ils travaillent en moyenne plus de 16 heures/semaine et leur endettement après étude est en moyenne de 14 000 $. Que sera le tableau en 2016?

Les TUAC estiment finalement que l'augmentation des frais de scolarité représente un danger réel pour les jeunes familles. Selon les données de l'Enquête canadienne sur les capacités financières (Statistique Canada 2011), Un couple âgé de 19 à 34 ans avait en 2009 un ratio d'endettement avant impôt de 180 %. C'est-à-dire pour chaque tranche de 1 000 $ gagnés, ils avaient une dette de 1 800 $. « Les jeunes familles ont déjà un lourd endettement. Ce que fait le gouvernement, c'est simplement creuser le gouffre financier des jeunes étudiants qui débutent dans la vie », rajoute Louis Bolduc.

Les TUAC souhaitent un règlement rapide entre les organisations étudiantes et le gouvernement sur cette question. « Un conflit, ça se règle à la table de négociation avec un dialogue entre les parties », a conclu Louis Bolduc.

SOURCE TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES UNIS DE L'ALIMENTATION ET DU COMMERCE, SECTION LOCALE 500 (TUAC 500)

Renseignements :

Nicolas Lemieux
514 378-2205
nlemieux@tuac500.ca

Profil de l'entreprise

TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES UNIS DE L'ALIMENTATION ET DU COMMERCE, SECTION LOCALE 500 (TUAC 500)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.