Les transplantations font augmenter le taux de survie des jeunes patients souffrant d'insuffisance rénale



    Plusieurs jeunes patients reçoivent des organes provenant de leurs
    parents ou d'autres membres de la famille, de sorte que le nombre de
    donneurs vivants a quadruplé

    OTTAWA, le 28 fév. /CNW Telbec/ - L'augmentation du recours aux
transplantations rénales chez les jeunes patients explique en partie
l'accroissement du taux de survie des jeunes chez qui on a diagnostiqué une
insuffisance rénale. Cette observation est tirée du rapport Traitement du
stade terminal de l'insuffisance organique au Canada, 1996 à 2005 (rapport
annuel de 2007) de l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS), un
nouveau rapport qui comprend pour la première fois un chapitre spécial portant
sur les jeunes patients, soit ceux âgés de 19 ans et moins, qui sont au stade
terminal de l'insuffisance rénale (STIR).
    Bien que le nombre de jeunes Canadiens chez lesquels on a récemment
diagnostiqué une insuffisance rénale au stade terminal soit demeuré
relativement stable année après année de 1981 à 2005 (nombre le plus faible de
66 et le plus élevé, de 103), le taux de survie a augmenté considérablement
depuis 1981, et ce, essentiellement en raison de l'augmentation du nombre de
transplantations rénales chez les jeunes patients. Le nombre de jeunes au STIR
a augmenté de 169 % entre 1981 et 2005 (550).
    "Un diagnostic d'insuffisance rénale en début de vie peut entraîner des
conséquences permanentes d'une grande portée", affirme Margaret Keresteci,
gestionnaire des Registres cliniques à l'ICIS. "La bonne nouvelle, c'est que
les enfants souffrant d'insuffisance rénale vivent plus longtemps depuis que
la transplantation est devenue le traitement par excellence pour ces
patients."
    La grande majorité des jeunes patients souffrant d'insuffisance rénale
vivent avec un greffon rénal; leur taux est passé d'un peu plus de 44 % en
1981 à 77 % en 2005. Inversement, au cours de cette période, la proportion
d'enfants en dialyse a baissé, passant de 56 % en 1981 à 22 % en 2005. En ce
qui concerne les patients soignés entre 1991 et 2000, le taux de survie sur
cinq ans des jeunes patients au STIR qui vivent avec un greffon rénal était
beaucoup plus élevé (96 %) que celui des jeunes patients en dialyse (84 %).
    "Nous considérons que l'augmentation des transplantations et la baisse
parallèle des traitements de dialyse constituent un pas dans la bonne
direction en ce qui concerne la qualité de vie des jeunes patients, déclare le
Dr M. Clermont, pédonéphrologue à l'hôpital Ste-Justine de Montréal.
L'insuffisance rénale à elle seule peut être dévastatrice pour un enfant au
STIR et pour sa famille. Elle l'est encore plus lorsqu'elle est combinée à une
dialyse sur le plan du développement physique, de la qualité de vie et de la
longévité."

    Les enfants ont davantage de chances de vivre avec un greffon rénal que
    les patients adultes au STIR

    En 2005, la proportion de jeunes patients au STIR qui vivent avec un
greffon (77 %) était beaucoup plus élevée que celle des patients de 20 ans ou
plus (39 %). Les jeunes patients en traitement pour insuffisance rénale
étaient aussi beaucoup plus susceptibles de bénéficier d'une transplantation
préventive (23 %) que les patients adultes à qui on prodiguait le même
traitement (3 %). Par transplantations préventives, on entend celles qui sont
subies par les patients n'ayant jamais entrepris de dialyse.

    Dons d'organes des parents ou des frères et soeurs aux jeunes patients

    Le nombre de reins donnés à de jeunes Canadiens par un donneur vivant a
quadruplé au cours de la période d'étude de 25 ans et la majorité de ces
organes (90 %) proviennent d'un parent (78 %) ou d'une soeur ou un frère
(12 %). "Nous savons que les jeunes patients en traitement pour insuffisance
rénale chronique qui reçoivent un greffon rénal réussissent mieux que les
patients en dialyse, ajoute Margaret Keresteci. Rien n'illustre mieux le don
de vie que les changements positifs que nous avons observés dans les résultats
des jeunes Canadiens au STIR. Une transplantation est synonyme d'une
amélioration remarquable de la qualité de vie et de meilleures chances de
survie à long terme".
    L'information sur le nombre d'enfants en attente d'une transplantation
est disponible uniquement pour la période de 1996 à 2005. Pendant cette
période, le nombre de patients en attente d'une transplantation rénale a
diminué de 59 en 1996 à 23 en 2005. Cette baisse constante est différente de
la tendance observée chez les patients adultes au STIR. En effet, le nombre de
patients adultes en attente d'une greffe a augmenté de 2 331 en 1996 à 2 920
en 2005. Aucun décès n'a été enregistré chez les jeunes patients en attente
d'une transplantation rénale en 2004 et 2005.

    
    Autres faits saillants du rapport

    Voici d'autres faits marquants du rapport Traitement du stade terminal de
l'insuffisance organique au Canada, 1996 à 2005 :

    Transplantations hépatiques :

    -  Le nombre annuel de premières transplantations hépatiques pratiquées
       sur des jeunes patients a augmenté de 24 % de 1996 à 2005.
    -  En date du 31 décembre 2005, 713 patients (de tous âges) étaient en
       attente d'une transplantation hépatique au Canada.
    -  Le nombre de transplantations hépatiques a augmenté de façon constante
       au cours de la décennie; l'augmentation globale s'établit à 241 %.

    Transplantations cardiaques :

    -  Le nombre d'enfants âgés de moins d'un an ayant reçu un coeur a
       fluctué tous les ans au cours de la période visée de 25 ans; le nombre
       le plus élevé, soit 15, a été enregistré en 2005.
    -  De 1996 à 2005, 1 564 patients (de tous âges) ont reçu une première
       transplantation cardiaque et 58 d'entre eux ont dû recevoir une
       deuxième transplantation.

    Transplantations pulmonaires :

    -  De 1996 à 2005, 38 personnes de moins de 18 ans ont reçu une première
       transplantation pulmonaire.
    -  Le nombre de transplantations pulmonaires chez les adultes a augmenté
       de 91 % de 1996 à 2005 (de 76 à 145).

    Transplantations pancréatiques :

    -  De 1996 à 2005, le Canada a enregistré 553 transplantations
       pancréatiques.

    Donneurs d'organes :

    -  Au Canada, le nombre de donneurs d'organes décédés (de tous âges) a
       très peu changé de 1996 (419) à 2005 (414).
    -  De 1996 à 2005, on dénombrait 4 006 donneurs vivants (de reins et de
       foies seulement).  Le nombre de donneurs vivants est passé de 265 en
       1996 à 502 en 2005.

    A propos de l'ICIS

    L'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) recueille de
l'information sur la santé et les soins de santé au Canada, l'analyse, puis la
rend accessible au grand public. L'ICIS a été créé par les gouvernements
fédéral, provinciaux et territoriaux en tant qu'organisme autonome sans but
lucratif voué à la réalisation d'une vision commune de l'information sur la
santé au Canada. Son objectif : fournir de l'information opportune, exacte et
comparable. Les données que l'ICIS rassemble et les rapports qu'il produit
éclairent les politiques de la santé, appuient la prestation efficace de
services de santé et sensibilisent les Canadiens aux facteurs qui contribuent
à une bonne santé.
    




Renseignements :

Renseignements: Véronique Perron, (613) 241-7860, poste 4143, Cell.:
(613) 725-4097, vperron@icis.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.