Les tendances qui se dessinent semblent prometteuses pour les Autochtones canadiens : Services économiques TD



    TORONTO, le 11 juin /CNW/ - Un nouveau rapport des Services économiques
TD soutient qu'une transformation économique pourrait enfin s'opérer sous peu
pour les Autochtones et leurs communautés (www.td.com/economics). Ce rapport
attribue principalement l'amélioration de leurs conditions à un "alignement
des intérêts" des communautés autochtones, du monde des affaires et des
gouvernements.
    Don Drummond, économiste en chef, et Derek Burleton, directeur, Analyse
économique, à la Banque TD constatent que les tendances sont en train de
converger. Premièrement, les communautés autochtones recherchent plus
d'occasions d'affaires dans l'économie de marché. Deuxièmement, un nombre
croissant d'entreprises canadiennes prennent conscience qu'employer des
Autochtones et s'associer à leurs communautés constituent une judicieuse
stratégie d'affaires. Troisièmement, les gouvernements fédéral et provinciaux
établissent des liens entre les problèmes éducationnels et sociaux des
Autochtones et les futurs défis liés à la prospérité au Canada.
    "La nature de ces intérêts se renforçant mutuellement représente un
facteur de développement positif pour le Canada, affirme M. Burleton,
directeur des études économiques des Services économiques TD. Tous les
Canadiens ont un intérêt direct dans les perspectives économiques qui
s'ouvrent aux Autochtones, puisque ces derniers représentent le segment le
plus jeune et connaissent la plus forte croissance de notre population, et
qu'ils constitueront par conséquent une partie de plus en plus grande de notre
main-d'oeuvre. L'avenir de notre économie est inextricablement lié au leur."

    Portrait d'un jeune entrepreneur autochtone

    Selon certaines estimations, il y aurait quelque 27 000 entreprises
appartenant à des Autochtones qui évoluent dans un large éventail de secteurs
partout au pays - des sociétés aériennes aux entreprises de services, en
passant par des compagnies d'approvisionnement de l'industrie minière. Les
propriétaires de ces entreprises voient des occasions de combler les vides qui
ont été laissés par les échecs passés du marché. Par exemple, une pénurie de
crédit dans les réserves a posé un problème particulier, entre autres en
raison du fait que les biens immobiliers et personnels qui se trouvent dans
les réserves ne peuvent pas être utilisés comme garantie à un prêt. C'est pour
cette raison que l'on a vu apparaître des institutions financières appartenant
à des Autochtones, notamment la Banque des Premières Nations du Canada.
Aujourd'hui, on compte plus de 50 sociétés de financement et institutions
financières autochtones à l'échelle du Canada.
    Monsieur Burleton souligne : "Un facteur important dans l'émergence
d'entreprises autochtones est la conviction grandissante des Autochtones
qu'ils peuvent s'intégrer à l'économie dominante sans sacrifier leurs valeurs
fondamentales, dont la principale est la protection des terres et de
l'environnement." Le rapport fait ainsi ressortir que les entrepreneurs
autochtones se distinguent vraiment dans des secteurs tels que les énergies
renouvelables et le développement d'énergies de remplacement.

    Les partenariats avec le secteur privé commencent à prendre leur envol

    Le nombre croissant de partenariats entre les entreprises autochtones et
non autochtones, principalement dans l'Ouest du Canada, est un signe
particulièrement encourageant. Dans une certaine mesure, le facteur
déterminant pour la création de partenariats dans le secteur des ressources a
été de nature juridique - en l'occurrence, la nécessité de consulter et de
dédommager les communautés autochtones qui découle de quelques jugements
rendus par la Cour suprême en 2004. Cependant, un nombre croissant
d'entreprises de tous les secteurs s'inquiètent des pénuries de main-d'oeuvre
à plus long terme, et cherchent activement des solutions. Une possibilité
consiste à s'efforcer davantage de tisser des liens avec les populations
sous-représentées comme le peuple autochtone.

    Obstacles à surmonter

    Les données du recensement de 2006 ont révélé que les Autochtones ont
repris une partie du terrain perdu sur le plan des performances du marché du
travail, notamment en ce qui a trait aux chiffres liés à l'emploi et au
revenu. Toutefois, cette bonne nouvelle est quelque peu assombrie lorsqu'on
considère d'autres éléments de ces données. Premièrement, il semble que les
communautés des Premières nations vivant dans les réserves s'en tirent
beaucoup moins bien sur presque tous les autres comptes. Deuxièmement, l'écart
dans les taux d'achèvement des études secondaires, plus précisément dans les
réserves, est resté considérable.
    "Dans un sens, la forte expansion du secteur des ressources qui a pris
fin au milieu de 2008 a eu des conséquences fâcheuses parce qu'elle a
probablement convaincu beaucoup de jeunes Autochtones d'abandonner une
éducation officielle au profit d'un bon revenu, explique M. Burleton. Le
secteur des ressources suit un cycle et lorsqu'il est en baisse, comme cela a
été le cas dernièrement, il est difficile de retomber sur ses pieds si on n'a
pas une éducation plus variée et supérieure. C'est pourquoi il ne faut pas
laisser les flambées des secteurs des ressources et de la construction, ainsi
que les avantages qu'ils procurent en matière d'emploi aux Autochtones, nous
distraire de l'impératif de l'éducation."
    Heureusement, les gouvernements canadiens et les communautés autochtones
commencent à mettre en place des solutions novatrices permettant de relever
cet important défi, notamment en créant des modèles axés sur la collaboration,
en offrant des cours en ligne et en s'efforçant de rendre l'éducation
"pertinente" pour les Autochtones. Un certain nombre d'établissements
postsecondaires ont aussi élaboré des programmes et des services novateurs.
Toutefois, d'autres aspects clés n'ont pas bénéficié d'une attention aussi
soutenue, tels que l'éducation des adultes; ou ne suscitent pas nécessairement
l'intérêt désiré, comme la prise en charge par le secteur privé des programmes
coopératifs destinés aux étudiants autochtones.
    L'état lamentable de l'infrastructure dans les réserves ainsi que les
limites imposées par la Loi sur les Indiens sont deux autres obstacles qui
nuisent à la réussite économique de ces communautés. Le budget 2009 du
gouvernement fédéral, qui a annoncé un acompte de 1,4 milliard de dollars pour
la formation des Autochtones et l'amélioration de leurs infrastructures est un
pas dans la bonne direction. De plus, le gouvernement fédéral est en train
d'élaborer un nouveau cadre stratégique pour le développement économique des
Autochtones, un cadre qui pourrait inclure des modifications nécessaires à la
Loi sur les Indiens.

    De l'information plus complète

    Il n'est pas possible de régler adéquatement les problèmes auxquels font
face les communautés autochtones si on n'en connaît pas l'ampleur et qu'on ne
peut la mesurer. Malheureusement, il y a de gros trous dans les données,
particulièrement en ce qui concerne l'information sur le marché du travail.
Pour diverses raisons, certaines des bandes les plus importantes au pays n'ont
pas participé au recensement. En outre, on estime qu'un quart des résidents se
trouvant dans 166 autres réserves autochtones n'ont pas été recensés. On
exhorte donc toutes les parties à collaborer à la résolution de ce problème.

    La TD est optimiste

    "Nous avons bon espoir que l'alignement des intérêts mutuels entre les
divers intervenants pourra marquer le début d'une transformation positive plus
significative des résultats liés au marché du travail et à l'éducation des
Autochtones dans l'avenir, conclut M. Burleton. La réussite économique des
communautés autochtones sera bénéfique pour tous les Canadiens, car elle
contribuera à accroître les revenus des gouvernements, à réduire les coûts des
services sociaux et à augmenter la productivité."





Renseignements :

Renseignements: Don Drummond, Services économiques TD,
don.drummond@td.com, C : (416) 473-5720; Derek Burleton, Services économiques
TD, derek.burleton@td.com, (416) 982-2514


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.