Les TCA exigent que GM maintienne un quart de travail à l'usine de camions d'Oshawa



    TORONTO, le 3 juin /CNW/ - Les TCA exigent que GM maintienne au moins un
quart de travail à son usine de montage de camions d'Oshawa après que
l'entreprise eut semé la consternation en annonçant ce matin qu'elle
interromprait la production à ces installations après le troisième trimestre
de 2009.
    "General Motors a une obligation envers notre syndicat et ses membres et
envers la population canadienne en général, celle de conserver au moins une
partie de ses activités de fabrication de camions dans ce pays", a déclaré
Buzz Hargrove, président des TCA. Selon lui, l'annonce faite par GM
aujourd'hui porte un "coup épouvantable" à l'industrie automobile canadienne
qui est déjà chancelante.
    "Nous savons que, dans l'ensemble, le marché des gros véhicules de GM,
dont les camionnettes, traverse une douloureuse période d'ajustement", a
souligné M. Hargrove. "Cependant, cela ne donne pas le droit à l'entreprise de
violer la récente convention collective et de tourner le dos à tout le
Canada", a-t-il poursuivi.
    Jusqu'au mois de janvier de cette année, l'usine d'Oshawa exerçait ses
activités avec trois quarts de production. Les employés du troisième quart ont
été mis à pied en janvier en raison du déclin des ventes de camions. En avril,
GM a annoncé son intention de licencier les employés du deuxième quart de
travail à l'automne, mais cette mesure a été retardée par suite des récentes
négociations contractuelles entre les TCA et l'entreprise.
    En vertu de l'entente conclue, GM s'engageait à maintenir deux quarts de
travail à l'usine de camions (les employés de chaque quart devant travailler
en alternance) jusqu'en septembre 2009. GM s'engageait également à attribuer
aux installations d'Oshawa la production de sa prochaine génération de
camions, le modèle 10XX. Le lancement de cette nouvelle génération de
véhicules était initialement prévu pour 2011-2012.
    "Les TCA viennent tout juste de conclure avec GM une convention
collective qui s'inscrit dans une démarche préventive et responsable et qui,
de l'aveu même de l'entreprise, renforce considérablement la capacité
concurrentielle de ses installations canadiennes", a ajouté M. Hargrove.
"Cette entente permettra à GM d'économiser plusieurs centaines de millions de
dollars au cours des trois prochaines années. L'annonce de GM constitue une
violation évidente de l'engagement de l'entreprise envers nos membres, leurs
familles et la collectivité."
    "Les autres entreprises avec lesquelles nous traitons sont en train de
renforcer leur présence au Canada par de nouveaux investissements", a expliqué
M. Hargrove en mentionnant les engagements en matière de produits de plusieurs
établissements de Ford et de Chrysler. "GM jouit d'un avantage indéniable sur
le plan de la productivité au Canada par rapport aux autres fabricants
d'automobiles, et ses installations canadiennes ont gagné de nombreux prix de
qualité. Pourtant, l'entreprise choisit d'interrompre sa production de camions
au Canada."
    "Les constructeurs d'automobiles d'Amérique du Nord traversent une
période difficile, mais cette décision est totalement injustifiée. C'est une
insulte quand on pense au rôle qu'ont joué les travailleurs et les
consommateurs canadiens dans l'histoire de cette entreprise", a ajouté
M. Hargrove.
    Buzz Hargrove a souligné que GM a vendu près de 100 000 camionnettes au
Canada l'an dernier. Les ventes sont en baisse de 15 % cette année, mais elles
sont meilleures que les ventes de GM au sud de la frontière. "Il ne fait aucun
doute que GM vend suffisamment de camions au Canada pour justifier le maintien
d'un quart de travail à cette usine", a affirmé M. Hargrove.
    M. Hargrove a demandé aux gouvernements provincial et fédéral d'exhorter
GM à conserver au moins un quart de travail à l'usine après le troisième
trimestre de 2009, soit jusqu'au début de la production du nouveau modèle de
camion. Il a promis de travailler en étroite collaboration avec les deux
ordres de gouvernement et l'entreprise pour faire en sorte que la production
de la nouvelle génération de camions soit attribuée à Oshawa dès que possible.
    Il a fait remarquer que la mesure projetée par GM n'aurait pas été
possible en vertu des règles de l'ancien Pacte de l'automobile entre le Canada
et les Etats-Unis, car celui-ci obligeait les entreprises participantes à
maintenir au Canada des activités de production d'automobiles et de camions
légers proportionnelles aux ventes qu'elles génèrent au pays.
    M. Hargrove a une fois de plus demandé au gouvernement fédéral de
soutenir l'industrie plus activement. "Les allégations selon lesquelles le
pays peut simplement ignorer la crise qui secoue l'industrie se révèlent
fausses chaque jour", a-t-il précisé. Les données du premier trimestre sur le
PIB qui ont été dévoilées par Statistique Canada vendredi dernier confirment
que le déclin de l'industrie automobile au Canada entraîne l'ensemble de
l'économie canadienne vers la récession.
    "Voilà une autre catastrophe qui se produit dans la cour de Jim Flaherty.
La région touchée a vu le chômage progresser de 18 % le mois dernier
seulement, le rythme le plus élevé au Canada. Quand est-ce que le ministre et
ses collègues s'ouvriront les yeux et reconnaîtront que nous avons un
problème?"
    "Contrairement au gouvernement fédéral qui choisit l'inaction, le
gouvernement de l'Ontario a fait tout son possible pour soutenir les
investissements et les emplois dans l'industrie automobile", a poursuivi Buzz
Hargrove. "Sans le soutien de la province (notamment par sa participation au
projet Beacon de GM), l'industrie serait dans une situation bien plus
périlleuse aujourd'hui. Mais il faut que les deux ordres de gouvernement
s'engagent à nous assurer une part des futurs investissements et emplois", a
mentionné M. Hargrove.
    Pendant la plus récente ronde de négociation, le Syndicat des TCA et ses
membres n'ont ménagé aucun effort pour consolider la présence de GM à Oshawa,
notamment en acceptant un gel de salaire pour une période de trois ans et de
nombreuses mesures visant à réduire les coûts. "Cette décision prouve une fois
de plus que les problèmes de cette industrie ne peuvent pas être résolus à la
table de négociation", a conclu M. Hargrove.





Renseignements :

Renseignements: Shannon Devine, communications, Syndicat des TCA, (416)
302-1699 (cell.); ou Angelo DiCaro, (416) 606-6311 (cell.)

Profil de l'entreprise

Syndicat des TCA

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.