Les services psychiatriques aux personnes qui souffrent d'un cancer doivent être maintenus et renforcés



    MONTREAL, le 19 juin /CNW Telbec/ - L'Association des médecins
psychiatres du Québec et la Société québécoise de consultation-liaison et
médecine psychosomatique réitèrent l'importance et la pertinence du travail
clinique des psychiatres auprès des individus porteurs d'un cancer. Selon les
organismes, les services psychiatriques intégrés dans les programmes de soins
dédiés aux personnes qui souffrent d'un cancer doivent être maintenus et
renforcés. Ils ont un impact significatif sur la santé publique.
    Cette déclaration est faite à l'issu du 41e congrès de l'Association des
médecins psychiatres du Québec qui vient de se tenir à Mont-Tremblant.
    Les psychiatres québécois rappellent que le cancer constitue pour la
vaste majorité des gens une des expériences les plus éprouvantes de leur vie.
Pour les personnes qui en ont souffert, l'anxiété de la récidive est une
véritable épée de Damoclès.
    Plusieurs conférences ont porté sur ce thème lors d'un important
symposium dirigé par le Dr Yves Quenneville, un grand nom de la psychiatrie
québécoise dans ce domaine.
    Selon la Dre Annie Tremblay de Québec, "Le psychiatre est le spécialiste
le mieux formé pour départager les réactions psychologiques normales de celles
secondaires à la maladie ou aux traitements. Les interventions spécialisées en
santé mentale ont prouvé qu'elles pouvaient avoir un impact significatif sur
la qualité de vie des gens souffrant d'un cancer. On ne peut considérer la
psycho-oncologie comme un luxe dans notre système de santé."
    Le Dr Nago Humbert, directeur des soins palliatifs du CHU Ste-Justine, a
rappelé que c'est seulement depuis une vingtaine d'années que l'on soulage
adéquatement la douleur chez l'enfant. "Les jeunes enfants, les adolescents et
leur entourage réagissent différemment à l'expérience du cancer et ont des
besoins très différents en termes de santé mentale. Ils méritent notre
attention."
    Pour un autre conférencier, le Dr Karl Looper de Montréal, près de 50%
des nouveaux cas de cancer et les deux tiers des décès associés surviennent
chez les personnes âgées de plus de 70 ans. Des études récentes, menées par
son équipe à l'Hôpital général juif-Sir Mortimer B. Davis - IPCF, ont révélé
que les personnes âgées ne reçoivent pas les mêmes services et traitements
pour un cancer que les personnes adultes. Il ajoutait : "Les personnes âgées
sont certainement plus fragiles et pourraient ne pas supporter certains
traitements, mais il y a des préjugés qui portent certains cliniciens à ne pas
leur offrir toutes les alternatives des traitements."
    Ce rappel de l'Association des médecins psychiatres du Québec et de la
Société québécoise de consultation-liaison et médecine psychosomatique est
fait au moment où le Gouvernement du Québec s'apprête à mettre en oeuvre le
Plan d'action en santé mentale, avec le transfert possible des ressources des
2e et 3e lignes vers la 1re ligne.




Renseignements :

Renseignements: Normand Beaudet, (514) 971-5490,
normand.beaudet@gmail.com


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.