Les salariés canadiens donnent à leurs employeurs un "B" comme note dans leur bulletin de fin d'année, d'après un sondage de RBC



    Le sondage révèle quelques "A", bon nombre de Canadiens étant satisfaits
    de leur emploi

    TORONTO, le 20 déc. /CNW/ - Les salariés canadiens ont donné à leurs
employeurs la note de passage dans leurs évaluations de fin d'année, avec
quatre fois plus de B et de C que de A, d'après une nouvelle étude sur le lieu
de travail de RBC qui révèle que, si les Canadiens sont aussi satisfaits de
leurs emplois qu'en 1998, le pourcentage de salariés "très satisfaits" a
nettement diminué.
    Le sondage RBC, effectué par Ipsos Reid sur le thème de la course au
talent canadien, révèle que, dans l'appréciation de leurs employeurs et de
leur cadre de travail globalement, les Canadiens se montrent sévères, moins
d'un travailleur sur cinq (18 pour cent) accordant un A, 43 pour cent un B,
alors que 28 pour cent pensent que leur employeur mérite tout juste la
moyenne, C. Moins de un sur dix (8 pour cent) pense que son lieu de travail ne
mérite pas plus qu'un D globalement, alors que trois pour cent ont attribué
une note inférieure à la note de passage.
    "Un bulletin comportant beaucoup de B et de C indique généralement un
besoin d'amélioration, et c'est aussi le cas ici, dit Christianne Paris,
vice-présidente, Apprentissage et recrutement RBC. Les employeurs déterminés à
réussir devront faire davantage d'efforts et savoir mieux attirer et garder
dans leurs rangs des employés de valeur, dans le paysage concurrentiel
actuel."
    Selon le sondage, près de neuf Canadiens sur dix (86 pour cent) sont
satisfaits de leur emploi, mais seulement un tiers (36 pour cent) se disent
très satisfaits. Cela représente un changement important par rapport à 1998,
la dernière fois que RBC a pris le pouls du monde du travail au Canada et où
la moitié (49 pour cent) des salariés se disaient très satisfaits de leur
emploi.

    
    -------------------------------------------------------------------------
                  Très        Plutôt        Plutôt          Très
               satisfaits   satisfaits   insatisfaits   insatisfaits
    -------------------------------------------------------------------------
    2007           36 %         50 %          10 %           4 %
    -------------------------------------------------------------------------
    1998           49 %         36 %           8 %           6 %
    -------------------------------------------------------------------------
    1997           47 %         39 %           9 %           5 %
    -------------------------------------------------------------------------
    1996           42 %         46 %           8 %           4 %
    -------------------------------------------------------------------------
    

    Les salariés qui ont tendance à être le plus satisfaits de leur emploi
sont les plus âgés, ceux qui occupent des postes de haute direction et ceux
qui gagnent plus de 40 000 $ par année.
    Bon nombre de Canadiens ne sont pas contents du tout de leur emploi.
Seulement la moitié des répondants (51 pour cent) trouvent leur travail
stimulant et intéressant, alors que 15 pour cent vont jusqu'à dire que leur
emploi est extrêmement ennuyant. Un peu moins de la moitié (47 pour cent)
trouvent qu'il est de plus en plus difficile de joindre les deux bouts, et
38 pour cent considèrent leur emploi comme un simple moyen de gagner leur vie
plutôt que comme une carrière. Un tiers (32 pour cent) pensent qu'il existe
beaucoup de bons emplois, mais pas d'excellents emplois alors que 28 pour cent
croient occuper un emploi sans potentiel de promotion.
    Les trois quarts de la population active du Canada (74 pour cent) jugent
important de travailler chez un employeur dont les valeurs concordent avec les
leurs, ce qui prouve que la manière dont les entreprises mènent leurs affaires
joue aussi un énorme rôle dans la perception qu'ont les salariés de leur
travail et de leur employeur. Il est aussi remarquable que presque tous
(87 pour cent) conviennent qu'il est important d'aimer et d'apprécier le genre
de travail qu'ils font et que plus de la moitié (63 pour cent) conviennent
qu'ils ont besoin d'être constamment mis au défi.
    En ce qui concerne les relations personnelles avec leurs employeurs,
59 pour cent disent respecter leur employeur, mais seulement la moitié
(48 pour cent) lui font confiance et ont un important sentiment de fidélité à
son égard (52 pour cent). En fait, si on leur offrait un emploi comparable
mieux payé ailleurs, 28 pour cent resteraient où ils sont. Le même pourcentage
(23 pour cent) qui considèrent l'atmosphère sur leur lieu de travail
déprimante pense aussi que leurs employeurs ne se soucient que des
actionnaires. Quatorze pour cent craignent de perdre leur emploi.
    "La concurrence pour attirer les travailleurs canadiens est déjà féroce
et elle continuera de l'être encore plus au cours de prochaines années à
mesure que les baby boomers s'approcheront de l'âge de la retraite, fait
remarquer Mme Paris. Il est crucial de créer des environnements de travail
inclusifs où des gens de toutes les générations veulent travailler et
apprécier leur emploi et leur cadre de travail pour continuer de faire avancer
l'économie du pays à plein régime."
    Ce sondage est le premier d'une série sur la main-d'oeuvre au Canada
effectué pour RBC par Ipsos Reid. Ces conclusions sont tirées d'un sondage RBC
effectué par Ipsos Reid du 5 au 15 novembre 2007. Le sondage est basé sur des
entretiens téléphoniques avec un échantillon sélectionné au hasard de 2 052
travailleurs à temps plein et à temps partiel canadiens. Avec un échantillon
de cette taille, les résultats sont considérés comme précis à +/- 2,2 points
de pourcentage près, 19 fois sur 20, comparativement à ce qu'ils auraient été
si l'ensemble de la population adulte canadienne avait été consultée. Ces
données ont été pondérées statistiquement pour assurer que la composition de
l'échantillon par région et par âge et sexe reflète celle de la population
canadienne réelle d'après les données du recensement de 2006.





Renseignements :

Renseignements: Contact médias: Raymond Chouinard, (514) 874-6556

Profil de l'entreprise

RBC (French)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.