Les salaires des cadres : hors de contrôle

MONTRÉAL, le 9 févr. /CNW Telbec/ - Le chef de la 2e opposition à l'Hôtel de ville et conseiller de Jeanne-Mance, Richard Bergeron, et Peter McQueen, conseiller de Notre-Dame-de-Grâce, et porte-parole de Projet Montréal en matière de finances et de fiscalité, ont rendu public, mercredi matin, les données obtenues en vertu de la loi sur l'accès à l'information, dans le cadre d'une vaste enquête de Projet Montréal sur les salaires des cadres octroyés par la Ville de Montréal et ses organismes associés tels que la STM et la société du parc Jean-Drapeau. « Les employés de la Ville de Montréal, y compris ses cadres, méritent une augmentation salariale annuelle, mais les données que nous avons pu colliger montrent qu'il y a nettement exagération au niveau des hausses accordées aux cadres, qui reçoivent déjà un salaire plus que concurrentiel », a déploré Richard Bergeron.

« Projet Montréal a dévoilé que les hausses de salaire des cadres de direction de la ville, en 2011, seront de 6,5% à 12%, contrairement aux hausses salariales observées ailleurs dans la fonction publique québécoise et chez les autres employés de la Ville de Montréal, qui se situent autour de 2% », a rajouté Peter McQueen. Il ressort également de l'analyse que les cadres de direction de la STM occupent 13 places dans le top 20 des salaires octroyés par la ville ou ses organismes associés : Yves Devin, le directeur général de la STM est même mieux payé que le directeur général de la ville Louis Roquet (313 188 $ par année contre 300 000 $). L'autre surprise concernait la Société du parc Jean-Drapeau, une paramunicipale, où les cinq directeurs ont touché 63 700 $ en bonus l'an dernier, un sommet.

La STM, championne des augmentations de salaire

Une restructuration au sein de la haute direction de la Société de Transport de Montréal (STM) a résulté en l'ajout de 4 postes et une augmentation de 17,6% de la masse salariale des cadres de direction en 2010. S'ils n'ont touché aucun bonus, la quarantaine de directeurs de la STM se sont tout de même partagé une rémunération de 6,2 millions $ en 2010, en hausse de 932 794 $ par rapport à 2009. Projet Montréal a recensé dix hausses entre 8 et 13%, correspondant à des montants additionnels de 18 000 $ à 23 000 $, et une hausse de 23%, équivalent à 32 000 $. « L'argent destiné au transport en commun devrait être investi dans l'amélioration du service avant la rémunération de cadres de direction qui sont toujours plus nombreux, et toujours mieux payés », a déclaré le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron. Il a rappelé au passage que les tarifs du transport collectif ont augmenté de 50% depuis que Gérald Tremblay est maire de Montréal, le prix de la CAM étant passé de 48,50 $ en décembre 2001 à 72 50 $ aujourd'hui.

La société du parc Jean-Drapeau s'octroie de juteux bonus

Projet Montréal a appris que les cinq directeurs de la société du parc Jean-Drapeau ont remporté la palme des bonus les plus juteux, s'accordant des bonus allant de 9 700 $ à 19 400 $ en 2010, pour leur travail effectué en 2009. « Est-il nécessaire de rappeler qu'en 2009, ils ont dû passer un été tranquille vu l'absence du Grand Prix en juin. Sans oublier que l'année dernière, le vérificateur général a vertement critiqué la gestion de la Société du parc Jean-Drapeau dans son rapport annuel, notamment en ce qui concerne son plan directeur, l'entretien des installations et la reddition de compte au comité exécutif », a rappelé Peter McQueen.

C'est le nouveau directeur général de la Société d'habitation et de développement de Montréal (SHDM), Guy Hébert, qui a reçu le plus haut bonus en 2010, soit 25 402 $, en plus de son salaire de 185 076 $. Rappelons que monsieur Hébert est venu à la rescousse de l'organisme en décembre 2008, la SHDM ayant fait couler beaucoup d'encre en 2008 et 2009 à la suite du départ de Martial Fillion et des révélations entourant la vente de terrains au Faubourg Contrecoeur.

On retrouve aussi, dans ce palmarès de bonus, Jean-Guy Gagnon, directeur adjoint du SPVM et candidat malheureux à la chefferie du SPVM, avec un bonus de 17 026 $. Y figure également Pierre Reid, directeur du capital humain devenu contrôleur général de la Ville, qui s'est porté l'an dernier à la défense du maire de Montréal dans le dossier TELUS dans une lettre ouverte publiée dans La Presse, et parmi les plus hauts salariés de la ville, avec un bonus de 13 652 $ en 2010.

Projet Montréal démontre que les dépenses reliées aux salaires des cadres de la Ville de Montréal et de ses organismes affiliés sont hors contrôle. Il devient urgent de réduire le nombre de cadres et de réduire les budgets qui sont associés à leur rémunération. « Dans la situation actuelle des finances publiques de la Ville de Montréal, il est urgent de remettre un peu d'ordre chez nos hauts dirigeants. Il est impensable, au moment où le fardeau fiscal municipal augmente, de 5,8% en 2010 et 4,3% en 2011, que l'on assiste à une explosion des gros salaires chez les cadres de la Ville de Montréal », a conclu Richard Bergeron.

Pour reprendre le contrôle de la situation, Projet Montréal fait trois propositions au maire Gérald Tremblay :

Proposition 1 : Que les cadres de la Ville et organismes affiliés reçoivent les mêmes augmentations de salaire, bonus inclus, que la moyenne des employés de la Ville.

Proposition 2 : Que pour déterminer le juste niveau de rémunération de ses cadres, la Ville utilise des comparables avec le reste du monde municipal québécois et la haute fonction publique du Québec.

Proposition 3 : Que le nombre de cadres au sein de la Ville et de ses organismes affiliés soit réduit d'environ 500 postes pour atteindre un ration de 1 cadre pour 14 employés, contre 1 pour 10 présentement, et que la masse salariale des cadres soit réduite dans les mêmes proportions.

Pour accéder aux différents tableaux explicatifs :
Tableau 1 : Les plus hauts salaires de l'administration montréalaise en 2010
http://www.projetmontreal.org/files/documents/2011_02_09_projetmontreal_document_1297260464_fr.pdf
Tableau 2 : Les plus hauts bonus de l'administration montréalaise en 2009 (versés en 2010)
http://www.projetmontreal.org/files/documents/2011_02_09_projetmontreal_document_1297263098_fr.pdf
Tableau 3 : Les plus hautes augmentations de salaire de l'administration montréalaise (en excluant les élu(e)s) en 2010
http://www.projetmontreal.org/files/documents/2011_02_09_projetmontreal_document_1297260691_fr.pdf
Tableau 4 : Top 50 des salaires des cadres de direction de la Ville de Montréal (excluant la STM, les élu(e)s et le personnel politique), 2009-2010
http://www.projetmontreal.org/files/documents/2011_02_09_projetmontreal_document_1297260773_fr.pdf
Tableau 5 : Les salaires des cadres de direction de la STM et de la Société du parc Jean-Drapeau en 2010
http://www.projetmontreal.org/files/documents/2011_02_09_projetmontreal_document_1297260858_fr.pdf

SOURCE VILLE DE MONTREAL - CABINET DE LA 2E OPPOSITION

Renseignements :

Catherine Maurice
Attachée de presse de la 2e opposition
514 872-3153
514 601-5542
catherine.maurice@ville.montreal.qc.ca

Profil de l'entreprise

VILLE DE MONTREAL - CABINET DE LA 2E OPPOSITION

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.