Les RMU d'Urgences Santé n'en peuvent plus de travailler dans des conditions impossibles qui mettent en péril la sécurité du public



    MONTREAL, le 8 nov. /CNW Telbec/ - "Philippe Couillard et Monique
Jérôme-Forget en porteront la responsabilité!" C'est par ce cri du coeur que
les répondants médicaux d'urgence (RMU) de Montréal et Laval ont dénoncé leurs
conditions de travail qui, année après année, se détériorent à la Corporation
Urgences Santé. C'est maintenant la sécurité du public qui est en jeu, selon
eux.
    Le nombre d'appels à Urgences Santé (Montréal et Laval) augmente d'année
en année. Le centre montréalais est devenu le plus important de ce genre au
Canada, le cinquième en importance en Amérique du Nord. Il dépasse maintenant
son équivalent torontois pour les appels d'urgence.
    Montréal devenant multiethnique, la nature du travail des répondants
change. Les appels ne sont plus simplement en français ou en anglais, ce qui
ajoute à la complexité de la tâche des RMU.
    Le président du syndicat des RMU (SCFP-FTQ), Martin Doyon, explique le
cercle vicieux qui touche le centre de communication santé (CCS). "Nous sommes
constamment en manque de personnel, raconte-t-il. Les salaires des RMU sont
32 % inférieurs à ceux du 9-1-1. Par rapport au centre de Toronto, c'est 60 %
de moins!" Ces piètres conditions de travail ne permettent plus de recruter en
nombre suffisant. Aussi, les RMU sont-ils constamment en manque de personnel.
A Urgences Santé, depuis au moins trois ans, le temps supplémentaire est
devenu la norme quotidienne.
    Pour Marcel Girard, président du Conseil provincial des affaires sociales
(CPAS), cette situation de temps supplémentaire permanent est devenue
insensée. "Je pense que nos dirigeants politiques ne mesurent pas l'état réel
de la situation. On joue à la roulette russe avec la population. Bien sûr,
nous défendons les RMU, mais en ce moment c'est aussi la population qui est à
risque."
    La convention collective des RMU est échue depuis juin 2003. Ils n'ont
reçu aucune indexation ni augmentation de salaire depuis ce temps. Les
salaires horaires varient de 15,12 $ l'heure à 19,82 $ au sommet de l'échelle
salariale, soit le 10e échelon.

    Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-FTQ) représente
quelque 20 000 membres dans la santé et les services sociaux au Québec. En
plus de ce secteur d'activité, le SCFP est présent dans 10 autres secteurs,
entre autres, l'éducation, les municipalités, le transport urbain, le
transport aérien, les sociétés d'Etat et organismes publics québécois,
l'hydroélectricité et les communications. Comptant au total près de
100 000 membres au Québec, il est le plus important syndicat affilié de la
FTQ.
    Ce communiqué et d'autres infos sur le site scfp.qc.ca




Renseignements :

Renseignements: Martin Doyon, prés. syndicat des RMU, cell. (514)
723-5810; Robert Bellerose, Information SCFP, cell. (514) 247-9266; SOURCE:
SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE (FTQ)

Profil de l'entreprise

Syndicat canadien de la fonction publique (FTQ)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.