Les risques de noyade sont élevés parmi les enfants de moins de cinq et les nouveaux canadiens

La Société annonce de nouveaux outils et programmes visant à aider les Canadiens à passer l'été en toute sécurité

Pour consulter le communiqué médias sociaux, cliquez sur ce lien : http://smr.newswire.ca/fr/lifesaving-society/drowning-risk-high-for-children-under-five

TORONTO, le 21 juin 2011 /CNW/ - Même si la natation est considérée comme étant la chose à faire par excellence au Canada au cours de l'été, c'est également le temps de l'année qui statistiquement est le plus dangereux en ce qui a trait à la sécurité aquatique. La Société de sauvetage, un organisme canadien de bienfaisance qui œuvre dans le but de prévenir la noyade, déclare que le risque est beaucoup plus élevé en particulier pour les enfants de moins de cinq ans et les nouveaux Canadiens. La Société se fonde sur les conclusions d'une récente étude et des rapports sur la noyade et désire attirer l'attention plus spécifiquement sur ces deux groupes. Elle annonce de nouveaux programmes et outils qui visent à combler certains des besoins particuliers de ces deux groupes.

Le nouveau Rapport national sur la noyade de la Société de sauvetage indique qu'il y a eu un accroissement des décès par noyade au Canada au cours des dernières années. Jusqu'en 2004, nous avions constaté une tendance à long terme vers une diminution du nombre de noyades au pays. Après avoir atteint un chiffre record à la baisse de 433 décès reliés au domaine aquatique en 2004, il y a eu une remontée à 492 en 2005; 508 en 2006 et 480 en 2007. Ce qui représente en moyenne une augmentation de plus de 10 % par rapport aux trois années antécédentes (soit de 2002 à 2004).

Quoique les statistiques finales sur les noyades de 2008 à 2010 en provenance des coroners en chef et des médecins légistes des provinces et territoires ne soient pas encore disponibles, les données préliminaires que nous avons recueilli en utilisant les médias et les rapports sur Internet indiquent que la tendance se poursuit en 2010. Les noyades rapportées ont augmenté de 10 pour cent l'an dernier en comparaison avec le nombre de noyades rapportées en 2009.

Selon la Directrice à l'éducation du public de la Société de sauvetage, Barbara Byers, la plus grande inquiétude est une augmentation des noyades en 2010 parmi les enfants de moins de cinq ans qui se chiffre à 22 en 2010 par rapport à 14 en 2009.

« Il est très important que tous les Canadiens soient extrêmement vigilants lorsqu'ils sont dans ou autour de l'eau, mais quand il s'agit d'enfants nous devons être encore plus attentifs » a déclaré Byers. « La noyade est la deuxième principale cause de décès parmi les enfants et en réalité elle se produit très rapidement et parfois même en moins de 10 secondes. Les parents et les personnes responsables devraient toujours demeurer à moins de deux pieds des jeunes enfants et les avoir à l'œil lorsque ceux-ci sont près de l'eau. N'importe quelle distance plus grande que deux pieds signifie que vous n'êtes pas à « portée de la main » et elle n'est pas considérée sécuritaire ».

L'acquisition de compétences de base en natation est essentielle dans le but de prévenir les noyades, mais la Société évalue qu'environ la moitié des enfants canadiens n'ont jamais suivi des cours traditionnels de natation. Afin de résoudre cette situation, la Société continue d'intensifier son programme « nager pour survivre » qui enseigne les compétences essentielles requises afin de pouvoir survivre à une chute inattendue en eau profonde. Il existe des programmes « nager pour survivre » dans la majorité des provinces canadiennes. À date, plus de 400 000 enfants de partout à travers le pays ont participé à ce programme.

À Toronto, la Société a intensifié son programme estival « nager pour survivre » en l'offrant dans quatre nouvelles locations, incluant Harbord CI, Downsview SS, Keele Public School et R.H. King Academy. La province de l'Ontario a également investi dans le but d'appuyer l'intensification du programme de subventions pour les écoles du programme « nager pour survivre » en nous offrant une subvention au montant de 2 millions.

Les nouveaux Canadiens sont également plus à risque

Byers a fait la remarque que les nouveaux Canadiens, en particulier ceux qui sont au Canada depuis moins de cinq ans continuent à courir plus de risques que les gens natifs du Canada. Une étude effectuée l'an dernier par la Société a confirmé que les nouveaux Canadiens étaient quatre fois plus à   risque de ne pas pouvoir nager que les personnes étant nées ici.

Cette année, la Société de sauvetage a entrepris une nouvelle recherche qualitative dans le but d'explorer plus en profondeur l'influence de l'ethnicité quant aux attitudes et aux comportements  reliés à  la sécurité aquatique. Afin d'obtenir une plus grande compréhension sur les principales conclusions de l'étude de 2010 intitulée « L'influence de l'ethnicité sur la participation aux activités aquatiques et à la noyade au Canada », la Société a tenu des groupes de discussion dirigée avec des membres de collectivités en provenance de la Chine, de l'Asie du Sud (Inde, Pakistan) et de la collectivité musulmane. Ces groupes étaient composés de parents qui avaient au moins un enfant de moins de 13 ans et qui étaient arrivés au Canada depuis moins de cinq ans. Les participants nous ont transmis leurs histoires personnelles et leurs propres expériences qui ont confirmé les conclusions de l'étude.

« Le plus récent recensement rapporte que la proportion de la population canadienne qui est née à l'étranger a atteint son niveau le plus élevé depuis 75 ans » a souligné Byers. « Près d'une personne sur 5 est née ailleurs ». Notre recherche a confirmé ce que nous pressentions au sujet des différences dans les connaissances et les expériences reliées à la sécurité aquatique. Le fait de parler à des parents qui sont des nouveaux Canadiens d'un peu partout à travers le pays nous a permis de mieux comprendre leurs diverses perspectives et de pouvoir améliorer les moyens que nous prenons dans le but de mieux renseigner tous les Canadiens sur la sécurité aquatique ».

L'étude effectuée par le biais de groupes de discussion dirigée entreprise cette année a confirmé les conclusions de l'étude de 2010 et nous a permis de mieux comprendre l'expérience des nouveaux Canadiens pour ce qui est de la sécurité aquatique.

« Nous nous sommes fait dire encore et encore par les membres de nos groupes de discussion dirigée que la natation était une activité typiquement canadienne » a indiqué Byers. « Beaucoup de gens ont déclaré que les piscines ou les plages n'étaient pas vraiment accessibles dans leur pays d'origine. Ils considèrent que le Canada est un pays au sein duquel le plein air et la natation sont importants et ils désirent que leurs enfants puissent y participer ».

De nouveaux outils s'adressant aux nouveaux Canadiens

La Société a annoncé le lancement au cours de l'été d'une vidéo sur la natation de survie qui décrira clairement les trois principales compétences de base de « nager pour survivre » (Entrée par ROULADE en eau profonde - NAGER SUR PLACE (1 minute) - NAGER (sur 50 m). Cette norme fait partie des compétences minimales que tous les Canadiens devraient acquérir afin de survivre à une chute inattendue en eau profonde. Cette vidéo sera disponible en huit langues dont l'anglais, le français, le mandarin, le cantonnais, l'hindi, le punjabi, le tamil et le portugais. La vidéo d'une durée de 3 minutes sera publiée sur YouTube. Un MIT de 30 secondes ainsi qu'une autre version d'une minute seront distribuées aux câblodistributeurs de partout au pays dans le but qu'ils puissent les passer à l'antenne.

Cette vidéo et le MIT ne sont que quelques-uns des nombreux outils requis afin d'avoir un impact sur la sécurité aquatique et sur la prévention de la noyade parmi un groupe très vulnérable de Canadiens - ceux qui sont arrivés au pays depuis peu » a souligné Byers. La Fondation Stephanie Gaetz Keepsafe a fourni le financement pour la production de cette vidéo.

La Société de sauvetage a également présenté de nombreuses autres initiatives s'adressant aux  nouveaux Canadiens :

  • des cours « nager pour survivre » dans la majorité des provinces - ils sont gratuits dans de nombreuses provinces
  • des cours « nager pour survivre » offerts pendant les heures de classe - pour tous les élèves de la 3e année en Ontario
  • des cours pour les filles seulement dans les villes les plus importantes, incluant Toronto
  • des brochures « nager pour survivre » en 26 différentes langues

La sécurité aquatique est une priorité pour tous les Canadiens

La Société de sauvetage tient à renouveler la mémoire à tous les Canadiens de :

  • suivre un cours de sauvetage et apprendre comment réduire les risques de noyade ainsi qu'apprendre comment intervenir lorsqu'une situation le requière. S'assurer au moins que tous les membres de la famille peuvent réaliser la norme canadienne « nager pour survivre ».
  • toujours porter un gilet de sauvetage ou un vêtement de flottaison individuel (VFI) lorsqu'ils sont à bord d'une embarcation.
  • ne pas consommer de l'alcool lorsque vous conduisez votre bateau.
  • toujours superviser les enfants de près; les garder à portée de la main et lorsque c'est possible choisir de se baigner dans un endroit supervisé par un surveillant sauveteur.

Au sujet de l'étude

En mai 2010, la Société de sauvetage a commissionné à Ipsos Reid Public Affairs une étude intitulée « L'influence de l'ethnicité sur la participation aux activités aquatiques et à la noyade au Canada » dans le but de tenter de comprendre les attitudes et les comportement des nouveaux Canadiens face à la natation et de vérifier leur connaissance des pratiques de sécurité aquatique. L'étude a mis l'accent sur une population de répondants nés au Canada et une population de répondants en provenance de la Chine, de l'Asie du Sud, de l'Asie du Sud Est et de collectivités musulmanes qui n'étaient pas nés au Canada. Citoyenneté et immigration Canada a identifié les pays de ces régions comme étant la principale provenance des nouveaux venus au Canada.

Plusieurs problèmes tournant autour de la sécurité aquatique ont été examinés, incluant ce qui suit :

  • la vraisemblance de leur participation à des activités de natation ou aquatiques
  • la corrélation entre le nombre d'année depuis que la personne est installée au Canada et sa connaissance, son attitude et ses expériences envers la sécurité aquatique
  • l'efficacité de certaines programmations et certains programmes d'éducation du public en sécurité aquatique, incluant une documentation dans leur langue comme moyens afin de rejoindre les groupes de nouveaux Canadiens

L'échantillon total comprenait 1 032 résidents Canadiens âgés entre 18 et 60 ans. De ce total, 433 étaient natifs du Canada et 599 ne l'étaient pas. Nous faisons référence à ceux-ci comme « nouveaux Canadiens » dans ce rapport. (Les résultats de probabilité de cette étude avec un échantillon de 433 sont considérés précis à +/- 4,66 pour cent des points, 19 fois sur 20. Les résultats de probabilité pour une étude avec un échantillon de 599 sont considérés précis à 3,94 pour cent des points, 19 fois sur 20).

Au sujet des groupes de discussion dirigée
Au cours du mois d'avril 2011, six groupes se sont rencontrés pendant deux heures sous la direction de Heads Up Research, une firme canadienne de recherche qualitative. Cette étude a été financée par Ontario Power Generation. Les groupes de discussion dirigée ont eu lieu à Vancouver et à Toronto et les participants ont été sélectionnés en respectant les critères suivants :

  • nouvellement arrivés au Canada au cours des 5 dernières années
  • ont au moins un enfant de moins de 13 ans
  • majoritairement des parents qui savent nager
  • des points de vue variés sur un certain nombre de questions reliées à la sécurité aquatique

Les groupes de discussion dirigée ont été animés en mandarin et en anglais et incluaient trois groupes en provenance de la collectivité chinoise (un groupe de papas chinois et deux groupes de mamans chinoises) et trois groupes en provenance de la collectivité de l'Asie du Sud (un groupe de papas musulmans du Pakistan et un groupe de mamans musulmanes du Pakistan et un groupe de mamans hindous de l'Inde).

Au sujet de « nager pour survivre »
Le programme « nager pour survivre » a été lancé en 2005. « Nager pour survivre » enseigne aux enfants trois compétences de base en une seule séquence : entrée par roulade en eau profonde, nager sur place pendant une minute et nager sur 50 mètres (les statistiques révèlent que la majorité des personnes qui se noient se trouvaient à moins de 15 mètres de la plage ou d'un lieu sûr). Le programme ne vise pas à remplacer les leçons de natation; mais ce programme est une importante première étape qui assure une plus grande sécurité autour de l'eau. Les compétences acquises pourraient faire la différence entre la vie et la mort lors d'une immersion soudaine et inattendue dans l'eau.

La Fondation Stephanie Gaetz Keepsafe, une fondation de bienfaisance fondée par Barbara Undershill et Rick Gaetz, est le commanditaire fondateur du programme « nager pour survivre ». La Fondation fait la promotion de l'éducation de la sécurité et de la prévention des traumatismes parmi les enfants et a également commandité la vidéo « nager pour survivre ».

Références

Statistiques Canada. Immigration au Canada : un portrait de la population née à l'étranger, Recensement de 2006: Immigration : moteur de la croissance démographique http://www12.statcan.ca/census-recensement/2006/as-sa/97-557/p2-eng.cfm

Au sujet de la Société de sauvetage
La Société de sauvetage offre des services complets tels que des programmes, des produits et services visant à prévenir la noyade. Nous sauvons des vies et évitons des traumatismes reliés au domaine aquatique par le biais de nos programmes de formation, de notre éducation du public Aqua Bonmd, de notre recherche sur la prévention de la noyade, nos services administratifs en sécurité aquatique et du sauvetage sportif. À chaque année, plus de 800 000 Canadiennes/Canadiens participent aux programmes en natation, en sauvetage, en surveillance aquatique et en leadership de la Société. Pour obtenir de plus amples renseignements visitez www.lifesavingsociety.com.

/AVIS AUX RÉDACTEURS : Le contenu multimédia accompagnant ce communiqué est disponible aux adresses suivantes :

Video: http://www.newswire.ca/en/releases/mmnr/smr/CAT00000.Swim_to_Survive_Video_English.flv

http://www.newswire.ca/en/releases/mmnr/smr/CAT00000.Swim_to_Survive_Video_Mandarin.flv

http://www.newswire.ca/en/releases/mmnr/smr/CAT00000.Swim_to_Survive_Video_Cantonese.flv

SOURCE Lifesaving Society

Renseignements :

Pour de plus ample information ou pour prévoir une entrevue avec Barbara Byers, veuillez communiquer avec :

Karen Krugel

PraxisPR
905-949-8255 poste 233
416-559-9200 (cellulaire)
karen@praxispr.ca

Nichola Rochon

PraxisPR
905-949-8255 ext. 231
416-460-3159 (cellulaire)
nichola@praxispr.ca

Barbara Byers

Société de sauvetage
416-490-8844
416-727-5636 (cellulaire)
barbarab@lifeguarding.com

Profil de l'entreprise

Lifesaving Society

Renseignements sur cet organisme

CNW Médias Sociaux

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.